Navigation – Plan du site
études & essais

Sorcellerie et déperdition de la justice en Centrafrique :

de l’usage des « savoirs locaux » et des théogonies devant les tribunaux
Witchcraft and Loss of Justice in the Central African Republic: The Use of “Local Knowledge” and Theogonies in the Courts
Gervais Ngovon
p. 667-698

Résumés

Si les procès de sorcellerie en Afrique soulèvent des problèmes épistémologiques largement soulignés au travers des études de ces cinquante dernières années, il reste qu’ils s’appuient également aujourd’hui sur des présupposés factuels nouveaux, puissamment valorisés au sein d’espaces politiques et scientifiques internationaux. À la lumière de cas étudiés en République centrafricaine, l’article s’inscrit dans une discussion sur les interactions entre le traitement du phénomène sorcellaire par la justice d’État et certains jugements éthiques et politiques dus à des théories internationalement promues.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des « savoirs locaux » surévalués
Le primat des théogonies
Une réinvention de la théorie de la responsabilité

Aperçu du texte

Le traitement du phénomène sorcellaire par les tribunaux en Afrique subsaharienne suscite des questionnements épistémologiques majeurs et de sérieuses préoccupations quant à son impact social. Objet de fascination chez les uns et de perplexité chez les autres, le traitement pénal de la sorcellerie participerait du souci d’inscrire l’action de la justice dans « son contexte historique » aussi bien que dans la culture des individus qui en sont les destinataires. Il concourrait sur le continent à promouvoir l’État de droit, celui-ci devant, dans une perspective assurément culturaliste, exprimer les « valeurs effectivement poursuivies par la très grande majorité de la population [qu’il] entend réguler » (Le Roy 2004 : xviii).

En République Centrafricaine, l’ombre de ces procès de sorcellerie est omniprésente (Niewiadowski 2014 : 26). Les multiples condamnations prononcées, par leurs particular...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gervais Ngovon, « Sorcellerie et déperdition de la justice en Centrafrique : », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22334

Haut de page

Auteur

Gervais Ngovon

Centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques, Université Panthéon-Assas, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page