Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Cole Jennifer & Groes Christian (eds.). — Affective Circuits : African Migrations to Europe and the Pursuit of Social Regeneration

Chicago-London, University of Chicago Press, 2016, 364 p., bibl. index.
Guillermo Candiz
p. 690-692
Référence(s) :

Cole Jennifer & Groes Christian (eds.). — Affective Circuits : African Migrations to Europe and the Pursuit of Social Regeneration. Chicago-London, University of Chicago Press, 2016, 364 p., bibl. index.

Texte intégral

1À travers ses onze chapitres, cet ouvrage collectif examine les dimensions intimes de la migration africaine vers l’Europe. Il porte une attention particulière à la multiplicité d’échanges des biens, des personnes, des idées, d’argent par lesquels les migrants et leurs familles façonnent et négocient leurs relations sociales. Ces échanges suscitent, entretiennent et stimulent des sentiments profonds, devenant une partie fondamentale du processus de reproduction sociale à l’intérieur des familles migrantes. Les différents chapitres du livre abordent ces échanges transnationaux en termes de « circuits affectifs ».

2Basés sur des enquêtes multi-sites menées dans différents pays d’Afrique et d’Europe, les chapitres qui composent le livre analysent la façon dont cet espace transnational, construit entre ces deux continents, marque les relations affectives. Selon J. Cole et C. Groes, l’étude de circuits affectifs saisit justement : « the way the transactions that constitute them often combine material and emotive elements simultaneously such that love, obligation, and jealousy become entangled with the circulation of money, consumers goods, ideas, and information » (p. 8).

  • 1 L. Baldassar, C. Baldock & R. Wilding, Families Caring Across Borders : Migration, Ageing and Tran (...)

3Pour se démarquer des autres études1 portant sur des notions comme chaines ou flux internationaux de soins, les auteurs affirment dans l’introduction du livre que le mot « circuit » exprime d’une façon plus claire les « potentiels conflits ou déconnections » à l’intérieur de celui-ci. En effet, les circuits peuvent être l’objet de différents types de régulation ou de blocages à cause, par exemple, des politiques migratoires ou « […] overlapping dimensions of political and social control exercised by different agents operating at different levels » (p. 8).

4À partir d’une perspective transnationale, l’ouvrage étudie les différents liens développés par les personnes migrantes et leur famille dans le temps et dans l’espace, ainsi que la manière dont les processus déclenchés par ces liens contribuent à un changement distinct de régénération sociale. La trajectoire migratoire « emerges at the intersection between individual ambitions, on the one hand, and obligations to wider social networks, on the other » (p. 11).

5Différentes configurations et relations parent-enfant sont abordées dans les trois premiers chapitres du livre. Dans le premier chapitre, Cati Coe analyse le cas du fameux footballeur Mario Balotelli pour montrer la pratique de la circulation des enfants au Ghana. L’auteure souligne que lorsque les Ghanéens se rendent à l’étranger, ils cherchent souvent à placer leurs enfants dans d’autres ménages, n’ayant pas de liens de parenté. Ainsi, la circulation des enfants vise à renforcer les liens sociaux et la structure de soutien de l’enfant, tout en créant de nouveaux circuits affectifs. Au deuxième chapitre, Feldman-Savelsberg explique comment les mères camerounaises à Berlin, face aux défis sociaux et émotionnels de la migration, cherchent à développer et à entretenir différents types de liens au Cameroun et en Allemagne grâce à, par exemple, la naissance d’un enfant. À travers leurs enfants, ces femmes camerounaises établissent et reformulent leurs relations avec l’État, les organisations d’aide humanitaires, leur parenté, etc. Ces relations permettent et facilitent l’échange de biens, d’idées, de sentiments et d’autres ressources. Finalement, dans le troisième chapitre, Pamela Kea étudie la migration gambienne au Royaume-Uni. Elle s’intéresse particulièrement au rôle de la technologie dans l’entretien et la transformation des circuits affectifs dans l’espace transnational. Pour Kea, la circulation de photographies constitue un élément essentiel des pratiques d’échange plus larges, comme l’envoi de biens et d’argent, qui sont au cœur des relations intergénérationnelles. Cependant, l’utilisation de la technologie peut également s’avérer une source de tensions et de conflits entre les parents et leurs enfants, car elle peut être utilisée comme méthode de contrôle à distance, complexifiant la reproduction des relations à distance.

6Dans le quatrième chapitre, Carolyn Sargent et Stéphanie Larchanché discutent de la façon dont les ressources et les conseils en matière de santé circulent entre les migrants dans l’espace transnational entre la France et l’Afrique de l’Ouest. Analysant principalement les cas de migrantes maliennes en France, les auteures soulignent que les réseaux de gestion de la thérapie transnationale renforcent les circuits affectifs, grâce aux échanges de ressources matériels comme de l’argent et des médicaments, mais aussi des conseils en santé. Ainsi, la gestion transnationale des problèmes de santé favorise la reproduction des liens de parenté, en stimulant continuellement les liens matériels, spirituels et affectifs. Au cinquième chapitre, Leslie Fesenmyer examine la circulation des croyances chez les migrants kenyans à Londres, plus particulièrement le rôle du pentecôtisme dans la création et délimitation des circuits affectifs. Le pentecôtisme développe de nouvelles formes de relations morales pour les migrants kenyans convertis. Elle offre un cadre moral et idéologique nouveau pour ces migrants, à travers lequel ils reconfigurent l’aspect matériel et moral de leurs relations à distance avec leur parenté.

