Navigation – Plan du site
études & essais

Stuck in Kampala

Witchcraft Attacks, “Blocages” and Immobility in the Experience of Born-Again Congolese Refugees in Uganda
Coincés à Kampala. Attaques sorcellaires, blocages et immobilité dans l’expérience de Congolais born-again réfugiés en Ouganda
Alessandro Gusman
p. 793-815

Résumés

À partir d’un terrain mené en 2013 et 2014, cet article analyse le rôle de la religion dans un contexte de déplacement où 40 000 refugiés provenant de la région de Kivu de la République démocratique du Congo vivent à Kampala en Ouganda. Cette recherche porte sur la présence des Églises de Réveil congolaises dans le quartier de Katwe, l’un des endroits le plus peuplé de Katwe. Après avoir présenté ce contexte, le concept de « blocage » est d’abord examiné afin de démontrer comment il est utilisé pour donner du sens aux difficultés rencontrées par les réfugiés congolais et à leur expérience lors du processus de réinstallation. Ensuite, cet article focalise sur le rôle du langage religieux et de l’utilisation des croyances afin de décrire les situations de mobilité et d’immobilité, pour ensuite se pencher sur la transformation du langage religieux lui-même, en particulier lorsqu’il interprète la condition des réfugiés en termes de sorcellerie, délivrance et combat spirituel.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

The Context: Congolese Églises de Réveil in Kampala
“Blocages” in Refugees’ Lives
Pentecostalism as an Idiom of Mobility and Immobility
Spiritual Warfare and Moral Geographies: the DRC as a Devilish Space to Purify
Deliverance in the Refuge
“Dieu prend son temps”—Narratives of Waiting
Refugees, Language and the Crisis of Presence

Aperçu du texte

According to the estimates of the unhcr, more than 40,000 Congolese refugees and asylum seekers were living in Kampala, the capital city of Uganda, at the end of December 2017. The vast majority of these refugees are from the Kivu region, in the Democratic Republic of Congo (drc), which borders Uganda, an area devastated by conflicts and violence for the past twenty years. The number of “urban refugees”—people who decide to leave the unhcr camps and live in town—is rapidly increasing in Uganda as in other African contexts. Ugandan law recognizes refugees’ right to live anywhere in the country, to move freely and to work but, at the same time, it states that they do not receive any assistance outside the refugee camps. Moreover, as the period of “temporary protection” in Uganda is becoming longer and longer, many people are experiencing a “protracted refugee situation,” an expression that ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Gusman, « Stuck in Kampala »,  Cahiers d’études africaines, 231-232 | 2018, 793-815.

Référence électronique

Alessandro Gusman, « Stuck in Kampala »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22554  ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.22554

Haut de page

Auteur

Alessandro Gusman

Università degli Studi di Torino, Department of Cultures, Politics and Society, Turin, Italy.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page