Navigation – Plan du site
études & essais

Une nouvelle bataille de vérité

Discours sorcellaires, cicatrices corporelles et régimes de crédibilité dans le droit d’asile
A New Battle for Truth. Witchcraft Discourses, Body Scars and Credibility Regimes in Right to Asylum Cases
Roberto Beneduce
p. 763-792

Résumés

Le droit d’asile connaît des transformations profondes depuis quelques années, en raison de phénomènes migratoires différents mais surtout parce qu’il est de plus en plus difficile d’entrer en Europe autrement qu’en tant que « demandeur d’asile ». L’article analyse les formes de soupçons que peuvent susciter auprès des commissions territoriales pour la protection internationale certains demandeurs d’asile originaires de l’Afrique subsaharienne lorsque leurs récits évoquent, en termes souvent oniriques, des menaces d’ordre spirituel, des actes de sorcellerie, ou lorsqu’ils exhibent des cicatrices rituelles en tant que « preuves ». Avec en toile de fond des tactiques narratives parfois nourries d’histoires préfabriquées dans l’espoir de les rendre plus plausibles, l’analyse suggère de voir dans ces thèmes l’expression d’un véritable « duel épistémologique » ou mieux, d’un retour de « la culture » et des « savoirs assujettis » sur la scène des droits humains, en mesure de faire vaciller les certitudes de l’État moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le langage de l’occulte et l’empire de l’invisible dans le bureau des droit humains
Les mots d’un discours exoticisant
« Actes de persécution », « délires de persécution », sorcellerie : le vocabulaire de la domination
Les récits des demandeurs d’asile : une étrange expression de « savoirs assujettis » ?
Juju, vaudou et serments
Les demandeurs d’asile « se dévoilent », et d’un autre motif de « perplexité »
Des violences mystiques, des cicatrices corporelles

Aperçu du texte

« Peut-être que dans leur pays les gens ne sont pas assassinés par les sorciers, mais ici ils le sont ».

Dans le vocabulaire administratif qui rythme actuellement l’attente et le destin de milliers de réfugiés, des mots tels que « cohérence », « crédibilité », « plausibilité » expriment une nouvelle forme d’hégémonie morale, épistémologique et politique, donc une nouvelle forme de domination. C’est en référence à ces territoires d’hypocrisie et d’arbitraire que Bohmer et Shuman (2007) ont adopté la notion d’« épistémologie de l’ignorance » : selon eux, la prétention de générer de l’information et des connaissances (sur le demandeur d’asile, sur sa biographie et les circonstances qui l’ont amené à abandonner son pays, sur les risques qu’il courrait s’il y retournait, etc.) est enfermée dans un dispositif bureaucratisé qui, au final, est essentiellement producteur d’ignorance.

Cette ignoran...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberto Beneduce, « Une nouvelle bataille de vérité », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/23290

Haut de page

Auteur

Roberto Beneduce

Département de Cultures, Politique et Société, Université de Turin ; Centre Frantz Fanon, Turin, Italie.

Du même auteur

  • Fantasmagories de la cure [Texte intégral]
    Routinisation de la vision et « textes cachés » dans les thérapies rituelles (Cameroun)
    Paru dans Cahiers d’études africaines, 212 | 2013
Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page