7Quant aux sixième, septième et huitième chapitres, ils abordent les effets des mariages mixtes sur la configuration des circuits affectifs. Hélène Neveu Kringelbach se penche sur la migration des hommes sénégalais en France, notamment la « polygamie transnationale » comme projet migratoire. L’auteure montre la manière dont les hommes migrants cherchent à se marier avec une citoyenne française afin de soutenir matériellement et moralement leur famille et leur femme au Sénégal et accéder à un statut régulier en France. L’auteure expose les paradoxes et contradictions du discours public français qui, d’une part, condamne la polygamie comme une pratique qui va à l’encontre des droits humains et, d’autre part, renforce cette pratique par la loi française sur l’immigration car le mariage demeure l’une des peu nombreuses options pour les migrants de régulariser leur séjour en France. Dans le septième chapitre, Christian Groes analyse les relations intimes des jeunes femmes de Maputo, au Mozambique, avec des hommes européens à partir du concept de « triade d’échanges affectifs ». L’utilisation de ce concept permet de tenir compte des différentes relations entre la femme, l’homme et la parenté. L’auteur propose d’aller au-delà du « conjugalisme méthodologique », c’est-à-dire, « the tendency to see marriage as the norm, the ideal, and the natural end point for women from the global south who migrate with Europeans and settle in Europe » (p. 174). Groes montre que les femmes sont prêtes à quitter leur conjoint s’ils les empêchent de subvenir aux besoins de leurs proches au Mozambique, même si cela signifie la perte de leur statut régulier en Europe. Dans le chapitre suivant, Jennifer Cole examine le déroulement de la reproduction sociale transnationale dans les mariages binationaux entre hommes français et femmes malgaches. En analysant la façon dont les femmes gèrent leurs relations avec leur époux français et leur parents malgaches pendant leur séjour en France, et lors du retour à Madagascar, le chapitre montre la façon dont ces femmes cherchent à améliorer leur statut social à Madagascar, en assurant la circulation de ressources matérielles et émotionnelles à travers leurs circuits.

8Les trois derniers chapitres portent la focale sur des hommes migrants ayant développé des relations complexes, voire risquées de « para-parenté ». Henrik Vigh présente les cas de jeunes, originaires de la Guinée-Bissau, qui participent au trafic de cocaïne entre leur pays et le Portugal, afin d’améliorer leurs conditions de vie et celle de leur famille. La participation à cette sorte d’activité permet aux migrants d’obtenir des ressources (de l’argent, des contacts pour régulariser leur séjour, du travail, etc.) et ainsi de se repositionner de manière positive, « devenir quelqu’un » à l’intérieur des circuits affectifs qu’ils entretiennent avec leur parenté. Julie Kleinman étudie le parcours d’un jeune Malien, qui se retrouve avec d’autres migrants venant d’Afrique de l’Ouest à la gare du Nord de Paris, à la quête de ressources et d’opportunités pour faire face aux conditions de vie précaires en France. L’auteure explique la manière dont cette expérience transforme les circuits migratoires et affectifs des « aventuriers » entre l’Europe et leur pays d’origine. Le passage à la gare du Nord offre aux jeunes migrants « an alternative way to come of age » (p. 248). Au dernier chapitre du livre, Sasha Newell explore la circulation des « sapeurs » entre le Congo et la France et montre comment les régulations migratoires de l’État français ont bloqué les circuits affectifs et pratiques de circulations traditionnelles de ces hommes congolais, ce qui ne les a pourtant pas empêchés de créer de nouveaux circuits transnationaux, notamment au moyen de la technologie, et même un nouveau style de « sapeur ».

9Pour conclure, la notion de « circuits affectifs » s’avère novatrice et très pertinente pour les études des relations à l’intérieur des familles transnationales en aidant à mieux comprendre les dynamiques et processus de reproduction sociale qui y sont en jeu. Tout au long des chapitres, le livre aborde les différentes manières et stratégies à travers lesquelles les migrants négocient et entretiennent leurs relations intimes à distance dans le système migratoire euro-africain. En outre, le livre constitue une excellente contribution au débat sur la migration, en offrant un regard complexe qui permet d’aller au-delà des images médiatiques des migrants africains sur des bateaux de fortune essayant d’échapper à la pauvreté et aux conflits.

Haut de page

Notes

1 L. Baldassar, C. Baldock & R. Wilding, Families Caring Across Borders : Migration, Ageing and Transnational Caregiving, London, Palgrave, MacMillan, 2007 ; L. Merla & L. Baldassar, « Les dynamiques de soin transnationales entre émotions et considérations économiques », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41 (1), 2010, p. 189 ; E. Kofman, « Rethinking Care through Social Reproduction : Articulating Circuits of Migration », Social Politics, 19 (1), 2012, pp. 142-162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillermo Candiz, « Cole Jennifer & Groes Christian (eds.). — Affective Circuits : African Migrations to Europe and the Pursuit of Social Regeneration », Cahiers d’études africaines [En ligne], 234 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/26198

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page