Navigation – Plan du site
études & essais

Insaisissable sorcellerie

Législation, compétence et pratique au Cameroun (1916-1959)
Elusive Witchcraft. Legislation, Juridiction and Practice in Cameroon (1916-1959)
Franck Beuvier
p. 593-621

Résumés

À l’appui d’archives inédites, cet article dévoile les dessous de la prise en charge de la sorcellerie au Cameroun pendant la période du mandat français. En décrivant successivement le cadre administratif de définition de la sorcellerie, les législations fixées en la matière, les compétences judiciaires octroyées aux représentants locaux, et les procédures de médiation observées en pays bamiléké, l’analyse souligne les ambiguïtés de l’administration dans ce domaine et le rôle joué par les « juges assesseurs », qui maintiendront les accusations de sorcellerie hors de la justice instituée. Elle révèle à cet égard le recours à une instance administrativo-coutumière pour traiter ces cas : la Conciliation. Une instance qui autorise un règlement coutumier, sans trace écrite, des affaires soumises. Grâce au dispositif, les juges assesseurs, chefs et notables, rendront presque invisibles la pression sorcellaire et son lot d’accusations. L’article postule ainsi l’établissement d’un « système » sorcellaire autogéré en colonie, en raison des incertitudes qui caractérisent le cadre législatif et de l’inadaptation des procédures judiciaires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Qu’est-ce que la sorcellerie ?
L’infraction de sorcellerie : législations et compétences
La sorcellerie au quotidien
La sorcellerie a disparu

Aperçu du texte

Au chapitre de la sorcellerie, les archives administratives portant sur la période coloniale au Cameroun témoignent d’un paradoxe. Pour la circonscription des chefferies bamiléké dont il va être question, on ne trouve presque rien sur le sujet dans la somme de rapports variés concernant les subdivisions ou de synthèses annuelles à l’échelle des circonscriptions. Ce constat s’impose également à la lecture des ethnographies circonstanciées et des dossiers judiciaires renfermant les comptes-rendus d’audience, les jugements rendus et les registres d’écrou. Rien ou presque rien, entre 1916 et 1959. L’infraction de sorcellerie existe pourtant, définie dès 1917 comme atteinte à l’ordre public, mais, au fil des années et des affaires soumises devant les juridictions, les condamnations pour « pratiques de sorcellerie » relèvent d’un épiphénomène. Entre 1922 et 1938, sur les seize mille aff...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Beuvier, « Insaisissable sorcellerie », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22238

Haut de page

Auteur

Franck Beuvier

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, CNRS, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page