Navigation – Plan du site

Les lettres du pouvoir au Sahel islamique

Marques, adaptations et continuités administratives au Borno (1823-1918)
The Power Letters in Islamic Sahel. Marks, Adaptations and Administrative Continuities in Borno (1823-1918)
Rémi Dewière
p. 1047-1090

Résumés

À travers l’analyse de trente-sept lettres diplomatiques provenant du Borno (nord-est du Nigeria actuel), datés de 1824 à 1918, cet article apporte une nouvelle lumière sur le fonctionnement d’une administration au service d’une dynastie musulmane du Sahel avant la colonisation. Au-delà des normes caractérisant l’écriture du pouvoir au Borno, les variations graphiques des lettres dévoilent une administration au travail, qui adapte ses pratiques scripturaires en fonction du destinataire. L’analyse graphologique des écritures permet alors d’identifier une famille de secrétaires qui remonte au XVIe siècle, dont la charge fut indépendante des révolutions de palais. Descendants de l’imam Aḥmad b. Furṭū (c. 1576), ils assurèrent une extraordinaire continuité de pratiques d’écriture du pouvoir au Borno, jusqu’aux premières années de la colonisation.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article est le fruit d’un travail de recherche effectué dans le cadre d’un post-doctorat EHESS au Centre Alexandre-Koyré, ainsi qu’en tant que Max Weber Fellow à l’Institut universitaire européen. Je souhaite remercier en particulier A. Romano, J. Flores, M. Nobili, J.-L. Triaud et les relecteurs anonymes pour leurs précieux commentaires.
Les sources de cet article sont les suivantes : Aix-en-Provence, Archives Nationales d’Outre-Mer (FM 131 MIOM-2, 6 ; FP 100 APOM/493) ; Bergen, Bergen University, O’Fahey papers ; Berlin, Bundesarchiv, (R175-I-121 ; R901-37482-1) ; Berlin, Staadtbibliothek (Nachlass G. Nachtigal K.3 34) ; Dakar, Archives Nationales du Sénégal (15G79) ; Ibadan, University of Ibadan (Ms 82) ; Londres, Royal Asiatic Society (Arabic MS 29) ; Londres, Royal Geographical Society (DD/24) ; Londres, National Archives (CO 2/13 ; FO 101-34 ; FO 101-36 ; FO 101-45 ; FO 160-36 ; FO 2/118 ; FO 2/675 ; FO 76/20) ; Oxford, Rhodes House (MS Brit. Emp., 77 ; MS Lug 57/3) ; Paris, Bibliothèque Nationale de France (MS. Ar. 5693).

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une diplomatie à l’intersection de communautés graphiques
Au-delà des règles : pratiques et main du scribe
À la recherche des secrétaires invisibles

Aperçu du texte

« I managed even to obtain a letter of franchise from Khalilu written with his own hand,
but in so general a style that it had not much the character externally of an official document,
although its contents were altogether very satisfactory » (Barth 1858, vol. 4 : 199).

Le 17 mai 1851, Heinrich Barth reçut une lettre de franchise de la part du Sarkin Gwandu, à l’est de Sokoto. Fait rare, cette lettre était rédigée par le souverain lui-même. Bien que satisfait par le contenu de la lettre, le voyageur allemand se plaignait que cette dernière n’avait pas les « caractéristiques externes d’un document officiel ». La remarque d’Heinrich Barth soulève la question des écritures du pouvoir, ainsi que des signes qui confèrent aux documents écrits leur officialité. En creux, Heinrich Barth reconnaissait qu’au Sahel, pour reprendre les mots de Jacques Poloni-Simard, « l’administration “moderne” des royaumes s’accompagnait d’une gestion rationalisée de l’écrit en même temps que de la mise en plac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Dewière, « Les lettres du pouvoir au Sahel islamique »,  Cahiers d’études africaines, 236 | 2019, 1047-1090.

Référence électronique

Rémi Dewière, « Les lettres du pouvoir au Sahel islamique »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 236 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/27491  ; DOI : 10.4000/etudesafricaines.27491

Haut de page

Auteur

Rémi Dewière

Institute of Advanced Studies, The University of Warwick, Royaume-Uni.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page