Navigation – Plan du site
Études et essais

« Ce n’est pas l’art pour l’art »

Stratégies économiques et sociales dans la production vidéo camerounaise
“Not Art for Art’s Sake”: Social Economic Strategies in Cameroonian Video Production
Giovanna Santanera
p. 723-746

Résumés

Douala n’est pas seulement la capitale économique du Cameroun, c’est aussi un centre culturel vivant. En plus d’une production artistique internationale hautement reconnue, c'est une scène pour une myriade d’initiatives artistiques plus populaires, telles que des vidéos, de la musique et des spectacles d’humour. Dans cet article, je me concentre sur la production vidéo locale et retrace ses motivations économiques. Ce faisant, j’entends contribuer au débat sur le cinéma africain contemporain en nuançant la distinction nette entre la production francophone, habituellement caractérisée par son engagement politique, et sa contrepartie anglophone, souvent associée au cinéma commercial, comme le Nigérian Nollywood.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Production vidéo et « petits jobs »
« Il faut aller vers le public » : stratégies de distribution
Les stars de Douala

Aperçu du texte

La capitale économique du Cameroun, Douala, est également un pôle culturel dynamique, où l’on rencontre des artistes de renom international — Hervé Yamguen, Koko Komégné, Harvé Youmbi et beaucoup d’autres — qui exposent leurs œuvres dans les centres d’art contemporain et dans les quartiers de la ville (Pensa et al. 2017). Une certaine prédisposition pour la production culturelle est également répandue chez les personnes « ordinaires ». Il n’est pas rare en effet de rencontrer des chauffeurs de taxi, petits commerçants, couturiers, enseignants, journalistes, comptables qui composent de la musique, qui mettent en scène des sketchs dramatiques et comiques ou réalisent des films et des séries télévisées, grâce à la technologie numérique à moindre coût et facile d’emploi. Quand ils parlent de leur activité dans le secteur culturel, ils se définissent comme étant des « artistes », mais précisent ensuite immédiatement qu’ils ne font pas de « l’art pour l’art », mais de « l’art pour avancer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanna Santanera, « « Ce n’est pas l’art pour l’art » »,  Cahiers d’études africaines, 235 | 2019, 723-746.

Référence électronique

Giovanna Santanera, « « Ce n’est pas l’art pour l’art » »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 235 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/26891  ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.26891

Haut de page

Auteur

Giovanna Santanera

Dipartimento di scienze umane per la formazione « Riccardo Massa », Università di Milano-Bicocca, Milan, Italie.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page