Navigation – Plan du site

L’État et les institutions face à la sorcellerie

Sandra Fancello et Julien Bonhomme
p. 573-591

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des institutions face à la sorcellerie
La sorcellerie au prétoire
La sorcellerie au-delà des frontières
Les reconfigurations de la sorcellerie dans le champ religieux
L’école, les services municipaux, le sport
Les chercheurs face à la sorcellerie

Aperçu du texte

Encore un numéro sur la sorcellerie en Afrique ! N’a-t-on pourtant pas déjà tout dit et tout écrit sur le sujet ? Force est de constater que non. La rapidité des changements sociaux, les crises politiques, les guerres et conflits de tous ordres, ainsi qu’une vitalité religieuse jamais démentie, invitent à sans cesse réactualiser notre regard sur la sorcellerie. Ces phénomènes entraînent en effet de nouvelles formes d’accusations, notamment à l’égard des populations les plus vulnérables (les étrangers, les femmes, les personnes âgées, les enfants, les infirmes) provoquant à leur tour de nouvelles cascades de violences. En 2007, Gerrie ter Haar publiait un stimulant ouvrage collectif sur ce thème. Dès l’introduction, elle soulevait la question du sens de la recherche sur un phénomène social qui échappe aujourd’hui en bonne partie aux règles traditionnelles des accusations de sorcellerie et aux processus de régulation des conflits intrafamiliaux ou villageois, au point d’atteindre un n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Fancello et Julien Bonhomme, « L’État et les institutions face à la sorcellerie », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22230

Haut de page

Auteurs

Sandra Fancello

Institut des Mondes Africains (IMAF), CNRS, Aix-en-Provence

Du même auteur

Julien Bonhomme

Laboratoire d’anthropologie sociale, École normale supérieure, Paris

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page