Navigation – Plan du site

AccueilNuméros238Études et essaisGéographies de l’insoumission et ...

Études et essais

Géographies de l’insoumission et variations régionales du discours nationaliste au Cameroun (1948-1955)

Geographies of Insubordination and Regional Variations of the Nationalist Discourse in Cameroon
Yves Mintoogue
p. 245-270

Résumés

Après avoir dressé un tableau de l’implantation, d’intensité très inégale, de l’UPC, l’Union des populations du Cameroun (le mouvement nationaliste camerounais), à la veille de son interdiction administrative en 1955, ce texte étudie les déclinaisons régionales du discours nationaliste durant les années de décolonisation du Cameroun. L’étude montre que ces variations s’expliquent par la manière dont les différents groupes subalternes qui avaient rejoint l’UPC se réappropriaient la revendication d’indépendance et l’articulait à l’historicité propre de leurs terroirs respectifs, ainsi qu’aux conflits et les luttes d’intérêts au niveau local. Il en ressort que les forces anticoloniales rassemblées au sein de l’UPC ne constituaient pas un bloc homogène ou monolithique ; elles étaient composées de groupes sociaux différents, avec leurs aspirations et leurs idiomes propres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est dans ce sens que les subaltern studies, s’appuyant sur le cas de l’Inde, ont soutenu l’idée (...)

1Les nationalismes anticoloniaux d’Afrique, en dépit de leur lutte contre la domination coloniale, n’ont pas tous donné la preuve qu’ils étaient porteurs d’un réel projet de transformation sociale visant l’égalité de toutes et de tous et l’émancipation des groupes subalternes de la société indigène tels que les femmes, les jeunes ou les paysans. Il est significatif, à cet égard, que les Indépendances aient souvent donné lieu à une reconfiguration des rapports de domination en faveur d’élites masculines, lettrées et urbaines, sans amélioration notable de la condition des groupes sociaux subalternes et sans redistribution équitable des ressources (McFadden 2008). Les luttes anticoloniales et le développement de la conscience nationale n’ont pourtant pas été l’œuvre exclusive des élites indigènes ; et l’on sait aujourd’hui que l’élitisme qui a longtemps dominé l’historiographie des mouvements nationalistes (y compris dans les anciens pays colonisés), présentant les élites comme ayant héroïquement conduit les masses de la servitude coloniale à la liberté, était une vision biaisée et erronée. La contribution des groupes subalternes était en effet multiforme et massive. Loin de se contenter de suivre des leaders charismatiques, les gens ordinaires ont pesé d’un poids déterminant dans les luttes qui étaient en cours et en ont souvent rendu compte au moyen de langages et de logiques qui leur étaient propres, hors de toute emprise des groupes dominants (Guha 1982, 1997)1. De ce point de vue, la lutte anticoloniale menée au Cameroun par l’Union des populations du Cameroun (upc) se distingue probablement par la radicalité de son projet émancipateur qui, outre la quête de l’indépendance politique, visait aussi à « instaurer la direction politique des cadets sociaux en tant que tels » (Bayart 1979), aussi bien en son sein qu’à la tête de l’État où elle ne parvint finalement pas.

2La présente étude revient sur un aspect particulier de ce projet politique. Elle s’intéresse à des groupes sociaux subalternes jusque-là inaudibles qui, ayant rejoint l’upc, s’appuyèrent sur elle pour faire entendre leurs propres voix et essayer de se repositionner favorablement dans des conflits sociaux, économiques ou politiques au niveau local. Et ce que disent clairement les voix singulières de beaucoup de ces femmes et hommes de diverses régions du Cameroun, c’est que la revendication d’indépendance dans laquelle ils s’étaient engagés ne renvoyait pas seulement à l’abolition d’un système de domination étrangère ; dans leur entendement, elle signifiait aussi la fin de diverses formes d’asservissement et d’oppression locales, souvent antérieures à la colonisation. La capacité de l’upc à « inculturer » ses modes d’action politique a certes déjà été mise en exergue par des études antérieures (Mbembe 1985, 1996 ; Malaquais 2002 ; Terretta 2005, 2014). Mais le texte qui suit innove à plus d’un titre. D’abord, il montre que la vitalité des espaces régionaux était telle qu’elle imprimait sa marque dans le discours nationaliste et dans l’idée que les acteurs subalternes se faisaient de l’indépendance politique. Il établit aussi un lien — implicite — entre l’ancrage de « la palabre de l’indépendance » dans les conflits locaux, d’une part, et l’adhésion (ou, a contrario, l’opposition) des populations à l’upc, d’autre part. Enfin, la dernière partie du texte, en se basant sur un matériau inédit, met la focale sur les terroirs politiques du Nord-Cameroun sur lesquels la recherche ne s’attarde guère souvent lorsqu’il est question du mouvement nationaliste.

