Navigation – Plan du site
études & essais

Narco-satanisation et corps en morceaux au Mexique

La Santa Muerte/Yemayá au cœur de la guerre des images
Narco-satanization and Bodies in Pieces in Mexico. Santa Muerte/Yemayá at the Heart of the War of Images
Kali Argyriadis
p. 817-851

Résumés

Alors que la société mexicaine est frappée par la recrudescence de la violence imputée au trafic de drogue, la dévotion à la Santa Muerte, soupçonnée de fomenter des crimes rituels et accusée de « narcosatanisme », subit une virulente campagne d’accusations dans les médias. Dans le même temps, l’Église catholique brandit le spectre du retour aux sacrifices humains préhispaniques et autorise les exorcismes publics collectifs, tandis que de nombreux intellectuels érigent la Santa Muerte en symbole de résistance des classes populaires face à la corruption, à la crise, aux abus de pouvoir de l’État et à son impunité. À partir d’une enquête ethnographique menée dans le port de Veracruz, où la Santa Muerte possède un double incarné inspiré de l’oricha Yemayá, cet article tente d’analyser la dialectique de la violence et de la contre-violence symbolique qui se joue, à travers cette dévotion, dans une surenchère banalisée d’exposition des corps (corps mutilés, corps possédés, corps tatoués, travestis, et squelettes qui prennent chair). Cet article interroge également le risque, pour le chercheur, d’être pris dans, et d’être donc partie prenante des débats idéologiques qui saturent ce terrain et contribuent aujourd’hui à la criminalisation des plus démunis.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La multiplication des squelettes
Un pays « infesté de démons »
La guerre est dure, la Mort est belle
Quelques réflexions finales

Aperçu du texte

La dévotion à la Santa Muerte s’est développée au Mexique de façon massive, collective et publique à partir de la fin des années 1990, et s’est étendue simultanément aux pays récepteurs de migrants mexicains, principalement aux États-Unis (Thompson 1998 ; Higuera Bonfil 2016). Elle a très vite suscité des réactions horrifiées dans les médias, qui l’accusent avec constance, depuis près de vingt ans, de fomenter des crimes rituels et d’être l’apanage des trafiquants de drogue. Les photographies de cette statue de squelette, atteignant parfois plus de vingt mètres de haut, vêtue comme une Vierge de robes richement décorées, arborant couronne, perruque et scapulaires, brandissant une faux d’une main et tenant le globe terrestre de l’autre, souriant au spectateur de ses orbites garnies de miroirs ou de papier irisé, glacent au premier abord. Certes, quelque chose en elle évoque une icô...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kali Argyriadis, « Narco-satanisation et corps en morceaux au Mexique », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22598

Haut de page

Auteur

Kali Argyriadis

Unité de Recherche « Migrations et Sociétés » (URMIS), IRD, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page