Navigation – Plan du site
études & essais

Photographies de Samori Touré : de la carte postale coloniale aux pochettes de vinyles

Le devenir d’une icône
Photographs of Samori Touré: From the Colonial Postcard to Record Covers. Circulations of an Iconic Picture
Elara Bertho
p. 301-322

Résumés

Résumé
À partir d’un important travail d’archives, nous proposons de retracer les parcours et usages des photographies de Samori Touré lors de sa capture, en croisant les différents acteurs qui l’ont accompagné : Henri Gaden, Henri Gouraud, et le capitaine Tamburini entre autres. Le fameux portrait au Coran, parmi ces différentes séries de clichés de 1898 et 1899, a connu un vif succès populaire dès l’époque coloniale, via des cartes postales, des reproductions en illustrés ou dans des magazines. Ce cliché se retrouve également dans des mémoires ou souvenirs d’officiers. À l’indépendance, Sékou Touré, qui se revendique d’une filiation symbolique de Samori Touré, fait un usage extrêmement important de ce portrait, tout en inversant la lecture : ce n’est plus une prise de guerre mais la célébration d’un père de la nouvelle patrie, mort en martyr et en exil en 1900, dont il s’agit de magnifier la mémoire (par la musique ou encore la statuaire).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Samori Touré à sa capture : l’empereur et le photographe
Une capture contestée : une guerre des images
Le portrait d’un vaincu
La fabrique d’une icône à l’époque de la reproductibilité technique : une politique de la répétition
Dupliquer en série la résistance anticoloniale
Enjeux politiques du montage postcolonial
Mémoires d’un portrait, mémoires d’un régime : circulations postcoloniales des images coloniales
Mémoire d’une famille : les Touré, entre nostalgie et ambition pédagogique
Circulations sur Internet : reprises et répétitions

Aperçu du texte

Paradoxalement, l’image contestataire n’est pas nécessairement l’image d’une contestation. Plus exactement, l’image lue comme contestataire n’est pas forcément l’image d’une manifestation ou d’un soulèvement. Dans l’exposition qu’il consacre aux « Soulèvements », Georges Didi-Huberman choisit comme « geste » iconique de la contestation le bras d’un manifestant qui vient tout juste de lancer un pavé contre la police, saisi sur le vif par le photographe Gilles Caron en 1969, au cours d’une manifestation anticatholique à Londonderry (Didi-Huberman et al. 2016 : 138).

Or, si le geste est certes saisissant, ce n’est pas l’unique ressort de la portée contestataire d’une image : en effet, les usages et les circulations subversives d’une photographie peuvent au contraire se nourrir du grand calme qui s’en dégage, aussi paradoxal que cela puisse paraître de prime abord. C’est précisément à une étude du calme que nous voudrions nous livrer ici, en pointant à quel point il dissimule des rapport...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elara Bertho, « Photographies de Samori Touré : de la carte postale coloniale aux pochettes de vinyles », Cahiers d’études africaines [En ligne], 230 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22087

Haut de page

Auteur

Elara Bertho

Les Afriques dans le monde (LAM), CNRS, Bordeaux.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page