Navigation – Plan du site
études et essais

La ville des auditeurs : radio, rumba congolaise et droit à la ville dans la cité indigène de Léopoldville (1949-1960)

The Listeners’ City: Radio, Congolese Rumba and the Right to the City in the Native Quarters of Leopoldville (1949-1960)
Charlotte Grabli
p. 9-45

Résumés

Loin d’avoir servi la propagande coloniale, Radio Congo belge pour Africains (RCBA) adapta rapidement ses programmes aux goûts des auditeurs congolais, transformant la radio en un médium musical fonctionnant à la façon d’un « phonographe collectif ». En retraçant les usages de la radio dans la « cité indigène » de Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) depuis son introduction en 1949, cet article montre comment les auditrices et les auditeurs se saisirent de la radiodiffusion pour inventer de nouvelles formes d’urbanité. L’analyse des liens sociaux entre musique, son et espace éclaire des aspects méconnus de l’histoire de cette métropole africaine. Elle montre comment les auditeurs s’appropriaient leur quartier en construisant des espaces d’écoute et de sociabilité qui contestaient le monopole colonial sur « la ville », et son accès symbolique et concret.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Du « tam-tam du Bula matari » à la « Radio-phono » : la rapide transformation de la radio coloniale
RCBA : la voix du pouvoir colonial
L’évolution musicale de RCBA
L’intervention des auditeurs dans la programmation musicale
Les voix congolaises de la radio : oralité et subjectivités politiques
Écoute radiophonique, pratiques de l’espace et droit à la ville
Les public address et le droit à la ville
Usages privés de la radio et urbanité
Du détournement de l’écoute privée à l’ambiance des bars : le cas des auditrices
Modernité sonore et radiodiffusion de la rumba
La célébration de la rumba congolaise par les auditeurs
« Dans le Congo moderne, une seule danse, la rumba » : continuum entre diffusion et performance
Mobilité des célébrités radio et conceptualisation de la scène musicale

Aperçu du texte

Je me souviens du temps où les habitants de mon quartier, à Douala, tendaient l’oreille pour écouter ce qui se disait à la radio. Je dis bien qu’ils tendaient l’oreille, car il ne s’agissait pas pour eux d’écouter un poste se trouvant dans leur chambre, mais de profiter de celui d’un voisin. Ce dernier était un Européen. Il avait fait entourer sa maison d’une double haie d’hibiscus et de fils barbelés, afin d’en rendre l’accès difficile. Il possédait un récepteur donnant une musique merveilleuse […] je me rappelle que nous étions toujours à l’écoute de nouvelles dont nous ne comprenions pas le sens — parce qu’elles étaient dites à toute allure en français — et de musiques de toutes sortes, venant d’un monde inconnu. Cela, c’était il y a quelque vingt-cinq ans (Bebey 1963 : 11).

Ce souvenir de l’écrivain et musicien camerounais, Francis Bebey, témoigne de l’émerveillement des auditeurs pour le monde sonore de la radio qui surgissait dans l’espace cloisonné de la ville coloniale. Sembl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Grabli, « La ville des auditeurs : radio, rumba congolaise et droit à la ville dans la cité indigène de Léopoldville (1949-1960) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 233 | 2019, mis en ligne le 14 mars 2021, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/25229

Haut de page

Auteur

Charlotte Grabli

Centre international de recherche sur les esclavages et les post-esclavages (CIRESC), EHESS, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page