Navigation – Plan du site
études & essais

Sur quelques images de chefs baoulé

La photographie en guerre (Côte d’Ivoire, 1893-1910)
On Some Images of Baoulé Chiefs: Photography at War (Ivory Coast, 1893-1910).
Fabio Viti
p. 349-371

Résumés

Résumé
L’analyse porte sur trois photographies de chefs n’gban (sous-groupe Baoulé, Côte d’Ivoire centrale). La première montre Appiah Akafou en 1894, libre, sûr de lui, à la posture fière et au sourire narquois. Les deux autres images montrent quatre chefs n’gban prisonniers, au moment de leur soumission, en juin 1910. Entre la première et les deux autres images, tout a changé. Et pourtant, ces hommes montrent, chacun à sa manière, une forme d’opposition, de contestation et de refus de leur état de prisonniers. Par cette capacité de subversion de leur sens (soumission/insoumission), ces images peuvent aujourd’hui faire l’objet d’une réappropriation anticoloniale et figurer dans de nombreux blogs et sites Internet. Cela n’empêche pas que l’observateur contemporain soit appelé à une complicité de fait avec l’auteur de ces images, dont il ne peut qu’assumer le point de vue, la satisfaction laissant peut-être la place au respect.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La photographie aux colonies
Akafou, portait en homme libre
Portraits de chefs en prisonniers
« Lire » les images
« Ce qui nous regarde »
Images contestataires, images réappropriées

Aperçu du texte

La photographie aux colonies

Peu d’images de la conquête coloniale du Baoulé (centre-sud de la Côte d’Ivoire) sont aujourd’hui connues et répertoriées comme telles. Et pourtant, la photographie était déjà ancienne dans les deux décennies qu’aura duré cette guerre de conquête (1891-1911) ; elle avait fait ses preuves dans son premier théâtre de guerre en Crimée, dès 1854, et ses progrès techniques la rendaient désormais accessible aux amateurs, à travers un matériel léger et facile à transporter. Il est donc aisé de supposer que de nombreux officiers des troupes coloniales pouvaient en disposer. De plus, les appareils alors existant permettaient des prises de vue assez rapides, sans nécessiter de longs temps d’exposition et sans devoir obligatoirement recourir à un trépied. Des instantanés étaient donc réalisables sans difficulté excessive, même dans des circonstances quelque peu mouvementées.

Parmi les premiers à réaliser des images lors de leurs explorations respectives en Côte d’Ivo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabio Viti, « Sur quelques images de chefs baoulé », Cahiers d’études africaines [En ligne], 230 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22104

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Institut des mondes africains (IMAF), Aix-Marseille Université (AMU), Aix-en-Provence.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page