Navigation – Plan du site

AccueilNuméros235Études et essaisLéopold Sédar Senghor et l’Union ...

Études et essais

Léopold Sédar Senghor et l’Union soviétique : la confrontation, 1957-1966

Annexes PDF
Leopold Sédar Senghor and the Soviet Union: The Confrontation, 1957-1966
Françoise Blum et Constantin Katsakioris
p. 839-865

Résumés

L’article présente la correspondance inédite de Léopold Senghor avec l’africaniste soviétique Ivan Potekhine et le poète Evguéni Evtouchenko. Cette correspondance et les autres documents cités éclairent les relations peu connues entre le secrétaire de la Société africaine de culture, Alioune Diop, le président Senghor et l’URSS, qui commencèrent avec le Festival de la jeunesse de Moscou en 1957 et se poursuivirent jusqu’au Festival mondial des arts nègres de Dakar en 1966. Par-delà la méfiance vis-à-vis de Moscou et le conflit entre négritude et socialisme soviétique, les documents illustrent la fascination de Senghor pour Evtouchenko et sa conviction que « les peuples slaves et les peuples noirs » partageaient la sensibilité et la tendresse, malgré les souffrances qu’ils avaient éprouvées, sous-entendu par le colonialisme et le stalinisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Né en 1903 et décédé en 1964, enseignant pendant les années 1930 à l’Université communiste des tra (...)

1Les pages qui suivent présentent des documents historiques qui permettent de reconstituer les échanges peu connus entre, d’une part, le président du Sénégal et théoricien de la négritude Léopold Sédar Senghor et, de l’autre, ses interlocuteurs soviétiques, tels le grand africaniste russe et directeur de l’Institut de l’Afrique, Ivan Potekhine, et le poète Evguéni Evtouchenko, figure emblématique du dégel poststalinien1.

  • 2 Gosudarstvennyj Arhiv Rossijskoj Federacii (GARF) et Rossijskiij Gosudarstvenij Arhiv Literatury i (...)
  • 3 Appelé avant la révolution d’Octobre 1917, Parti ouvrier social-démocrate bolchevik de Russie (POS (...)
  • 4 Nous remercions chaleureusement la FMSH dont le soutien financier a rendu cette publication possib (...)

2Ces documents se trouvent dans les fonds des Archives d’État de la Fédération de Russie et ceux des Archives de la littérature et des arts2. Il s’agit de fonds d’organisations, telles l’Association soviétique pour l’amitié avec les peuples d’Afrique, dirigée également par Potekhine, ou l’Union des écrivains de l’urss, dont Evtouchenko était membre éminent, qui, à l’ère de la décolonisation africaine et de la déstalinisation en urss, mettant en œuvre les directives du Parti communiste de l’Union soviétique (pcus)3, s’attelèrent à la tâche de forger des liens culturels et politiques avec les pays du Tiers monde qui émergeaient. L’ouverture vers le monde non communiste devint possible seulement après la mort de Staline en mars 1953 et la consolidation au pouvoir du nouvel homme fort du pcus, Nikita Khrouchtchev (1894-1971), qui en fut l’acteur. C’est ainsi qu’à partir de la seconde moitié des années 1950, les relations entre l’urss et le tiers monde se multiplièrent. La richesse des fonds d’archives russes en témoigne. Les chercheurs intéressés n’y trouveront pas seulement des documents qui mettent en lumière la politique de Moscou. Ils trouveront également la correspondance officielle avec les hommes d’État et hauts fonctionnaires africains, les lettres des intellectuels, étudiants et militants africains, les procès-verbaux de leurs discussions avec les Soviétiques, des rapports rédigés par les Soviétiques suite à leurs rencontres avec leurs collègues africains, à savoir des nombreux documents qui éclairent les points de vue africains. Nous en reproduisons ici un très petit échantillon et sommes redevables aux archivistes et aux Archives russes de l’avoir autorisé4.

  • 5 La SAC fut fondée suite au fameux Premier congrès international des écrivains et artistes noirs qu (...)

