Navigation – Plan du site

« Réversibilités documentaires »

Les matérialités affectives du papier en histoire de l’Afrique (XIXe-XXe siècles)
“Documentary Reversibilities.” The Affective Materiality of Paper in African History (19th-20th centuries)
Didier Nativel
p. 993-1024

Résumés

Tenter d’appréhender la place des sens dans les sociétés africaines du passé rend particulièrement attentif aux spécificités des systèmes perceptifs rencontrés comme à la matérialité des univers étudiés. Archives, imprimés ou encore photographies nous informent directement sur des sensorialités anciennes. Ces sources le font aussi indirectement à deux titres. Tout d’abord par leur nature de supports fragiles, fruits de techniques et d’usages, elles nous livrent plus subtilement d’autres types de données sur les environnements dont elles sont issues. D’autre part, leur constitution en tant que documents, non pas uniquement pour les historiens a posteriori mais pour les contemporains in situ, recèle les indices de procédures qui entrecroisent normes, relations de pouvoir, logiques corporelles et donc sens en action. Cet article entend explorer le potentiel heuristique de la notion de « réversibilité », centrale dans la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty. Pour ce dernier, tout être percevant est aussi perceptible dans le même mouvement. À travers des exemples malgaches, mozambicains et sud-africains, nous souhaitons étendre la zone d’investigation que laisse entrevoir ce postulat général, au-delà des acteurs sociaux, en intégrant les objets comme autant de vecteurs d’une construction sensible du monde, qu’il s’agit de décrypter.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La sensorialité des documents : au-delà de la mise en abyme
Rematérialiser les documents !
Réversibilité et documentalité
Matérialités affectives et aura documentaire
Du royaume à l’empire de papier
Le tournant du XIXe siècle
Économie et écologie politiques du papier colonial
Le papier comme outil de subjectivation citadine
La mise en papier des marins et des océans

Aperçu du texte

Chez les historiens, la matérialité des supports documentaires, témoin indirect d’un monde passé dont il porte constitutivement la trace, n’est généralement pas interrogée. Ce qui importe d’abord, c’est à la fois le contenu informatif, les caractéristiques rhétoriques du document et sa manière d’éclairer un contexte à travers un prisme particulier. L’identité physique de la source n’apparaît donc souvent qu’à titre second. Parfois, quand l’archive officielle, le manuscrit, le périodique sont en mauvais état, c’est la capacité de l’enquêteur à surmonter des obstacles qui est implicitement mise en avant. C’est au fond contre la croyance en une « passivité du matériau » (Milo 2004 : 46), la source étant vue comme simple relais linéaire de transmission discursive, que je voudrais m’ériger. La médiologie a développé cette capacité à dépasser cet écueil en interrogeant par exemple les multiples « pouvoirs du papier », titre d’un numéro spécial de la revue fondée par Régis Debray, Les cahi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Nativel, « « Réversibilités documentaires » »,  Cahiers d’études africaines, 236 | 2019, 993-1024.

Référence électronique

Didier Nativel, « « Réversibilités documentaires » »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 236 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/27383  ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.27383

Haut de page

Auteur

Didier Nativel

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Paris Diderot-Université de Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page