Navigation – Plan du site
études & essais

Le « patient sorcier »

De la responsabilité et de la criminalité en matière de sorcellerie
The “Patient Witch”: On Responsibility and Criminality in Witchcraft
André Mary
p. 647-666

Résumés

Le montage médiatique des affaires de « crimes rituels » en Afrique équatoriale nous semble justifier quelque retour à l’approche durkheimienne de la responsabilité qui ne manque pas de pertinence sur le plan de la description phénoménologique. L’approche « objective » des situations génératrices de responsabilité dont Fauconnet s’est fait le porte-parole rompt avec les présupposés d’une compréhension fondée sur le principe d’un sujet conscient, libre et responsable au sens moderne du terme. Mais la pertinence de cette approche « archaïque » de la criminalité « objective » qui renoue avec le registre de la sacralité impure de l’acte et de la souillure du criminel ne peut être restreinte à la compréhension des ordalies des sociétés primitives qui inspirent la théorie de la participation de Lévy-Brühl. Les affaires contemporaines de « crimes rituels » et de « sorcellerie politique » en Afrique ou ailleurs témoignent de mécanismes sociaux d’accusation toujours actifs et générateurs d’une « responsabilité objective » encourageant la présomption et même la conviction de culpabilité au cœur de la justice médiatique moderne, ce qui n’empêche nullement la confrontation entre les logiques judiciaires de la preuve et les témoignages des sujets « pris dedans » souvent malgré eux dans ces affaires.

Haut de page

Notes de l'auteur

Ce titre paradoxal s’inspire de la thèse de Fauconnet (1928 : 248) sur la « participation passive » du sorcier présumé.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La double scène des affaires de crimes rituels
Une affaire de « sorcellerie politique »
L’accusé accusateur
L’affaire dans l’affaire : l’entrée en scène du politique
Jugement de responsabilité et participation passive selon Fauconnet 
L’irresponsable responsabilité du criminel sorcier

Aperçu du texte

Les enjeux de l’imputation de responsabilité en matière de criminalité ont été au cœur de l’intérêt ethnologique des durkheimiens pour les affaires de sorcellerie. Du travail pionnier de Robert Hertz (1988 [1922]), sur Le péché et l’expiation dans les sociétés primitives, repris par Marcel Mauss, à l’intérêt de Lucien Lévy-Bruhl (2010 [1922] : 336) pour les procès en sorcellerie de la justice coloniale, et pour « la foi inébranlable que les primitifs ont en l’ordalie », en passant par l’étude de Paul Fauconnet (1928) sur La responsabilité, revenant lui-même sur la thèse de Lévy-Bruhl concernant L’idée de responsabilité, il s’agit pour ces sociologues et philosophes de démontrer aux juristes l’intérêt et la légitimité d’une approche de la criminalité qui prend en compte la « participation » du criminel à cet acte sacrilège qui met en péril l’ordre social. Pour mieux cerner ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Mary, « Le « patient sorcier » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22294

Haut de page

Auteur

André Mary

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC), CNRS, EHESS.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page