3Le dossier retrace la confrontation de Léopold Senghor (1906-2001) avec l’urss et éclaire également le rôle que joua Alioune Diop (1910-1980), fondateur de la maison d’édition Présence Africaine, secrétaire général de la Société africaine de culture (sac) et ami très proche de Senghor5. Le cadre chronologique est délimité par deux festivals qui firent date. Le point de départ est le Festival international de la jeunesse qui se tint à Moscou en été 1957, événement marquant du dégel khrouchtchévien, qui rassembla trente mille participants étrangers. La confrontation se poursuivit jusqu’au Festival mondial des arts nègres qui eut lieu à Dakar en avril 1966 (Ficquet & Gallimardet 2009).

  • 6 Voir A. B. Salfo (1957), A. B. Sadji (2006 : 235-236) et A. A. Dieng (2011 : 65-68). Albert Balima (...)

4Le Festival de Moscou donna lieu à la première rencontre d’importance entre Africains et Soviétiques. Au total, environ trois cents Africains participèrent à cet événement qui fut un succès spectaculaire. Deux délégués de l’Union générale des étudiants d’Afrique occidentale (ugeao), Ousmane Camara et Amady Aly Dieng, et une délégation d’environ vingt membres de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (feanf), marchèrent en costume africain dans le stade Lénine devant Khrouchtchev et 110 000 spectateurs. La réception au Kremlin, la visite des théâtres, musées, usines et kolkhozes, l’enthousiasme des citoyens soviétiques et les filles charmantes marquèrent les participants, comme l’attestent le récit que publia le délégué de la feanf Albert Balima Salfo (1930-2004) dans L’Étudiant d’Afrique Noire, ainsi que les mémoires d’Amady Aly Dieng et d’Amadou Booker Sadji (1935-2010)6. Alioune Diop se rendit également aux festivités en sa qualité de secrétaire de la sac et d’éditeur. Les sources soviétiques indiquent que son voyage se passa très bien. En effet, Diop établit des contacts avec les officiers culturels et les africanistes soviétiques et se mit d’accord avec eux pour publier leurs textes. Quelques mois plus tard un volume intitulé Des africanistes russes parlent de l’Afrique (Collectif 1960) parut chez Présence Africaine.

  • 7 Déclaration du 10 novembre 1957 reproduite dans l’ouvrage d’A. A. Fursenko (2006 : 723). Le concep (...)

5C’était le début de relations fortes, mais souvent tumultueuses. En octobre 1957, plusieurs délégations syndicales africaines et asiatiques se rendirent à Moscou pour la commémoration de la révolution d’Octobre. En novembre, les partis communistes des pays socialistes signèrent à Moscou la « Déclaration pour la paix et contre l’impérialisme » affichant leur volonté de s’allier au Tiers monde. D’après ce manifeste d’alliances internationales, qui portait l’empreinte de la Chine, derrière le « camp invincible des pays socialistes, guidé par l’Union soviétique » se trouvaient, en deuxième place, « les gouvernements nationalistes d’Asie et d’Afrique, qui maint[enai]ent une position anti-impérialiste et constitu[ai]ent avec les pays socialistes une vaste zone de paix ». La classe ouvrière internationale était mentionnée en troisième position7. L’Union des écrivains de l’urss prit alors le relais pour organiser la Conférence des écrivains des pays d’Asie et d’Afrique.

  • 8 Sur la conférence de Tachkent, voir aussi C. Katsakioris (2006). Mário Pinto de Andrade (1928-1990 (...)
  • 9 La conférence de Bandung réunit en avril 1955, dans la ville indonésienne de Bandung les représent (...)

