Navigation – Plan du site
études et essais

Vers une gouvernance par la mosquée

Le recours à l’islam dans les cérémonies sociales et dans l’information publique à Sénou (Mali)
Towards Governance by the Mosque: Recourse to Islam for Social Ceremonies and the Circulation of Public Information in Sénou (Mali)
N’gna Traoré
p. 47-73

Résumés

Au fur et à mesure que les mosquées se multiplient à Bamako, les habitants ont massivement recours aux prestataires de cultes musulmans pour les cérémonies sociales telles les dations de nom, mariages et funérailles. Ce recours à l’islam donne un rôle central à la mosquée qui devient le lieu le plus sollicité pour abriter les cérémonies. La mosquée est par ailleurs utilisée comme un vecteur de communication. La plupart des informations d’intérêt public sont ainsi transmises aux populations par le canal de la mosquée. L’article aborde les enjeux économiques, sociaux, politiques et idéologiques du recours à la mosquée, en général et dans les cérémonies sociales, en particulier dans le quartier de Sénou en commune VI du district de Bamako.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

De l’histoire de la diffusion de l’islam au Mali
La multiplication des mosquées à Sénou : enjeux et défis
La dation du nom : convergence et contradiction entre islam et logiques de terroir autour du « bon nom »
Les funérailles et la recherche de caution religieuse
Le mariage religieux musulman, pratiques et enjeux
La mosquée comme médium
La centralité de la mosquée et les marges de laïcité pratique

Aperçu du texte

L’islam est la religion majoritairement pratiquée dans la quasi-totalité des États d’Afrique de l’Ouest. Ses caractéristiques et ses évolutions présentent des similitudes dans les pays concernés par son extension, notamment au Mali, au Niger et au Sénégal. Le développement d’une politique éducative et la recherche du contrôle démocratique des institutions par des leaders musulmans sont les formes actuelles de ces évolutions. Les medersas (écoles d’enseignement franco-arabes et coraniques) se multiplient et les lieux de culte musulmans sont de moins en moins en marge des compétitions politiques (Haïdara 2015).

Au Mali, où l’islam est pratiqué par 94 % de la population (insat 2011), la multiplication des mosquées s’intègre à la vie spirituelle et sociale comme un indispensable canal de diffusion et de consolidation de la foi islamique. L’usage de la mosquée et le recours aux leaders musulmans dans la célébration des cérémonies sociales, telles que la dation du nom, le mariage et les fu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

N’gna Traoré, « Vers une gouvernance par la mosquée »,  Cahiers d’études africaines, 233 | 2019, 47-73.

Référence électronique

N’gna Traoré, « Vers une gouvernance par la mosquée »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 233 | 2019, mis en ligne le 14 mars 2021, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/25233  ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.25233

Haut de page

Auteur

N’gna Traoré

Institut supérieur de formation et de recherche appliquée (ISFRA), Université des sciences politiques, Bamako ; Institut des sciences humaines (ISH), Bamako, Mali.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page