Navigation – Plan du site
La famille, la parenté et l’hérédité comme ressources dans le jeu politique

Les derniers fils de chefs de canton au Sénégal : « Nous étions des sujets, nous sommes devenus des compléments d’objet direct »

The Last Sons of Canton Chiefs in Senegal: We Were Subjects, we Became Direct Objects
Juliette Ruaud
p. 571-595

Résumés

Cet article restitue des entretiens menés avec des fils de chefs de cantons, devenus adultes dans les années 1950, en les croisant avec des archives coloniales. Il tente de faire voir leurs parcours en reconstituant leurs « carrières » pour poser la question des socialisations à la fonction de chef en tant que métier et en tant que statut social. En faisant cela, il montre comment différents dispositifs coloniaux ont en partie modelé les usages de l’hérédité politique au Sénégal. D’autre part, ce travail pose la question des incidences biographiques de l’indépendance pour les anciens intermédiaires du pouvoir colonial, et de la reconversion de leurs dispositions au commandement dans les États indépendants.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie
Apprendre le métier de chef de canton dans les années 1950
Devenir (ou pas) chef de canton
L’élection d’Abdel Kader Agne
Vivre la fin de la chefferie cantonale (et rester fils de chef malgré tout ?)

Aperçu du texte

Les fils de chefs restent assez mal connus des historiens du Sénégal. Certes, il existe des travaux sur les dernières années de la chefferie en Afrique occidentale française. A. Keese (2010) montre que, malgré les changements consécutifs à la fin de l’indigénat, un certain nombre de chefs sont parvenus à maintenir leur pouvoir dans cette dernière période et à s’adapter. Par ailleurs, d’autres travaux ont montré la présence de fils de chefs dans le champ politique d’autres espaces de l’ancien empire colonial français (Soriano 2016). En revanche, dans le cas du Sénégal, on connaît moins la diversité des trajectoires de ces héritiers dont les formes d’exercice du pouvoir ont disparu. En restituant une série d’entretiens menés avec certains de ces fils, désormais très âgés, on souhaite contribuer à une meilleure compréhension de la chefferie coloniale en tant qu’institution. À cette fin, on reprendra les principes de J. Lagroye (1997) selon lesquels comprendre une institution implique a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Ruaud, « Les derniers fils de chefs de canton au Sénégal : « Nous étions des sujets, nous sommes devenus des compléments d’objet direct » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 234 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/26045

Haut de page

Auteur

Juliette Ruaud

Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient, Département de science politique, Université Laval, Québec, Canada ; Laboratoire Les Afriques dans le Monde, Sciences Po Bordeaux, Pessac, France.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page