6Tenue à Tachkent, la capitale de la République socialiste soviétique d’Ouzbékistan, en octobre 1958, la Conférence des écrivains des pays d’Asie et d’Afrique rassembla deux cents délégués, soviétiques et étrangers. Parmi eux se trouvaient l’intellectuel et militant africain-américain William Du Bois (1868-1963), les jeunes écrivains sénégalais Sembène Ousmane (1923-2007), angolais Mário de Andrade, camerounais Benjamin Matip, la poétesse ghanéenne Efua Sutherland, le dirigeant du Parti africain de l’indépendance (pai) Mahjemout Diop et d’autres8. La conférence se voulait une Bandung littéraire, se plaçant dans la continuité de la fameuse Conférence afro-asiatique de 1955, et entendait mettre en valeur le talent des écrivains africains et asiatiques dans le combat anti-impérialiste, mais à l’intérieur du cadre idéologique imposé par les pays socialistes9. Il s’agissait sans aucun doute d’un événement plus politique que littéraire. Alioune Diop fut également invité et sollicité pour participer au comité préparatoire qui se réunit à Tachkent quelques jours avant la conférence, en réalité quand quasiment tout était déjà organisé. Cette fois-ci pourtant, son voyage ne se passa pas bien. Mis devant le fait accompli, Diop protesta. Irrité que les Soviétiques aient adressé directement des invitations aux intellectuels africains de leur choix selon des critères idéologiques, il exigea que la Société africaine de culture choisisse elle-même les écrivains et poètes qui représenteraient l’Afrique. De plus, il ajouta la demande très provocatrice, que l’Union soviétique participe à la conférence en tant que simple observateur, car elle n’était ni un pays africain, ni asiatique, ni postcolonial. Ensuite, il quitta les travaux du comité préparatoire. Dans son rapport au pcus, l’Union des écrivains soviétiques le traita de « nationaliste bourgeois » et lui reprocha d’avoir « tout fait pour faire échouer » la conférence (voir documents 1 et 2).

7Si les sources à Paris demeurent inexplorées, celles de Moscou démontrent l’opposition d’Alioune Diop aux Soviétiques et à leurs alliés. Sa réaction doit être replacée dans le contexte politique et intellectuel d’alors. Le premier Congrès des écrivains et artistes noirs qui se tint à Paris en septembre 1956 fut, entre autres, marqué par la confrontation entre Léopold Senghor et Jacques-Stephen Alexis (1922-1961), qui critiqua la négritude au nom du réalisme social. Si Aimé Césaire (1913-2008) était en train d’accomplir sa rupture avec le Parti communiste français, d’autres intellectuels tels Du Bois ou les jeunes Sembène Ousmane, Jacques-Stephen Alexis, Mario de Andrade, Mahjemout Diop, ne cachaient pas leur opposition à la négritude et leur fascination pour le marxisme-léninisme. Moscou était en train de devenir un tremplin pour les amis africains de l’urss qui, souvent, faisaient des commentaires acerbes sur Senghor et la négritude. Alioune Diop était un homme de l’unité et du compromis, mais il était assurément beaucoup plus proche de Senghor que des Soviétiques et très préoccupé par leurs initiatives. La Conférence de Tachkent, en particulier, tira la sonnette d’alarme. Aux yeux de Diop et de Senghor, les Soviétiques étaient en train de saper leurs efforts d’unité avec une idéologie africaine, tel le socialisme africain. Aux yeux des Soviétiques, la sac entendait jouer le rôle d’un ministère panafricain de culture, parler au nom de l’ensemble du monde noir, dicter le ton idéologique et jouait le jeu de l’impérialisme (voir document 3).

8En tout état de cause, appliquant les directives du pcus et fidèles à la Déclaration de 1957, les Soviétiques ne rompirent pas avec la sac et les intellectuels non communistes. Ivan Potekhine prit alors l’initiative et tenta de courtiser Senghor. En novembre 1959, il lui adressa une lettre chaleureuse proposant l’échange de délégations de « savants, écrivains et hommes de culture » sénégalais et soviétiques (voir document 4). Dans les fonds dépouillés, la réponse de Senghor, s’il y en a eu, n’a pas été trouvée. Il est toutefois certain qu’au début des années 1960, les visites des Soviétiques au Sénégal étaient très rares et de courte durée. Celles des Sénégalais en urss aussi. Le chef du gouvernement sénégalais, Mamadou Dia (1910-2009), visita l’urss en juin 1962 et signa un accord de coopération culturelle avec Khrouchtchev. Mais Mamadou Dia fut arrêté en décembre 1962 pour tentative de coup d’État, jugé et condamné à la prison à perpétuité. Il sortira en 1974. D’autre part, le marxiste pai avait été interdit dès 1960 et ses militants poursuivis avaient pris le chemin de l’exil ou celui de la clandestinité. L’urss et le Sénégal établirent néanmoins des relations diplomatiques en 1963.

