Navigation – Plan du site
notes et documents

La gouvernance des crises économiques en Côte d’Ivoire

Cas de la crise commerciale de 1927-1935
The Governance of Economic Crises in Côte d’Ivoire: Case Study of the Commercial Crisis of 1927-1935
Jean-Baptiste Seka
p. 209-229

Résumés

Cet article dévoile des aspects de la gouvernance de la crise commerciale de 1927-1935 en Côte d’Ivoire. Il montre, en particulier, comment les rapports de force entre les principaux pôles de décision: l’administration coloniale et les compagnies européennes de traite, déterminent la politique économique mise en œuvre pour résorber cette crise. Au nom d’une rigueur budgétaire recommandée par la métropole, l’État colonial opte pour une intervention économique limitée. Pressions et négociations finissent par l’amener à accorder ses violons avec les compagnies commerciales. Le programme de relance économique du gouverneur François Dieudonné Reste est une traduction d’un accord de circonstance entre ces deux acteurs de l’exploitation économique de la colonie de Côte d’Ivoire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’intervention économique limitée de l’État colonial et les protestations des compagnies commerciales (1927-1931)
Les fondements d’une intervention économique limitée de l’État colonial
La politique anti-inflationniste de l’État colonial et la levée de boucliers des maisons européennes de commerce (1927)
La restriction des dégrèvements fiscaux
L’échec des mesures classiques des compagnies européennes de commerce et l’appel à l’État colonial (1927-1931)
L’échec des mesures classiques des compagnies européennes de traite
Les vaines sollicitations de la caisse de réserve de la colonie
L’intervention désenveloppée de l’État dans la régulation de la crise commerciale
Les mobiles du revirement de l’État colonial
L’inflexibilité des maisons européennes de commerce
La nécessité de canaliser des révoltes économiques des populations africaines
La nouvelle conception économique des colonies (1931-1933)
« La paix des braves » et la mise en œuvre du programme Reste (1932-1935)
La collaboration administration / maisons de commerce
Le « programme Reste » ou la lutte concertée contre la crise économique
Bilan et retombées économiques d’une collaboration

Aperçu du texte

À la faveur de la colonisation française consécutive au mouvement impérialiste de la fin du xixe siècle, l’économie de la colonie de Côte d’Ivoire s’intègre davantage à l’économie mondiale dans le cadre de l’économie de traite. Cet arrimage au capitalisme mondial laisse coexister dans la colonie une économie d’autosubsistance et une économie de marché. Dans le cadre du développement de ce dernier type d’économie, la Côte d’Ivoire apparaît dans les débuts des années 1920 comme l’une des colonies les plus dynamiques de l’Afrique occidentale française (aof). Sa part dans le commerce extérieur de l’aof passe de 11 % en 1925 à 18 % en 1929 (Braibant 1976 : 555).

Cette croissance des échanges extérieurs qui entraîne un développement rapide de l’implantation des compagnies de traite dans la colonie est mise à mal par la crise économique de la fin des années 1920. L’effondrement soudain des cours des produits tropicaux provoque un recul considérable de la valeur des exportations : en 1931, i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Seka, « La gouvernance des crises économiques en Côte d’Ivoire », Cahiers d’études africaines [En ligne], 229 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21888

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Seka

Université Jean Lorougnon Guédé, Daloa, Côte d’Ivoire.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page