Navigation – Plan du site
études & essais

De la violence de l’imaginaire à la violence des images

Le métier d’anthropologue à l’épreuve de la sorcellerie
From the Violence of the Imagination to the Violence of Images. The Anthropologist Tested by Witchcraft
Sandra Fancello
p. 975-999

Résumés

L’anthropologue confronté à la violence de la lutte anti-sorcellerie qui, dans certaine partie du continent africain, prend une dimension dramatique, voit sa posture d’observation mise en cause face à des formes de violence extrêmes. La prise d’images photographiques ou cinématographiques exposant cette violence, et leur diffusion, posent de nouveaux défis éthiques et méthodologiques et soulèvent la question du sens de la présence de l’anthropologue et de la responsabilité de ses actes. Cet article analyse la manière dont les violences verbales et sociales associées aux accusations de sorcellerie interrogent l’apport de l’anthropologie de la sorcellerie dans le champ religieux contemporain mais également le métier d’anthropologue, dans sa dimension éthique.

Haut de page

Note de la rédaction

Je tiens à remercier Jean-Claude Penrad et André Mary pour leur relecture attentive de ce texte et leurs critiques constructives.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’ethnologue diabolisé
La violence de la délivrance
L’ethnologue et ses protections
Filmer et donner à voir la violence
La tradition, arme du lynchage ?
L’anthropologue face à la violence : le sens de la présence

Aperçu du texte

L’approche de la sorcellerie en Afrique est l’un des défis les plus délicats à relever pour l’anthropologue, aussi bien du point de vue de la définition de l’objet, polémique et polysémique, relevant essentiellement des catégories du discours et de l’imaginaire, que de la méthode ethnographique et de la posture de l’observateur observant l’invisible. L’enjeu est d’autant plus fort qu’on assiste à une globalisation des schèmes et une hybridation des savoirs qui donnent à la sorcellerie contemporaine de nouvelles dimensions, transversales et transnationales et renvoient à des phénomènes combinés, tels que l’irruption des églises évangéliques et de leur démonologie sur la scène africaine, ou les violences de l’économie néolibérale. Autant de « phénomènes qui ne se laissent pas aisément observer à travers l’objectif de l’ethnographe parce que l’échelle à laquelle ils se déploient est ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Fancello, « De la violence de l’imaginaire à la violence des images », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22870

Haut de page

Auteur

Sandra Fancello

Institut des Mondes Africains (IMAF), CNRS, Aix-en-Provence.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page