  • 10 Publié par l’Union des sociétés soviétiques d’amitié avec les pays étrangers, cette revue mensuell (...)
  • 11 Rabemananjara (1917-2010) était l’auteur de Madagascar. Histoire de la nation malgache, ouvrage pa (...)
  • 12 Le socialisme africain peut être, de manière générale, défini comme cette doctrine qui considère q (...)
  • 13 Repris en anglais sous le titre « Pan-Africanism and the Struggle of the Two Ideologies » (Potekhi (...)

9Potekhine, entre-temps, revint vers Senghor les 6 et 31 décembre 1960, la première fois en lui envoyant ses publications et, la seconde, en réitérant sa demande d’« établir des contacts personnels avec les hommes de culture du Sénégal ». Il demanda aussi l’octroi de visa à trois membres de l’Association soviétique pour l’amitié avec les peuples de l’Afrique afin de se rendre au Sénégal (voir document 5). Senghor donna son accord pour que les trois Soviétiques, dont l’éminent linguiste Dmitry Oldéroggué (1903-1987), obtiennent un visa pour « quatre-cinq jours » via l’ambassade du Sénégal à Paris, mais adressa des remarques très critiques à Potekhine pour ses écrits et lui signala d’un ton sévère que « la Négritude n’est pas racisme ». En particulier, Senghor ne cacha pas son irritation concernant l’article intitulé « Rétablir la vérité sur le passé des peuples africains », que Potekhine fit paraître en français dans la revue soviétique La culture et la vie (voir document 7)10. Dans ce texte, Potekhine citait Alioune Diop très positivement, faisait l’éloge de W. E. B Du Bois, ainsi que des historiens africains et étrangers, tels Cheikh Anta Diop (1923-1986), Raymond William Rabemananjara, Saburi Biobaku, Jean Suret-Canale et Basil Davidson, qui, à ses yeux, « rétablissaient la vérité » en écrivant les histoires nationales glorieuses de pays africains postcoloniaux11. Si son approche historienne allait à l’encontre de l’approche culturaliste, voire raciale de Senghor, Potekhine, dans l’article en question, ne faisait néanmoins aucune référence ni à la négritude ni à Senghor. La colère de Senghor doit en partie être expliquée par cette omission, voire mépris. Sa réaction reflétait également son inquiétude face à l’intrusion des Soviétiques dans les affaires culturelles africaines et leur encouragement aux intellectuels et étudiants qui attaquaient la négritude et le socialisme africain12 au nom du marxisme-léninisme. Gravement malade depuis 1962, Potekhine décéda deux ans plus tard. Dans un article testament publié en janvier 1964 dans la revue Kommunist, il critiquait la négritude et tous les intellectuels qui prônaient le socialisme africain, cet « étrange mélange d’opinions différentes, voire contradictoires et, au fond, idéalistes pour la société », et tirait la conclusion suivante : « L’effort de mener une politique d’indépendance idéologique en réalité ne signifie qu’une chose : empêcher la diffusion des idées socialistes et renforcer les idées bourgeoises »13.

  • 14 Rapport de juillet 1961 signé par Juhan Smuul, voir GARF, f. R-9518, op. 1, d. 585, l. 275. Ce rap (...)

10Senghor eut toutefois des rapports très cordiaux avec l’Union des écrivains de l’urss. Des contacts furent établis lors de la Rencontre d’hommes de culture de l’Occident et de l’Afrique noire qui eut lieu à Rome en 1960. Senghor échangea régulièrement des télégrammes avec l’Union des écrivains et reçut personnellement à Dakar des délégations soviétiques, en particulier les poètes Berdy Kerbabaev (1894-1974) et Juhan Smuul (1922-1971) (voir documents 6, 9, 10, et 14). Lors de sa rencontre avec Kerbabaev et Smuul, Senghor affirma sa certitude « que le socialisme triomphera », mais ajouta que c’était « difficile à prédire quelle version de socialisme l’emporterait, entre la version senghorienne et celle de Potekhine »14. Sans doute Senghor entendait aussi contrôler strictement les échanges culturels avec l’urss et décider lui-même quel écrivain sénégalais voyagerait au pays de Lénine. « J’ai l’intention d’envoyer quelques écrivains sénégalais en visite d’amitié en urss au cours de l’été de l’année 1962 », écrivit-il à Kerbabaev, sans jamais le faire (voir document 11). « J’espère pouvoir vous envoyer, au cours de l’année 1965, deux écrivains sénégalais », répondit-il à l’écrivain soviétique-lituanien Eduardas Mejelaitis (1919-1997), faisant clairement apparaître que l’Union des écrivains de l’urss ne devait pas le court-circuiter comme cela avait été le cas lors de la Conférence de Tachkent en 1958 (voir document 15). En effet, l’homme choisi par Senghor pour représenter le Sénégal au Symposium de Tachkent en septembre 1968, qui commémora la conférence de 1958 à l’ombre de l’invasion des chars du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie et de l’écrasement du Printemps de Prague, était son ami proche et directeur du département des Arts et de Littérature au ministère de la Culture du Sénégal, le poète haïtien de la négritude, Jean Brierre (1909-1992).