3L’étude repose sur deux hypothèses majeures. La première postule que si les idées d’unification du Cameroun et d’indépendance ont rencontré une réelle adhésion populaire, c’est d’abord du fait des réinterprétations dont elles ont fait l’objet au niveau local et qui en ont fait l’expression des aspirations populaires en termes de droits, d’opportunités socioéconomiques concrètes ou d’accès aux ressources. Le niveau d’ancrage dans les configurations socio-historiques locales est donc l’un des facteurs explicatifs de l’inégal succès de l’upc dans les différents terroirs du Cameroun. La seconde hypothèse est que l’upc était une coalition de groupes sociaux divers chez lesquels l’idée d’indépendance ne suscitait pas nécessairement les mêmes attentes ; ces dernières variant en fonction des contraintes propres à chaque catégorie sociale et à chaque région du pays. L’étude s’appuie sur deux aires socio-culturelles différentes : la région du Mungo et le Nord-Cameroun. Dans l’une et l’autre, l’on s’efforcera de montrer l’articulation des échelles locale et nationale dans le discours des partisans de l’upc, ainsi que les variations de ce discours. Mais avant cela, la première partie de l’étude dessine une cartographie de l’implantation de l’upc à travers le pays à la veille de son interdiction, en 1955. Une telle vue d’ensemble s’avère nécessaire, dans la mesure où la tendance à circonscrire géographiquement l’influence de l’upc à la région côtière et aux grands centres urbains du sud du Cameroun, ainsi qu’aux catégories sociales qualifiées à l’époque de « détribalisées », a longtemps fait flores (Baeshling-Raspail 1968 : 18 ; Le Vine 1984 : 190-193).

L’implantation de l’UPC

4Comme tout un ensemble d’autres propositions erronées sur le conflit auquel la décolonisation du Cameroun a donné lieu, la thèse limitant l’action de l’upc à trois ou quatre régions du Sud-Cameroun se fonde principalement sur des « sources distillées par l’administration coloniale française » dès les années 1950 et « généralement peu critiquées » (Mbembe cité dans Joseph 1986 : 364). Si elle a plus tard été remise en cause ou nuancée (Mbembe 1996 : 227-238 ; Deltombe, Domergue & Tatsitsa 2011 : 85-87 ; Terretta 2014 : 97-99), elle n’a pas totalement cessé de prospérer pour autant ; les études sérieuses produites depuis lors ayant omis — sauf rare tentative (Nken 2010 : 163-201) — de s’attaquer directement à cette question, sur la base de données d’ensemble, comme on se propose de le faire ici. Une telle démarche révèle alors que la ghettoïsation géographique et sociale opérée par une certaine historiographie ne résiste pas à l’épreuve des faits ; l’upc ayant su développer des tactiques efficaces pour, à partir d’une implantation initiale effectivement très limitée géographiquement, s’étendre à la presque totalité du Cameroun. Ceci dit, on verra aussi que si cette vision est réductrice et inexacte, le bilan en 1955 restait tout de même quelque peu nuancé, puisque le parti n’était pas encore parvenu à une implantation véritablement nationale ni d’intensité égale partout.

  • 2 « Note de synthèse sur le mouvement Union des populations du Cameroun (UPC) », in Archives nationa (...)
  • 3 Les organisations syndicales jouaient un rôle important dans l’émergence des mouvements politiques (...)
  • 4 « Note de synthèse sur le mouvement Union des populations du Cameroun (UPC) », in Archives nationa (...)

5Dès la création de l’upc en 1948, ses dirigeants mettaient au point des techniques de recrutement et d’implantation soigneusement étudiées, visant à toucher toutes les couches de la population2. Déjà, avant la reconnaissance légale du mouvement par l’administration au début du mois de juin, des initiatives semi-clandestines étaient prises qui tiraient profit des réseaux de l’Union des syndicats confédérés du Cameroun (uscc) à laquelle l’upc était étroitement liée. Du reste, les principaux protagonistes qui agissaient encore dans l’ombre pour la mise sur pied de l’upc n’étaient autres que les leaders du mouvement syndical tels que Ruben Um Nyobe, alors secrétaire général de l’uscc, et Charles Assale, membre du Conseil économique et social à Paris pour le compte de l’uscc (Joseph 1975)3. D’autres groupes sociaux (médecins africains, instituteurs, élèves des collèges, etc.) avaient également été approchés. Des campagnes de sensibilisation furent entreprises dans les milieux paysans de la Sanaga-Maritime, du Ntem, du Mungo et de la région bamiléké. Des associations ethno-régionales furent approchées4. Dès le début, ce sont des centaines de personnes de toutes origines sociales qui se pressaient aux premières réunions publiques de l’upc, lorsqu’elle obtint enfin sa légalisation, en juin 1948.

