Navigation – Plan du site
La famille, un espace relationnel de pouvoir et de domination

Affaires d’héritage à Cotonou : comment la loi a changé les familles

Inheritance Cases in Cotonou: How the Law Changed Families
Sophie Andreetta
p. 377-404

Résumés

Début 1990, le Bénin adoptait une constitution démocratique. Le pays ratifia de nombreuses conventions internationales, garantissant le respect des principes des droits de l’Homme. Une série d’évaluations et de réformes des services publics furent planifiées, visant à garantir la « bonne gouvernance » et la mise en place d’un État de droit. La justice y occupait une place centrale. Parmi les premiers textes à être adoptés, figurait le Code des personnes et de la famille de 2004, qui abrogea le « droit coutumier », jugé discriminatoire à l’égard des femmes. Cet article reviendra tout d’abord sur le contexte et les enjeux de l’adoption de ce Code, largement inspiré du droit français. En se basant sur le cas précis des conflits d’héritage et du parcours de ceux qui saisissent la justice, il analysera ensuite les effets de ce nouveau dispositif sur les dynamiques familiales à Cotonou. À partir d’une enquête ethnographique, cette contribution montre comment le droit et les procédures judiciaires sont mobilisés par certains héritiers pour reconfigurer les rapports de genre et de générations, mais aussi et surtout pour renégocier la clé de répartition des biens en famille.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Usages du droit et politiques publiques en anthropologie
Le lieu, les participants et la méthode
Le « Code des femmes » et l’histoire du droit de la famille au Bénin
L’héritage de Monsieur Agossou
Comment les héritiers saisissent-ils le tribunal ?
Légitimer une décision familiale
S’assurer que ses droits sont respectés
Modifier la clé de répartition des biens
Mettre la famille à distance

Aperçu du texte

Alors qu’il m’accompagnait à Ouidah, sa ville d’origine, pour y rencontrer son oncle à propos de la manière dont les questions d’héritage sont gérées en famille, mon ami Richard, juriste dans une société commerciale, me parle de sa propre situation. Sa mère est décédée il y a cinq ans, laissant deux maisons à Cotonou, deux fils et trois filles. À 41 ans, Richard est le plus jeune. Il m’explique :

C’est mon frère qui est l’administrateur des biens. Jusqu’ici, il prenait le loyer chez les locataires, mais il ne donnait rien à mes sœurs. Maintenant, ma sœur menace de le traîner au tribunal. À chaque fin du mois, elle vient le voir, elle réclame sa part. Sinon elle ira se plaindre. Et lui, il court pour lui donner l’argent (Cotonou, novembre 2013).

À Cotonou, l’héritage, au cœur des dynamiques foncières et des rapports familiaux, est source de tensions dans de nombreuses familles : en 2014, 1 104 des 8 313 requêtes introduites au tribunal concernaient des affaires de successions.

Depuis 20...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Andreetta, « Affaires d’héritage à Cotonou : comment la loi a changé les familles », Cahiers d’études africaines [En ligne], 234 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/25817

Haut de page

Auteur

Sophie Andreetta

Department of Law and Anthropology, Max Planck Institute for Social Anthropology, Halle-Saale, Allemagne.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page