  • 15 I. Venzher & L. Makhnatch, Rythmes d'Afrique, film documentaire soviétique produit par le Studio ce (...)

11Néanmoins, ce qu’il ne permettait pas aux Soviétiques, Senghor se le permit à lui-même. L’idée d’organiser le Festival des arts nègres à Dakar était née au début des années 1960. Très impliqué dans les longs préparatifs, Senghor voulait que l’urss soit représentée, mais pas par des intellectuels porte-paroles du régime, qui viendraient à Dakar pour vanter la politique anti-impérialiste de Moscou. Plusieurs écrivains soviétiques, antistaliniens et critiques vis-à-vis du pcus, étaient alors traduits en Europe et cités régulièrement dans la presse occidentale en tant que « libéraux » ou « dissidents ». À côté de la figure d’Alexandre Soljenitsyne (1918-2008), les poètes Evguéni Evtouchenko et Andrei Voznessenski étaient sans doute parmi les plus connus. En 1963, fustigés tous les deux pour leurs positions libérales et leur « admiration pour l’Occident », ils étaient interdits de voyage à l’étranger. Non par hasard, Senghor décida d’inviter à Dakar ces deux poètes. Le 5 mars 1963, par l’intermédiaire du premier ambassadeur de l’urss au Sénégal, il adressa une belle lettre d’invitation à Evtouchenko (voir document 12). Evtouchenko répondit tardivement, le 19 septembre 1963, avec une lettre également très poétique (document 13). Senghor renouvela l’invitation à Evtouchenko en janvier 1966 et invita également Voznessenski (1933-2010) (documents 16 et 17). Victime du harcèlement des apparatchiks, ce dernier ne put se rendre à Dakar. Evguéni Dolmatovski (1915-1994), poète populaire, plus connu pour ses vers de chansons, voyagea donc à Dakar à sa place aux côtés d’Evtouchenko. Une équipe de cinéastes soviétiques s’est également rendue au Sénégal et tourna un des plus beaux films sur le Festival des arts nègres15. Evtouchenko déploya tout son talent lors d’une soirée de poésie. Tout au long du festival, il fut l’invité d’honneur du président-poète Léopold Senghor et leurs échanges furent particulièrement cordiaux. Lors d’une soirée en l’honneur de la délégation soviétique, Senghor et Evtouchenko se retirèrent pour discuter seuls pendant une heure et demie. Senghor exprima son admiration pour les progrès soviétiques en matière de technologie et de culture, en même temps qu’il fit part à Evtouchenko de son mécontentement pour le soutien de Moscou au pai et l’octroi de bourses aux étudiants sénégalais à l’insu de son gouvernement. En tout état de cause, le rapport ne laisse aucun doute sur le fait que les deux poètes rentrèrent en urss fort impressionnés par le festival et fascinés par la personnalité de Senghor. Et, même s’ils n’aimaient pas sa théorie de la négritude, ils en tiraient néanmoins une conclusion intéressante : il était temps de nouer relation avec la négritude et de cesser de l’attaquer (document 18).

