Navigation – Plan du site
Chronique bibliographique

Penser l’Afrique ou connaître les sociétés de l’Afrique ?

(seconde partie)
Thinking Africa or Knowing African Societies? (Part Two)
Jean Copans
p. 881-908

Résumés

Cette chronique bibliographique est la seconde partie d’une revue d’ouvrages en études africaines publiés ces dernières années (dont la première partie a paru dans le n° 233 des Cahiers d’Études africaines). Cette seconde partie de la chronique présente des ouvrages en français qui vont de la lecture hégélienne de l’Afrique aux banlieues françaises et à l’état actuel des études africanistes vues depuis la France un demi-siècle après les Indépendances (A. Adler, M. Agier & R. Bazenguissa-Ganga, M. Burawoy & K. von Holdt, J.-P. Dozon, M. Lafay, F. LeGuennec-Coppens & E. Coulibaly, A. Mbembe & R. Bazenguissa-Ganga, L. Miano, L. Wacquant…). Cette suite fait contrepoint à la première partie où sont analysés les ouvrages d’une trentaine de contributeurs d’origine africaine portant sur le paradigme de « l’Afrique-Monde » ainsi que sur l’état de l’université et de la recherche en sciences sociales en Afrique francophone.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les raisons de La raison dans l’Histoire 
À propos de A. Adler (2017), Hegel et l’Afrique
À propos de J.-P. Dozon (2015), Afrique en présences. Du monde atlantique à la globalisation néolibérale
À propos de M. Agier & R. Bazenguissa-Ganga (2012), L’Afrique des banlieues françaises
À propos de L. Miano (2017), Marianne et le garçon noir
À propos de M. Lafay, F. Le Guennec-Copens & E. Coulibaly (2016), Regards scientifiques sur l’Afrique depuis les Indépendances
À propos de M. Burawoy & K. von Holdt (2012), Conversations with Bourdieu. The Johannesburg Moment

Aperçu du texte

L’anthropologue français, A. Adler (2017) ne revalorise ni ne défend la pensée de G. W. Hegel ; il se contente de la remettre en perspective, grâce à de nombreux développements anthropologiques et historiques africanistes et à une lecture attentive des textes de Hegel, au rôle que ce dernier assigne à la position « pré-historique » de la société africaine, telle qu’il le perçoit selon la documentation dont il disposait au tout début du xixsiècle. L’ouvrage, Hegel et l’Afrique. Histoire et conscience historique africaines, peut en effet se lire de différentes façons : comme une défense de l’historicité des sociétés africaines anciennes, modernes et contemporaines (mais l’auteur n’aborde guère notre présent) ; comme un éloge de l’anthropologie qui fait office (ou plutôt qui a pu faire office) de source première de cette histoire et, enfin, comme un rappel de la valeur mais aussi de la nécessité d’une réflexion philosophique sur l’historicité comparée des sociétés à la suite de la le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « Penser l’Afrique ou connaître les sociétés de l’Afrique ? »,  Cahiers d’études africaines, 235 | 2019, 881-908.

Référence électronique

Jean Copans, « Penser l’Afrique ou connaître les sociétés de l’Afrique ? »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 235 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/27119

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Centre Population et Développement (Ceped), Université Paris Descartes, IRD.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page