Navigation – Plan du site
notes et documents

« Être chez-soi » à Bamako ou la vie après la mort

“To Be at Home” in Bamako, or Life after Death
Isaie Dougnon
p. 115-140

Résumés

Depuis les années 1990, les habitants de Bamako, capitale du Mali, mettent tout en œuvre pour construire leur propre maison en dépit des obstacles rencontrés. Pour les citadins, la vie après la mort n’est en effet possible que lorsqu’on a un « chez soi » — une maison à son nom — qui va, pour l’éternité, représenter son propriétaire. Cet article offre une analyse anthropologique de la construction d’une maison comme une réponse à la demande sociale de réalisation de soi dans un contexte urbain. Car « être chez soi » signifie « être soi-même », se réaliser ici-bas et s’assurer une vie après la mort. L’article analyse l’influence de cette « course pour la maison » sur la conduite, les habitudes, les rituels et les croyances des habitants de la ville de Bamako.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La location ou vivre dans le confinement
« Être chez soi » ou la réalisation de soi
La maison ou la vie après la mort

Aperçu du texte

À Bamako, depuis 1992, suite à la démocratisation de la société et à la libéralisation de l’économie, en particulier du marché foncier, la question de la vie après la mort n’est pas seulement une question philosophique ou religieuse, mais aussi d’ordre pratique et matériel : par exemple, construire une maison apparaît désormais indispensable à la survie de la mémoire du propriétaire lorsque celui-ci aura quitté cette vie. J’ai profondément ressenti cette nouvelle représentation de la maison lors d’une cérémonie funéraire le 15 mars 2005 suite au décès d’un homme politique, professeur d’université et syndicaliste. Une cérémonie qui débordait de monde. Pendant que les visiteurs, en deuil, allaient et venaient saluer le défunt, j’ai été frappé par la question que deux femmes posèrent à un proche du défunt : « Le défunt est-il chez lui ou est-il en location ? », ce à quoi l’homme répondit : « Non, il n’est pas ici chez lui, il est en location. » Et les deux femmes, mains sur les lèvres,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isaie Dougnon, « « Être chez-soi » à Bamako ou la vie après la mort »,  Cahiers d’études africaines, 237 | 2020, 115-140.

Référence électronique

Isaie Dougnon, « « Être chez-soi » à Bamako ou la vie après la mort »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 237 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/29025  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.29025

Haut de page

Auteur

Isaie Dougnon

Fordham University Department of Modern Languages and Literatures, New York ; Département de socio-anthropologie, Université de Bamako, Mali.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page