12La confrontation entre Senghor, Diop et l’Union soviétique témoigne de leur méfiance à l’égard de toute initiative culturelle ou scientifique émanant de Moscou. Cette méfiance fut clairement affirmée à la Conférence de Tachkent, quand les pratiques et la rhétorique soviétiques semblèrent miner la mission de la sac et les visions du socialisme africain au profit de l’anti-impérialisme radical, du réalisme socialiste et du marxisme-léninisme. Contrôler les rapports culturels, tenir les Soviétiques et leurs amis à l’écart, devinrent alors des objectifs de Senghor, lequel, pour ce faire, s’inspira des pratiques du gouvernement soviétique. Mais ce qui ressort également des documents, à part les réactions défensives, c’est que Senghor passa à l’offensive. Comme les Soviétiques qui s’adressaient à leurs opposants, lui aussi tendit la main de l’amitié aux poètes qui s’opposaient au stalinisme et qui poussaient la critique de la civilisation politique soviétique à ses limites. Cette critique du régime souvent vantée « dans la presse française », ainsi que le talent poétique, suscitèrent chez Senghor « une adhésion profonde » et une « grande admiration pour l’homme et le poète » Evguéni Evtouchenko.

13L’invitation au Festival de Dakar était ainsi, sans doute, un acte politique : un acte de soutien au poète dissident Evtouchenko ainsi qu’une dénonciation du stalinisme et du régime qu’il avait engendré. Senghor cacha à peine ses pensées politiques dans ses propos poétiques. « Ce qui rapproche les peuples slaves et les peuples noirs c’est, avec la capacité de souffrir, le maintien de la tendresse au fond de leur cœur », écrivit-il, faisant allusion aux destins parallèles des deux « peuples » qui souffrirent l’un par le colonialisme et l’autre par le stalinisme, voire le communisme. Ces deux régimes d’oppression ne réussirent pourtant pas à éliminer la tendresse que les deux peuples avaient en partage et qui trouvait son expression dans la négritude et la poésie d’Evtouchenko. Dans sa lettre de mars 1963, Senghor applaudit la « nouvelle politique » de Khrouchtchev qui, « si elle se poursuit », soulignait-il, « permettra aux peuples de l’Union soviétique d’exprimer leur vrai message à l’humanité » et de gagner « la sympathie de tous les peuples ». Dans sa seconde invitation adressée à Evtouchenko en janvier 1966, alors que Khrouchtchev avait été renversé par Léonid Brejnev et que la déstalinisation semblait être au point mort, Senghor lui signala qu’au Festival de Dakar il ne devait pas « représenter le gouvernement soviétique », mais « la littérature russe », ce que Senghor appelait « les sources effervescentes du monde slave ». Ses propos et allusions politiques, en particulier son parallèle entre les souffrances des peuples slaves et noirs, n’étaient assurément pas du goût du gouvernement soviétique.

14Enfin, sur le plan poétique et littéraire, les lettres de Senghor suggèrent une éventuelle confusion. En 1962, Evtouchenko avait en effet publié des vers faisant l’éloge de la liberté africaine et allusion au destin commun de l’Afrique, représentée par la savane, et de la Russie, représentée par la taïga. Comme l’historien Maxim Matusevich (2008 : 74-75) l’a suggéré, ces vers n’étaient pas dépourvus de contenu politique. Composés en plein milieu de la bataille pour une société poststalinienne plus libre, ces vers portaient le message de la libéralisation à travers l’exaltation de la liberté de l’Afrique. Evtouchenko et Voznessenski étaient des poètes par excellence qui adhéraient à la cause de la libéralisation. Toutefois, ils n’étaient nullement les chantres de l’âme slave ou russe, que Senghor a cru voir en eux. D’un point de vue littéraire et philosophique, l’écrivain le plus concerné par la spiritualité du peuple russe, comme Senghor l’était pour les peuples noirs, était Alexandre Soljenitsyne.

15Finalement Senghor n’a jamais visité l’Union soviétique.

Haut de page

Bibliographie

Biobaku S., 1959, « Les responsabilités de l’historien africain », Présence Africaine, 27-28 (4) : 96-99.

Collectif, 1960, Des africanistes russes parlent de l’Afrique, Paris, Présence Africaine.

Dieng A. A., 2011, Mémoires d’un étudiant africain, Dakar, CODESRIA.

Ficquet É. & Gallimardet L., 2009, « “On ne peut pas nier longtemps l’art nègre”. Enjeux du colloque et de l’exposition du Premier Festival mondial des arts nègres de Dakar en 1966 », Gradhiva, 10 : 135-155.

