Navigation – Plan du site
La famille, la parenté et l’hérédité comme ressources dans le jeu politique

The Paradox of Isabel dos Santos

State Capitalism, Dynastic Politics, and Gender Hostility
in a Resource-Rich, Authoritarian Country
Le paradoxe d’Isabel dos Santos : capitalisme de l’État, politique dynastique et hostilité de genre dans un pays autoritaire et riche en ressources
Anne Pitcher et Edalina Rodrigues Sanches
p. 597-624

Résumés

Dans le monde entier, les fils et les filles de nombreux chefs d’État attirent l’attention des médias pour leurs exploits. Comme d’autres enfants célèbres de politiciens, Isabel dos Santos, fille de José Eduardo dos Santos, ancien président de l’Angola (1979-2017), fait l’objet d’un examen approfondi de la part des médias au sujet de ses investissements et de ses habitudes de dépense fastueuses. Nous réalisons une étude systématique d’articles de journaux des médias angolais et internationaux, de commentaires sur les réseaux sociaux et des sites web pour examiner les représentations contradictoires d’Isabel de 2010 à 2018. Cette période correspond à des représentations célébrant Isabel pendant la croissance de son entreprise, jusqu’à son licenciement de la direction de Sonangol et le départ de son père de la présidence. Nous soutenons que les changements dans le portrait qui est fait d’Isabel au fil du temps illustre les différentes dimensions de la politique dynastique dans des contextes autoritaires. Alors que sa position en tant que fille de président aisée renforce de manière ironique l’oligarchie politique patriarcale, sa chute témoigne quant à elle des limites de la politique héréditaire en Angola.

Haut de page

Notes de l'auteur

Anne Pitcher would like to thank participants at the “Engendering Global Capitalism” panel at the University of Chicago for their helpful suggestions on an earlier draft of this paper. She would also like to thank the University of Michigan and the Stellenbosch Institute for Advanced Study for providing collegial environments and financial support during the writing of this paper. The authors greatly appreciate the insightful comments by an anonymous reviewer and the encouragement throughout of Marie Brossier. The responsibility for any errors is our own.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Understanding Isabel
Isabel dos Santos’ Presence in the Media: The Rise and Fall of the Angolan “Princess”
Explaining the Obsession with Isabel

Aperçu du texte

Isabel dos Santos is the daughter of José Eduardo dos Santos, the former President of Angola who served from 1979 to 2017. With an estimated net worth of about 2.2 billion us dollars in 2018, she is often portrayed by the global and national media as an “African princess” whose wealth derives from her connection to her father rather than to any business acumen (Dolan & Marques de Morais 2013; Smith 2013). Over the course of her 45 years of life, she has acquired business interests in banking, oil, real estate and the media, not only in Angola but also in Portugal, the former colonial power, and in the Netherlands (Fernandes 2015). Before being dismissed in 2017 from her position by the current president of Angola, João Lourenço, Isabel dos Santos also served as chairwoman of Sociedade Nacional de Combustíveis de Angola—Sonangol, Angola’s national oil company. Oil sales are the cou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Pitcher et Edalina Rodrigues Sanches, « The Paradox of Isabel dos Santos », Cahiers d’études africaines [En ligne], 234 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/26276

Haut de page

Auteurs

Anne Pitcher

Department of Afroamerican and African Studies & Department of Political Science, University of Michigan, Ann Arbor (USA).

Edalina Rodrigues Sanches

Instituto de Ciências Sociais, Universidade de Lisboa, Lisbon, Portugal.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page