Skip to navigation – Site map

HomeNuméros234La famille, la parenté et l’héréd...Au nom du père, du fils et du Sén...

La famille, la parenté et l’hérédité comme ressources dans le jeu politique

Au nom du père, du fils et du Sénégal ou comment l’héritage ne fait toujours pas l’héritier en politique

In the Name of the Father, the Son, and Senegal. Or How Heredity does Not Always Produce a Political Heir
Marie Brossier
p. 655-681

Abstracts

This article seeks to understand how political hereditary is constructed through a hereditary succession project in Senegal built by and for former President Abdoulaye Wade (in power from 2000 to 2012) and his son Karim between 2000 and 2019. This planned succession was based in part on the familial capture of state executive power (by the father) and of the father’s political party (by the son), as well as on the construction of a political and electoral validation of kinship and the heir. Some scholars have considered that the son’s life trajectory (positioned in the party and the state, but later disqualified by being found guilty of embezzlement and consequently banned from running for the presidency in 2019) a failed hereditary succession project that has been largely contested. Indeed, his trajectory, characterized by fratricidal struggles between the political “sons” of Wade the father, notably Macky Sall, who became president in 2012 and for a second term in February 2019, visibly demonstrates that in an attempt to engineer a succession through a process of selection (both party and family), control of the party and key cabinet-level experiences are not always the keys to success. The major obstacles, relatively institutionalized competitive politics and popular rejection of the notion that hereditary succession is a guarantee of stability show that the familial transmission of power is insufficient to guarantee a political heir.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2022.
Read it

Outline

Le Sénégal : un cas « laboratoire » de succession héréditaire?
Choisir l’héritier : sélection du fils au sein de la famille et du Parti
Qualifier le fils dans la compétition partisane : la « Génération du concret »
Logiques de qualifications et de disqualifications 

First lines

En soulignant l’importance de croiser les approches disciplinaires afin d’explorer un objet considéré comme « non conventionnel » en science politique (Brossier & Dorronsoro 2016) tout en réinvestissant l’étude des élites et de la représentation politique sur le terrain africain, cet article propose d’étudier les conditions de formation d’une succession héréditaire à la tête de l’exécutif à partir du cas du Sénégal. Parce qu’il constitue un cas « laboratoire », où la succession entre un président et son fils n’est pas encore opérée (pour le moment ce que, par conséquent, certains qualifient de « cas négatif »), la trajectoire récente du Sénégal témoigne particulièrement bien de la manière dont se fabrique l’hérédité en politique. Celle-ci ne doit pas être restreinte à la prédominance d’une famille (ici les Wade) en politique mais comprise comme un processus plus large d’institutionnalisation de la famille au pouvoir qui englobe les logiques de socialisation (dans la famille, les rés...

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie Brossier, « Au nom du père, du fils et du Sénégal ou comment l’héritage ne fait toujours pas l’héritier en politique »,  Cahiers d’études africaines, 234 | 2019, 655-681.

Electronic reference

Marie Brossier, « Au nom du père, du fils et du Sénégal ou comment l’héritage ne fait toujours pas l’héritier en politique »,  Cahiers d’études africaines [Online], 234 | 2019, Online since 01 January 2022, connection on 05 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/26120  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.26120

Top of page

About the author

Marie Brossier

Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient (CIRAM), Département de science politique, Université Laval, Québec, Canada.

By this author

Top of page

Copyright

© Cahiers d’Études africaines

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search