Fursenko A. A. (ed.), 2006, Presidium CK KPSS, Postanovlenija 1954-1964, vol. 2, Moscou, ROSSPEN.

Jian C., 2001, Mao’s China and the Cold War, Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

Katsakioris C., 2006, « L’Union soviétique et les intellectuels africains. Internationalisme, panafricanisme et négritude pendant les années de la décolonisation, 1954-1964 », Cahiers du Monde russe, 47 (1-2) : 15-32.

Matusevich M., 2008, « Journeys of Hope : African Diaspora and the Soviet Society », African Diaspora, 1 (1-2) : 74-75.

Potekhine I., 1960, « Vosstanovit’ pravdu o prošlom Afriki », Kul’tura i žizn’, 10 : 38-42.


Potekhine I., 1968, « Pan-Africanism and the Struggle of the Two Ideologies », African Problems, Moscou, Nauka : 107-119.

Rabemananjara R., 1952, Madagascar. Histoire de la nation malgache, Paris, Lachaud.

Sadji A. B., 2006, Le rôle de la génération-charnière ouest-africaine. Indépendance et développement, Paris, L’Harmattan.

Salfo A. B., 1957, « Les Africains à Moscou », L’Étudiant d’Afrique Noire, 17 : 6-11.

Senghor L. S., 1971, Liberté 2 : Nation africaine et voie vers le socialisme, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/pdf – 454k)
    C. Katsakioris, 2019
Haut de page

Notes

1 Né en 1903 et décédé en 1964, enseignant pendant les années 1930 à l’Université communiste des travailleurs de l’Orient à Moscou où il fit la connaissance du premier secrétaire général noir du Parti communiste d’Afrique du Sud, Albert T. Nzula, Potekhine était l’africaniste soviétique le plus actif et le plus connu dans le monde. Evguéni Evtouchenko (1932-2017) était parmi les intellectuels soviétiques qui osèrent attaquer le stalinisme et les staliniens notamment avec son fameux poème, « Les héritiers de Staline », publié dans la Pravda en octobre 1962.

2 Gosudarstvennyj Arhiv Rossijskoj Federacii (GARF) et Rossijskiij Gosudarstvenij Arhiv Literatury i Iskusstva (RGALI) respectivement. Tous les documents sont traduits du russe par Constantin Katsakioris.

3 Appelé avant la révolution d’Octobre 1917, Parti ouvrier social-démocrate bolchevik de Russie (POSDR), il fut nommé Parti communiste de l’Union Soviétique (PCUS) en 1925 et demeura le parti unique de l’URSS jusqu’en 1989.

4 Nous remercions chaleureusement la FMSH dont le soutien financier a rendu cette publication possible. Et tout particulièrement Marta Craveri et Marion Fanjat qui ont cru à ce projet dès son origine et nous ont accompagnés, de leur soutien et conseils intellectuels ou pratiques, tout au long de notre quête archivistique. Nous remercions également la directrice du GARF, Larissa Aleksandrovna Rogovaja, et la responsable pour la coopération internationale, Galina Albertovna Kuznetsova, la directrice du RGALI, Tatjana Goriaeva, ainsi que la famille de Léopold Sédar Senghor. Enfin, nous sommes reconnaissants à Alain Blum qui nous a prodigué généreusement des avis éclairés. 

5 La SAC fut fondée suite au fameux Premier congrès international des écrivains et artistes noirs qui se tint à la Sorbonne en septembre 1956.

6 Voir A. B. Salfo (1957), A. B. Sadji (2006 : 235-236) et A. A. Dieng (2011 : 65-68). Albert Balima Salfo (1930-2004) était écrivain et homme politique voltaïque. Amadou Booker Sadji (1935-2010), militant de la gauche et professeur des universités, fut notamment le premier germaniste sénégalais. Amady Aly Dieng (1932-2015) fut un grand philosophe et historien sénégalais. Ousmane Ablaye Camara, né en 1931, est un juriste et homme politique sénégalais.

