Navigation – Plan du site
études & essais

Des femmes « évoluées » pour une nouvelle Nation (Côte d’Ivoire, 1964)

“Evolved” Women for a New Nation (Ivory Coast, 1964)
Louise Barré
p. 373-398

Résumés

Résumé
En Côte d’Ivoire, à l’occasion du vote du Code civil en octobre 1964, Fraternité, le journal du parti unique au pouvoir, illustre le changement familial par le portrait de deux femmes, la « femme d’hier » et « la femme d’aujourd’hui ». Cet article enquête sur les imaginaires mobilisés par ces représentations photographiques. Les femmes y sont traitées comme support d’une modernité technologique et d’une promesse consumériste. Cette domestication des corps selon un modèle scolaire colonial, hygiéniste et consommateur, contestable du fait du nombre infime de femmes qui pouvaient y prétendre, représente une tentative de promouvoir les normes visuelles d’un genre féminin répondant à une politique officielle. À l’heure où le nouveau Code civil imposait un modèle patriarcal sans précédent sur ce territoire, les rapports sociaux de sexes étaient banalisés par une représentation photographique qui flattait les aspirations à de meilleures conditions de vie. Cet article montre la fabrique d’une image officielle de la sphère privée, d’imaginaires normés de la bonne vie et de la citadinité. Enfin, il revient sur la manière dont ce modèle officiel a pu paraître acceptable et désirable dans le contexte des Indépendances.

Haut de page

Notes de l'auteur

Je remercie les organisatrices du séminaire Association de recherche sur l’image photographique (ARIP), C. Makward, E. Nimis, S. Panata pour leurs multiples conseils.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un anti-modèle de la modernité
Un journal adressé aux cadres lettrés de l’administration et du Parti
La stigmatisation d’une ruralité coutumière
Le rejet du style ethnographique
La féminité officielle du PDCI : une auto-représentation ancrée dans la photothèque coloniale
Une photothèque coloniale à l’ère de la démocratisation de l’auto-représentation
La photothèque coloniale : l’institution domestique dans les services sociaux coloniaux
La « femme d’aujourd’hui » ou les logiques de l’appropriation
Une modernité désirable : l’incorporation des femmes au corps national
La désirabilité du modèle officiel
Une modernité inévitable
Ambiguïté et disparition du travail féminin dans la nouvelle nation

Aperçu du texte

Fig. 1-2. — Une illustration photographique du changement familial, avant et après le Code civil

Fig. 1-2. — Une illustration photographique du changement familial, avant et après le Code civil

Légende 1: « Les nouvelles lois sociales accentueront l’évolution de la femme ivoirienne : voilà la femme d’hier », Fraternité, 11 septembre 1964, pp. 6-7.
Légende 2 : « [...] Et voici celle d’aujourd’hui », Fraternité, 11 septembre 1964, pp. 6-7.

Après l’indépendance le 7 août 1960, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (pdci) du président Houphouët-Boigny met en place une image de la femme dite « évoluée », dont les attributs et les tâches doivent conforter le projet national. En octobre 1964, un nouveau Code civil vient remplacer l’ancienne dualité juridique coloniale (Benton 2002) qui assignait les Africains à la juridiction coutumière. Le vote de ces neuf lois par l’Assemblée nationale fournit une occasion d’affirmer une vision de la famille et des femmes dont on étudie ici une représentation photographique. Les députés aboli...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Barré, « Des femmes « évoluées » pour une nouvelle Nation (Côte d’Ivoire, 1964) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 230 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 17 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22112

Haut de page

Auteur

Louise Barré

Laboratoire des Afriques dans le Monde (LAM), Université Bordeaux-Montaigne, Bordeaux.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page