Navigation – Plan du site
études & essais

Une femme dogon face à la justice malienne : du soupçon de sorcellerie à la disculpation

A Dogon Woman Confronted with Malian Justice. From Suspicion of Witchcraft to Exoneration
Éric Jolly
p. 623-645

Résumés

En 1987, un nouveau-né disparaît en pleine nuit dans une localité dogon du Mali. Cet article analyse les différents jugements ou discours explicatifs qui ont suivi cet événement, depuis les soupçons ou accusations locales de sorcellerie envers une femme du village jusqu’au verdict rendu par la justice malienne. Dans cet exemple, les rumeurs initiales ne traduisent pas seulement les représentations dogon concernant la sorcellerie féminine ; elles témoignent aussi des rapports de force entre sexes, familles et individus. Incarnation de la femme libre et puissante, la présumée sorcière n’a rien d’un bouc émissaire passif et c’est elle qui oriente la justice malienne vers d’autres suspects, condamnés finalement pour enlèvement d’enfant et non pour sorcellerie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les anciennes chefferies tɛnge et la répression de la sorcellerie
Sorcellerie masculine
Sorcellerie féminine
Un enfant né sans cordon ombilical ?
Épilogue

Aperçu du texte

Aujourd’hui comme hier, les affaires de sorcellerie sont fréquentes en pays dogon et, quels que soient les discours qui les portent, de la simple allusion à l’accusation publique, elles occupent une place centrale dans les propos couramment échangés à l’intérieur d’un village. En zone rurale, il est toutefois très rare que les victimes présumées de sorcellerie ou leurs proches saisissent délibérément la justice malienne pour exiger une enquête ou demander réparation. Il est encore plus exceptionnel qu’une personne accusée d’acte de sorcellerie s’adresse à la gendarmerie ou à la justice pour tenter de se disculper. En dehors de villes comme Bandiagara, les seuls événements attribués localement à la sorcellerie et rapportés à l’administration concernent presque exclusivement les disparitions inexpliquées d’enfants ou d’adultes, c’est-à-dire des faits patents qui peuvent être (et qui...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Jolly, « Une femme dogon face à la justice malienne : du soupçon de sorcellerie à la disculpation », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22262

Haut de page

Auteur

Éric Jolly

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page