Navigation – Plan du site
La famille, un espace relationnel de pouvoir et de domination

La révolte en héritage

Militantisme en famille et fragmentation au Nord-Mali (MNLA)
The Heritage of Revolt. Militancy in Families and Fragmentation in Northern Mali (MNLA)
Denia Chebli
p. 453-481

Résumés

Cet article questionne le lien entre les relations interpersonnelles intenses (familiales et amicales) et la possibilité pour un mouvement armé d’instaurer une discipline interne. La rébellion armée, déclenchée par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) en 2012, concerne plusieurs générations de militants connectés par des liens de solidarité. L’ancrage local du MNLA a fait sa force lors de la phase de mobilisation. Cependant, il implique une imbrication de la sphère partisane et des relations de parenté qui ont rendu impossible l’autonomisation du politique. À partir du processus de formation du mouvement et son fonctionnement interne, cet article explore la tension entre la loyauté due à un parent et l’impartialité que l’on peut attendre d’un mouvement révolutionnaire.

Haut de page

Notes de l'auteur

Je remercie vivement Johanna Siméant et Adèle Blazquez pour leurs relectures, ainsi que Marielle Debos, Olivier Grojean et Gilles Dorronsoro pour leurs retours sur la première version de ce texte. Merci également aux relecteurs anonymes de la revue et à Marie Brossier pour ses commentaires stimulants. Sans oublier toute l’équipe de l’ERC Social Dynamics of Civil Wars qui nourrit sans cesse ma réflexion.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La création du MNLA : les liens familiaux et amicaux à la base de la mobilisation
Des associations pour les étudiants venus du Nord
Les effets de la répression, le passage à la clandestinité
Alliance avec les générations précédentes 
Transmissions familiales : mémoires et compétences
Transmission mémorielle dans la famille
« Tout ce que les hommes font, c’est pour les femmes, même la rébellion »
Répartition des tâches militantes en famille
L’impossible autonomisation du politique
Des unités autonomes et insérées à une économie locale
L’échec de l’institutionnalisation lié à l’existence de liens de parenté

Aperçu du texte

En janvier 2012, le Mouvement national de libération de l’Azawad (mnla) déclare la guerre à l’État malien et proclame l’indépendance de l’Azawad le 6 avril 2012. Si, dans un premier temps, le mnla chasse l’armée malienne et les fonctionnaires des trois régions du Nord, le mouvement sécessionniste est rapidement évincé par des groupes islamistes, dont l’avancée vers le Sud motivera l’intervention française en janvier 2013. À la suite d’un processus de négociation, un accord de paix est signé à Alger, en juin 2015. Six ans après le début du conflit, le mnla s’est fragmenté en une multitude de mouvements armés.

La fragmentation du mnla, qui constitue l’objet de cet article, s’est imposé en raison d’un étonnement empirique. Le processus qui a mené à la signature de l’accord de paix au Mali a été l’occasion d’assister à des scènes a priori surprenantes : des opposants politiques se faisant de grandes accolades et prenant des nouvelles de leurs familles respectives avant de prendre place à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denia Chebli, « La révolte en héritage », Cahiers d’études africaines [En ligne], 234 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/25913

Haut de page

Auteur

Denia Chebli

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page