Navigation – Plan du site
études & essais

Les impasses de la transe à l’école

Violences de genre, religions et protestations à N’Djamena
The Impasses of Trance at School. Gender Violence, Religions and Protests in N’Djamena
Andrea Ceriana Mayneri
p. 881-911

Résumés

Depuis des années, des transes se succèdent dans des établissements scolaires de N’Djamena et touchent principalement des étudiantes. Dans cet article, j’analyse certaines réactions d’enseignants et de parents, mais aussi des médias et des autorités religieuses et politiques qui commentent ou qui interviennent pendant ces crises dans les écoles. Les références fréquentes à des « maladies », à des « syncopes » ou à l’« hystérie » renvoient, parfois simultanément, à différentes menaces ressenties qui pèseraient sur la ville et ses habitants. Ainsi, les élans d’une jeunesse trépidante sont reliés à l’apparition de djiins, shâyatîns, sirènes aquatiques et autres figures sorcellaires, dont la proximité menaçante serait révélée par la profusion d’accessoires de beauté chez les filles, autant que par les effets supposés de certains « parfums de Boko Haram » (la secte ayant frappé mortellement N’Djamena). Parallèlement à ces interprétations populaires, politiques et religieuses, la transe semble surtout s’articuler pour la jeunesse étudiante de N’Djamena à l’expérience de souffrances et d’abus répétés, mais aussi à différentes luttes pour l’émancipation. En conclusion, j’avance l’hypothèse selon laquelle ces conduites corporelles exceptionnelles permettent à une partie de la jeunesse tchadienne d’exprimer ses malaises et ses aspirations, tout en lui posant, du fait des propriétés caractéristiques du phénomène de la transe, des limites contraignantes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les établissements scolaires entre protestations sociales et controverses religieuses
Pluralisme et conflits
Séduction et menace terroriste
Lois et viols politiques
Et la tradition ? Les impasses de la transe à l’école

Aperçu du texte

À N’Djamena et, dans une moindre mesure, dans quelques villes de l’intérieur du Tchad, un phénomène se répand depuis des années, et touche le milieu scolaire en particulier : pendant les cours ou dans des moments de recréation, des étudiantes, plus rarement des étudiants, tombent soudainement par terre. Là, certains demeurent immobiles, comme s’ils avaient perdu connaissance ; d’autres, au contraire, sont pris d’une forte agitation corporelle et, parfois, prononcent des phrases au premier abord énigmatiques. Les secours administrés par des copains et par le personnel scolaire sur place, ainsi que, plus tard, les interventions médicales, ne réussissent généralement pas à apaiser ces crises, ce qui contribue à la diffusion d’explications et rumeurs diverses. En effet, parmi la population de la capitale, ces faits suscitent des débats dont certains médias nationaux se font l’écho. En...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Ceriana Mayneri, « Les impasses de la transe à l’école », Cahiers d’études africaines [En ligne], 231-232 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/23393

Haut de page

Auteur

Andrea Ceriana Mayneri

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS, Ivry-sur-Seine.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page