Navigation – Plan du site
La famille, la parenté et l’hérédité comme ressources dans le jeu politique

Au nom du père, du fils et du Sénégal ou comment l’héritage ne fait toujours pas l’héritier en politique

In the Name of the Father, the Son, and Senegal. Or How Heredity does Not Always Produce a Political Heir
Marie Brossier
p. 655-681

Résumés

Cet article interroge la manière dont l’hérédité se fabrique en politique à partir du projet de succession héréditaire mené au Sénégal entre l’ancien président Abdoulaye Wade (au pouvoir de 2000-2012) et son fils Karim entre 2000 et 2019. Celui-ci repose, d’une part, sur la captation familiale du pouvoir à la tête de l’État (pour le père) et du parti du père (pour le fils) et, d’autre part, sur la construction d’une validation politique et électorale de la filiation et de l’héritier. Certains ont vu dans la trajectoire du fils (positionné au sein du Parti et de l’État, puis disqualifié par une condamnation pour enrichissement illicite et le rejet de sa candidature dans la course à la présidence de 2019), un projet largement contesté puis défait de succession héréditaire. Pourtant, son parcours fait de luttes fratricides avec les « fils » politiques de Wade père, notamment Macky Sall, qui devient président de la République (en 2012 puis à nouveau en février 2019), montre qu’une tentative de succession marquée par un processus de sélection (famille et parti), de contrôle du Parti et d’expériences ministérielles majeures, n’est pas toujours vouée à réussir. Les contraintes majeures que constituent une compétition politique relativement institutionnalisée ainsi qu’une contestation populaire rejetant la naturalisation des rapports politiques à des rapports de parenté comme gage de stabilité montrent que l’héritage (à transmettre) ne suffit pas à faire l’héritier en politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le Sénégal : un cas « laboratoire » de succession héréditaire?
Choisir l’héritier : sélection du fils au sein de la famille et du Parti
Qualifier le fils dans la compétition partisane : la « Génération du concret »
Logiques de qualifications et de disqualifications 

Aperçu du texte

En soulignant l’importance de croiser les approches disciplinaires afin d’explorer un objet considéré comme « non conventionnel » en science politique (Brossier & Dorronsoro 2016) tout en réinvestissant l’étude des élites et de la représentation politique sur le terrain africain, cet article propose d’étudier les conditions de formation d’une succession héréditaire à la tête de l’exécutif à partir du cas du Sénégal. Parce qu’il constitue un cas « laboratoire », où la succession entre un président et son fils n’est pas encore opérée (pour le moment ce que, par conséquent, certains qualifient de « cas négatif »), la trajectoire récente du Sénégal témoigne particulièrement bien de la manière dont se fabrique l’hérédité en politique. Celle-ci ne doit pas être restreinte à la prédominance d’une famille (ici les Wade) en politique mais comprise comme un processus plus large d’institutionnalisation de la famille au pouvoir qui englobe les logiques de socialisation (dans la famille, les rés...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Brossier, « Au nom du père, du fils et du Sénégal ou comment l’héritage ne fait toujours pas l’héritier en politique », Cahiers d’études africaines [En ligne], 234 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/26120

Haut de page

Auteur

Marie Brossier

Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient (CIRAM), Département de science politique, Université Laval, Québec, Canada.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page