Navigation – Plan du site
études et essais

Genèse du nationalisme culturel haïtien

Le Cercle littéraire de 1836-1839
Genesis of Haitian Cultural Nationalism. The Literacy Circle from 1836-1839
Joseph Délide
p. 63-88

Résumés

Cet article présente une réflexion originale et très documentée sur une période-clé de l’histoire du nationalisme culturel haïtien, les années 1830, en particulier la production historienne et journalistique des intellectuels qui gravitent autour du journal Le Républicain en 1836-1837 et le journal L’Union en 1837-1838. L’auteur part du constat que la genèse du nationalisme culturel haïtien est généralement située dans la période d’occupation du pays par les États-Unis entre 1915 et 1934, avec la naissance du mouvement dit indigéniste. Il est impossible de penser ce mouvement sans rappeler la contribution des nationalistes des années 1830 comme les frères Nau, Lespinasse, Ardouin, Devimeux, Smith, Madiou. Cet article développe trois arguments fondamentaux qui décrivent le projet engagé des intellectuels haïtiens réunis autour d’un Cercle littéraire qui consiste à situer Haïti dans le contexte caribéen et en faire une patrie exemplaire de la liberté, affirmer la nécessité de construire une identité haïtienne libérée du moule français, et doter Haïti d’une histoire écrite par les Haïtiens pour les Haïtiens.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Contexte historique
Déterminer les rapports entre Haïti et son environnement 
Le Républicain : un recueil culturel au service du Cercle littéraire
Définir clairement l’identité haïtienne
Émile Nau ou la contribution des aborigènes à l’identité culturelle haïtienne
Poser les premiers jalons pour l’édification d’un modèle culturel national
L’histoire et la littérature, bases indissociables de la culture haïtienne

Aperçu du texte

La Revue indigène créée en 1927 par Émile Roumer, Normil G. Sylvain, Jacques Roumain, Antonio Vieux, Philippe-Thoby Marcelin, Daniel Heurtelou et Carl Brouard, est généralement célébrée en Haïti comme le premier organe d’expression d’une école littéraire et le premier cri du nationalisme culturel haïtien. En s’inspirant de l’idéal de « l’armée Indigène », victorieuse en 1804, ces fondateurs envisagent d’achever ce projet au moyen de leur plume (Charles 2012). L’Indigène est alors synonyme d’Haïtien et reflète ainsi, en littérature, un mode de penser et de sentir propre à l’Haïtien, à ses coutumes, ses mœurs, ses croyances, sa vie culturelle, en un mot, tout ce qui lui est propre. L’un des chantres intellectuels du mouvement indigéniste, Jean-Price Mars, appelle les élites à cesser de se (re)présenter comme des Français « colorés » pour assumer leur identité haïtienne (Price-Mars 1928 : 11). Il s’agit donc d’être soi-même, c’est-à-dire des Haïtiens, le plus « complètement possible »....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Délide, « Genèse du nationalisme culturel haïtien »,  Cahiers d’études africaines, 237 | 2020, 63-88.

Référence électronique

Joseph Délide, « Genèse du nationalisme culturel haïtien »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 237 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/28965  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.28965

Haut de page

Auteur

Joseph Délide

Université publique du Nord au Cap-Haïtien (UPNCH), Haiti ; Centre international de recherches sur les esclavages (CIRESC) ; Laboratoire caribéen de sciences sociales (LC2S).

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page