Navigation – Plan du site
La famille, la parenté et l’hérédité comme ressources dans le jeu politique

Les « glorieuses familles »

Liens de parenté situationnels, stratégie agentielle et critique du pouvoir en Angola
The “Glorious Families”: Situational Kinship, Agentive Strategy and Critique of Power in Angola
Jon Schubert
p. 515-542

Résumés

L’anthropologie a depuis longtemps examiné les liens entre le symbolisme de la parenté et la légitimité politique en Afrique, selon lesquels l’autorité légitime repose sur des imaginaires familiaux et paternels du pouvoir. Le cas de l’Angola nous offre une occasion de revoir ce trope classique de manière critique : autant les liens de famille qui unissaient les cercles restreints du pouvoir autour de l’ancien Président dos Santos sont de notoriété publique, autant le régime est réticent à déployer les métaphores paternelles ou les valeurs « traditionnelles » pour asseoir son autorité. En dressant une cartographie des dimensions affectives des relations de domination dans un régime néo-autoritaire contemporain tel que l’Angola, l’article suggère qu’il existe une tension entre deux corpus de valeurs distincts mais corrélés — l’idéal « traditionnel » de la communauté politique comme une famille, d’une part, et la pratique réelle de mobilisation des relations de parenté à Luanda, d’autre part. La connaissance fine qu’ont les citoyens de ces réseaux de famille réels ou imaginaires qui constitueraient « le pouvoir » en Angola ouvre un champ discursif où l’on peut critiquer un gouvernement peu à l’écoute des besoins de la population, tandis que l’établissement de liens de parenté situationnels au quotidien crée des opportunités d’avancement individuel qui, en fin de compte, renforcent plutôt que subvertissent le statu quo.

Haut de page

Notes de l'auteur

L’auteur remercie la coordinatrice de ce numéro ainsi que les évaluateurs anonymes de l’article pour leurs commentaires pertinents qui lui ont permis d’étoffer l’argument. Un grand merci également à D. Kupperberg et Y. Mora pour leur précieux soutien aux révisions linguistiques du texte.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un parrain dans la cuisine : cunhas au quotidien
La base des cunhas
Imaginaires populaires de l’autorité
Tensions productives entre cunhas et tradition

Aperçu du texte

En janvier 2014, la police angolaise arrêtait un jeune homme dans l’hôtel huppé du Centro de Convenções de Talatona, au sud de Luanda. Pendant quatre mois, Paulo Feijó, âgé de 28 ans, avait vécu dans le luxe d’une suite de l’hôtel qu’il avait obtenue de la direction de l’établissement, en se présentant comme étant Paulo Anderson Feijó dos Santos. Ayant présenté une fausse carte d’identité, il se faisait passer pour le fils de José Eduardo dos Santos, l’indéboulonnable président angolais au pouvoir de 1979 à 2017. Les premières enquêtes révélèrent que le prétendu fils du président avait également obtenu un crédit d’un demi-million de dollars (usd) de la Banque angolaise de développement et avait régulièrement rencontré dans sa suite des investisseurs étrangers, leur promettant un accès privilégié à son père et donc aux financements de l’État. Des investigations ultérieures démontrèrent en juin 2014 que le « faux fils » avait réussi, en quelques mois, à amasser 14 millions de dollars ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jon Schubert, « Les « glorieuses familles » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 234 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/25988

Haut de page

Auteur

Jon Schubert

Département d’Anthropologie, Brunel University, Londres, Royaume Uni.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page