Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Penser l’Afrique ou connaître les sociétés de l’Afrique ?

Thinking Africa or Knowing African Societies?
Jean Copans
p. 215-269

Résumés

Cette chronique en deux parties (dont la suite paraîtra dans le prochain varia des Cahiers d’Études africaines) passe en revue vingt et un ouvrages. Dans une première section sont analysés deux recueils coordonnés respectivement par A. Mabanckou, puis par A. Mbembe et F. Sarr, ainsi qu’un essai de ce dernier. Plus d’une trentaine de contributeurs, presqu’exclusivement d’origine africaine, donnent leur opinion sur l’apparition du paradigme de « l’Afrique-monde » au xxie siècle qui exprime à la fois une mondialisation de la culture continentale et diasporique et une africanisation de cette mondialité. Ces textes ont quasiment une valeur de manifeste. Dans une seconde section sont examinés une dizaine d’ouvrages qui font le point sur le fonctionnement de l’université et de la recherche en sciences sociales au Sénégal et dans d’autres pays. Ces textes font part des difficultés à produire des connaissances scientifiques après un demi-siècle d’indépendance. La troisième section, à paraître, présentera, en contre-point, une demi-douzaine d’ouvrages français qui vont de la lecture hégélienne de l’Afrique aux banlieues françaises et à l’état actuel des études africanistes vues depuis la France.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le postulat d’une Afrique-Monde : une fuite en avant, un préalable intellectuel et culturel ou bien une dynamique plus idéologique que scientifique ?
À propos des ouvrages de A. Mabanckou (2017), Penser et écrire l’Afrique aujourd’hui ; F. Sarr (2016), Afrotopia ; A. Mbembe & F. Sarr (2017), Écrire L’Afrique-Monde
Des humanités aux savoirs : la difficile construction d’une indépendance scientifique africaine
À propos des ouvrages de J. S. Mabenga (2017), Africanologie : ébauche d’une discipline scientifique ; V. N. Ndongo (2015), Leçons de sociologie africaine ; M. Tamba (2014), Sociologie au Sénégal ; M. Tamba (2016), Histoire et sociologie des religions au Sénégal, J.-A. Goudiaby (2014), L’université et la recherche au Sénégal. À la croisée des chemins entre héritages, marché et réforme LMD ; H. Dia (2014), numéro spécial « L’Afrique qualifiée dans la mondialisation », Hommes et migrations

Aperçu du texte

L’« Afrique noire » est de retour mais est-elle vraiment en marche ? En effet Emmanuel Macron, à peine deux mois après son élection, a voulu rivaliser avec l’un de ses prédécesseurs en mettant en doute, dès le 8 juillet 2017, la capacité « civilisationnelle » du continent ! Nous n’épiloguerons pas sur ce qu’un journaliste guinéen a qualifié de bourde. L’« Afrique noire » reste toujours l’objet d’un « appel à incantations » puissant dans l’espace mondial du développement et de la création culturelle. La seule ambition de cette chronique vise à en analyser quelques-unes des facettes rhétoriques, académiques et éditoriales africaines francophones récentes. Après l’afro-pessimisme des années 1990-2000, voici venu, comme le titrait il y a déjà huit ans l’ancien directeur de l’Agence française de développement (afd), Jean-Michel Severino, Le Temps de l’Afrique (Severino & Ray 2010). L’économiste y diagnostiquait une renaissance des économies africaines en notant l’augmentation impressionn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « Penser l’Afrique ou connaître les sociétés de l’Afrique ? »,  Cahiers d’études africaines, 233 | 2019, 215-269.

Référence électronique

Jean Copans, « Penser l’Afrique ou connaître les sociétés de l’Afrique ? »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 233 | 2019, mis en ligne le 14 mars 2021, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/25265

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Centre Population et Développement (Ceped), Université Paris Descartes, IRD.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page