Navigation – Plan du site
Études et essais

« Ruines à rebours »

Pour une lecture littéraire des textes ethnographiques de Paul Hazoumé
“Ruines à rebours”. For a Literary Reading of Paul Hazoumé’s Ethnographic Writings
Ninon Chavoz
p. 815-838

Résumés

En proposant une analyse des travaux ethnographiques de l’écrivain dahoméen Paul Hazoumé, cet article établit un continuum entre littérature et science. Alors même que Doguicimi, unique roman historique de l’auteur, est souvent réduit au statut de « document » ethnographique, nous proposons d’inverser la perspective en relisant ses écrits scientifiques — Le Pacte de Sang au Dahomey et les articles parus dans la revue régionaliste du père Francis Aupiais, La Reconnaissance Africaine — en adoptant un prisme littéraire. Le présent article met ainsi en évidence la construction de « personnages ethnographiques », susceptibles de devenir le support d’un récit ou d’un discours littéraire, et examine l’émergence d’une poétique de la ruine propice à la description du Dahomey colonial.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Hazoumé « reconnaissant » : le régionalisme selon Francis Aupiais
La Reconnaissance Africaine : sanctuaire et laboratoire
Le Pacte de sang : un « modèle du genre »
Tata Ajachè et l’espion, « personnages » ethnographiques
Monument à l’Amazone
Itinérances d’un espion
Pour une poétique de la nostalgie
Le mensonge du chef-féticheur
Ruines impériales, vestiges familiaux

Aperçu du texte

« La porte de l’école est un concept qui devrait faire réfléchir
les architectes et les grammairiens » (Hocquart 2010 : 35).

Franchir la « porte de l’école » — et plus tard celle de l’institution universitaire — a assurément constitué une étape décisive dans la destinée de l’écrivain dahoméen Paul Hazoumé (1890-1980). Descendant d’une famille de dignitaires de la cour du roi Sodji de Porto-Novo, brillant diplômé de l’École William Ponty de Saint-Louis, il se distingue comme l’un des meilleurs disciples du père Francis Aupiais, membre de la Société des missions africaines qui s’efforça de mettre en place un système éducatif novateur, propice à la création d’une élite dahoméenne ouverte à la connaissance des cultures locales (Balard 1999). C’est donc d’abord en tant qu’élève, puis en tant qu’instituteur, que Paul Hazoumé, pour reprendre les mots de Georges Hardy (1949 : 21), « fait prime sur le marché » : il ne cesse, en d’autres termes, d’ouvrir et de franchir la « porte de l’école »....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ninon Chavoz, « « Ruines à rebours » »,  Cahiers d’études africaines, 235 | 2019, 815-838.

Référence électronique

Ninon Chavoz, « « Ruines à rebours » »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 235 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/26999  ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.26999

Haut de page

Auteur

Ninon Chavoz

Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (THALIM), Université Paris-3-Sorbonne Nouvelle, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page