Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Through the Scrying Glass: Defining Witchcraft in Academic Study

Passer par la zone d’ombre: le défi de définir la sorcellerie dans les études academiques
Shelagh Roxburgh
p. 1029-1045

Résumés

De nombreux auteurs ont noté l’intérêt cyclique pour la sorcellerie en Afrique, avec une montée « revitalisée » émergeant dans les années 1990, soutenue par la recherche innovatrice et la poursuite de l’intérêt populaire pour ce sujet, dans les médias et auprès des activistes (Ciekawy & Geschiere 1998 : 1). Après presqu’un siècle de recherches, il est difficile de déterminer si notre compréhension de la sorcellerie s’est approfondie depuis l’œuvre canonique d’Evans-Pritchard chez les Azande en 1937. Cette revue résume vingt œuvres sur la sorcellerie qui ont été publiées en anglais au cours des deux dernières décennies afin de démontrer comment notre compréhension de la sorcellerie s’est élargie pour intégrer de nouvelles expressions et expériences. En même temps, cet article examine si la complexité conceptuelle croissante nous rapproche d’une définition claire de ce qu’est la sorcellerie, en tant que concept ou phénomène, ou si elle offre une plus grande certitude quant à l’existence de ce phénomène et objet d’étude obscur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

From Description to Definition
Witchcraft as Power
A House of Mirrors

Aperçu du texte

Witchcraft as an ambiguous force exerts a power over studies of the topic, deepening the quintessential philosophical conflict inherent in knowledge. The common analogy of the blind men and the elephant is made more problematic when attempting to understand witchcraft because the elephant in question is not even in the room; it resides in a shadowy landscape behind an obscuring veil. As researchers, we are perpetually defining and describing witchcraft because it is shifting and fluid and, as a result, it is never certain that the same phenomenon is being discussed across all contexts, languages, interpretations, experiences, and cosmologies. Therefore, the researcher must remain critical and reflexive of the risks of bending the gaze back onto the self while considering witchcraft as a “positive object” to be explained “through ‘our’ terms” (Rutherford 1999: 105). Witchcraft in A...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shelagh Roxburgh, « Through the Scrying Glass: Defining Witchcraft in Academic Study », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/22922

Haut de page

Auteur

Shelagh Roxburgh

Independent Researcher, University of Ottawa, Ottawa, Canada.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page