Navigation – Plan du site
notes et documents

Une « dette d’honneur » impensée. Les réfugiés juifs et la République d’Haïti

An Inconceivable “Debt of Honor”: Jewish Refugees and the Republic of Haiti
Nadège Veldwachter
p. 149-170

Résumés

En mars 2010, une exposition intitulée « Juifs et Haïtiens : une histoire oubliée », organisée à Montréal, présenta la relation entre les deux communautés comme née d’une « dette d'honneur » contractée pendant la Seconde Guerre mondiale : l’asile offert par le gouvernement haïtien aux juifs européens forcés à l’exil. Dans le but de faciliter la réinstallation de ces réfugiés, le président américain Franklin Roosevelt convoqua en juillet 1938 une conférence intergouvernementale dans la ville française d’Évian. Suite à cette conférence, la République d’Haïti, invoquant les idéaux de la révolution de 1804, accepta d’étudier la possibilité d’accueillir 50 000 juifs. Cet article propose d’étudier la nature du « don » relié à la notion de « dette » qui unit juifs et Haïtiens et également de comprendre les motivations historiques qui poussèrent le gouvernement haïtien à faire montre d’hospitalité envers un peuple jugé « indésirable ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La conférence d’Évian et ses suites
Don ou intéressement ? Les raisons de l’engagement de la République d’Haïti

Aperçu du texte

En mars 2010, une exposition intitulée « Juifs et Haïtiens : une histoire oubliée » fut organisée sous l’égide du Centre commémoratif de l’Holocauste de la ville de Montréal et présenta la relation entre les deux communautés comme née d’une « dette d’honneur » contractée lors de la Seconde Guerre mondiale (Amar 2012 : 11). La dette à laquelle se réfère l’exposition est l’asile offert par le gouvernement haïtien aux juifs européens forcés à l’exil à une époque où la plupart des pays européens refusaient de changer leurs politiques d’immigration. Après l’annexion allemande de l’Autriche, l’Europe dut faire face à un afflux sans précédent de juifs déplacés fuyant les persécutions nazies. Dans le but de faciliter la réinstallation de ces réfugiés, le président américain Franklin Delano Roosevelt convoqua en juillet 1938 une conférence intergouvernementale dans la ville d’Évian-les-Bains en France (Feingold 1970). Suite à cette conférence, sur les trente-deux pays présents, deux nations ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Veldwachter, « Une « dette d’honneur » impensée. Les réfugiés juifs et la République d’Haïti », Cahiers d’études africaines [En ligne], 233 | 2019, mis en ligne le 14 mars 2021, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/25249

Haut de page

Auteur

Nadège Veldwachter

Department of French, School of Languages and Cultures, Purdue University, West Lafayette, États-Unis.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page