Navigation – Plan du site
études & essais

Lutte mystique

Sport, magie et sorcellerie au Sénégal
Mystical Wrestling. Sport, Magic, and Sorcery in Senegal
Julien Bonhomme et Laurent Gabail
p. 939-974

Résumés

La « préparation mystique » occupe une place importante dans la lutte avec frappe, le sport national du Sénégal. Loin d’être clandestin, le recours à la magie est autorisé par le règlement officiel. Il s’agit d’une concession de l’institution sportive à la tradition et au spectacle. Le registre de la magie offre aux lutteurs un idiome dans lequel ils peuvent décrire leur expérience émotionnelle du combat. Il permet également de rassembler derrière le lutteur son écurie, sa famille, son quartier et son village d’origine. La magie agonistique est le moyen de faire déborder le combat en dehors de l’arène pour en faire une guerre entre des collectifs. Mais la préparation mystique cristallise également les dissensions, rivalités et traîtrises qui minent le collectif au risque de saper le soutien au lutteur.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique menée depuis 2014 au sein de plusieurs écuries de lutte de Dakar et sa banlieue. Le premier terrain a été effectué de manière collective, mais les enquêtes ultérieures ont été menées par Julien Bonhomme seul, ce qui explique l’usage dominant du « je » dans le récit ethnographique. Bien que le travail de rédaction ait également été assuré par lui, une conférence présentée en duo a servi de base à cet article, ce qui justifie sa signature conjointe.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La lutte avec frappe
Le spectacle de la magie
Marabouts et préparateurs mystiques
Maraboutage et sorcellerie. Controverses morales dans l’arène
Réglementer l’occulte. Les institutions sportives face à la magie
Le coach et le marabout. Préparation physique et préparation mystique
L’expérience du combat. Magie et psychologie
Guerre mystique. Magie et sociologie

Aperçu du texte

« La lutte, c’est seulement deux choses : l’entraînement physique
et la préparation mystique. Le reste, c’est la chance »
(Momodou Diouf, marabout, Grand-Yoff, avril 2016).

Dans un entretien à tv5 Monde en 2013, Pape Diouf, ancien président du club de l’Olympique de Marseille d’origine sénégalaise, déclarait : « Dans le football, chacun a son marabout, chacun a son féticheur. Cela peut aussi relever du collectif, puisqu’il n’est pas rare que dans certaines équipes africaines, il y ait un budget spécialement alloué à cette pratique. » Même si ce n’est pas l’apanage du continent africain, le recours à la magie et à ses spécialistes — marabouts, nganga et autres « sorciers » — y est en effet répandu dans le sport amateur (Scotch 1961) comme dans les compétitions internationales (Schatzberg 2006). Cela provoque parfois des incidents. En mars 2017, lors de la finale de la Coupe d’Af...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bonhomme et Laurent Gabail, « Lutte mystique », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22834

Haut de page

Auteurs

Julien Bonhomme

Laboratoire d’anthropologie sociale, École normale supérieure, Paris 

Du même auteur

Laurent Gabail

Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoires, Université Toulouse-2 Jean Jaurès, Toulouse.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page