7 Déclaration du 10 novembre 1957 reproduite dans l’ouvrage d’A. A. Fursenko (2006 : 723). Le concept des « zones de paix » en référence au Tiers monde était introduit par Khrouchtchev au 20e Congrès du PCUS en 1956. Mao Zedong avait déjà utilisé dans les années 1940 la théorie de la « zone intermédiaire » pour décrire le monde entre l’Occident et l’URSS (Jian 2001 : 7).

8 Sur la conférence de Tachkent, voir aussi C. Katsakioris (2006). Mário Pinto de Andrade (1928-1990) fut également parmi les fondateurs du Mouvement populaire de libération de l’Angola. Benjamin Matip, né en 1932, est l’auteur de l’ouvrage, À la belle étoile. Contes et nouvelles d’Afriques, paru chez Présence Africaine en 1962. Efua Sutherland (1924-1996) était également éditrice et pionnière du théâtre ghanéen. Mahjemout Diop (1922-2007) fonda le PAI, parti marxiste-léniniste, en 1957. Condamné par contumace après les émeutes de Saint-Louis en juillet 1960, il s’est exilé et ne rentra au Sénégal qu’en 1976.

9 La conférence de Bandung réunit en avril 1955, dans la ville indonésienne de Bandung les représentants de vingt-neuf pays africains et asiatiques. Elle est en quelque sorte l’acte fondateur de ce que l’on va appeler le Tiers monde.

10 Publié par l’Union des sociétés soviétiques d’amitié avec les pays étrangers, cette revue mensuelle de propagande était traduite en anglais, français et allemand. Nous utilisons ici le texte original de Potekhine (1960) en russe.

11 Rabemananjara (1917-2010) était l’auteur de Madagascar. Histoire de la nation malgache, ouvrage paru à Paris en 1952 et traduit en russe en 1959. Saburi Biobaku (1918-2001) était historien de la nation yoruba, connu aussi pour son intervention au Congrès des écrivains et artistes noirs de 1959 à Rome, intitulée « Les responsabilités de l’historien africain » (Biobaku 1959). Jean Suret-Canale (1921-2007) fut un militant communiste, résistant, et éminent historien de l’Afrique. Basil Davidson (1914-2010) fut un héros de la Seconde Guerre mondiale, un intellectuel anti-impérialiste et historien éminent.

12 Le socialisme africain peut être, de manière générale, défini comme cette doctrine qui considère que l’Afrique était primitivement socialiste et que, par conséquent, le socialisme est pour le continent un retour aux origines et une voie naturelle de développement. Senghor (1971) définit sa pensée socialiste dans Nation africaine et voie vers le socialisme. Il était aussi un très fin lecteur (et donc connaisseur) de Marx et Engels auxquels il reconnaissait de nombreuses qualités, choisissant néanmoins le jeune Marx contre le Marx économiste de la maturité. Senghor a « marxisé » la négritude et son socialisme africain est assez hybride, nourri à plusieurs écoles de pensée.

13 Repris en anglais sous le titre « Pan-Africanism and the Struggle of the Two Ideologies » (Potekhine 1968 : 118).

14 Rapport de juillet 1961 signé par Juhan Smuul, voir GARF, f. R-9518, op. 1, d. 585, l. 275. Ce rapport n’est pas reproduit dans la liste des documents qui suit.

15 I. Venzher & L. Makhnatch, Rythmes d'Afrique, film documentaire soviétique produit par le Studio central d’État des films documentaires de l’Ordre du Drapeau rouge, 1966, 52’. Le film a notamment été projeté lors de l’exposition réalisée au Musée du quai Branly sur le Festival mondial des Arts nègres par Sarah Frioux-Salgas, Dominique Malaquais et Cédric Vincent en 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Blum et Constantin Katsakioris, « Léopold Sédar Senghor et l’Union soviétique : la confrontation, 1957-1966 »Cahiers d’études africaines, 235 | 2019, 839-865.

Référence électronique

Françoise Blum et Constantin Katsakioris, « Léopold Sédar Senghor et l’Union soviétique : la confrontation, 1957-1966 »Cahiers d’études africaines [En ligne], 235 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/27202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.27202

Haut de page

Auteurs

Françoise Blum

Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, Université Paris 1, CNRS, Paris.

Constantin Katsakioris

Bayreuth Academy of Advanced African Studies, Bayreuth, Allemagne.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search