  • 5 Notamment dans les statuts, le règlement intérieur, la résolution du comité directeur du 17 mars 1 (...)
  • 6 Voir « Résolution du Comité Directeur de l’UPC du 17 mai 1953 », p. 2, in 1AC 19 (10), « Activités (...)
  • 7 Ibid., p. 3.
  • 8 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », p. 12, in Archives Nationales d’Outre-Mer (A (...)

6La structure organisationnelle mise en place par l’upc fut largement exposée dans divers textes dès l’année suivante5. Elle comportait cinq organes. Il y avait d’abord les comités de base, décrits comme « la fondation de l’édifice de l’upc »6. Ils pouvaient se constituer, d’après les statuts, « sur la base de l’entreprise, du village, du quartier ou fraction du village ou quartier » et avaient pour but de « populariser les mots d’ordre, d’aider les masses à s’organiser pour la réalisation des objectifs poursuivis » par l’upc. Dirigé par un bureau de dix membres et un secrétariat de quatre membres élus pour un an, chaque comité de base devait régulièrement réunir ses militants pour discuter des questions locales, des mots d’ordre et des publications émises par le parti ou pour élaborer leurs revendications. Seuls les comités de base pouvaient aussi enregistrer les adhésions. Les comités d’un secteur donné pouvaient se regrouper pour former un comité central, deuxième maillon du parti. Les comités centraux coordonnaient l’action des comités de base de leurs secteurs respectifs, leur transmettaient les directives des instances dirigeantes et contrôlaient leur mise en œuvre. Constitué de délégués élus par les différents comités de base de son secteur, le bureau du comité central élisait à son tour un secrétariat de cinq membres en son sein, ainsi qu’un « groupe de travail » chargé de la « rédaction des documents, expédition des correspondances, tenue des archives et des registres, etc. »7, ainsi qu’un « groupe de propagande » chargé de la mobilisation sur le terrain. Chaque comité central devait adresser au comité directeur des rapports mensuels rendant compte de la situation politique dans son secteur et de sa propre activité. Venaient ensuite les sections régionales qui pouvaient regrouper et coordonner l’action des comités centraux d’une région donnée et celle des comités de base, là où un comité central n’était pas encore constitué. Leurs limites n’épousaient pas nécessairement celles d’une région administrative. Il n’existait d’ailleurs pas plus de deux ou trois sections régionales jusqu’en 1955 ; année avant laquelle le parti ne leur accordait pas un rôle très important dans son fonctionnement. C’est au premier trimestre 1955 que de nouveaux textes étaient venus préciser leurs fonctions, dans la foulée d’une importante restructuration qui se poursuivait en mai, lorsque de graves émeutes étaient survenues8. Une section régionale comprenait des représentants de chacun des comités centraux de sa zone de compétence et servait de relai entre les comités de base, les comités centraux et le comité directeur. C’est au travers de ces trois organes (comités de base, comités centraux et sections régionales) que l’upc opérait sa pénétration dans le pays.

7L’on ne s’attardera donc guère sur la direction du mouvement qui était collégiale, assurée par le comité directeur. Disons brièvement que le comité directeur devait organiser et diriger l’action de l’upc et de ses élus éventuels, suivre l’action des organes de base, assurer les relations extérieures et contrôler la presse du mouvement. Il se réunissait tous les trois mois et se composait des délégués régionaux, d’un bureau de onze membres et d’un secrétariat général, tous élus par le congrès. Au milieu des années 1950, il comptait une quarantaine de délégués régionaux (upc 1952 : 4). Le secrétariat se composait de quatre membres : un secrétaire général, un secrétaire à l’Organisation, un secrétaire à la Propagande et un trésorier général. Les statuts prévoyaient simplement que les autres membres du bureau « se répartissent les tâches au mieux des intérêts de l’action poursuivie par le Mouvement » (upc 1991 : 14). C’est en s’appuyant sur cette disposition que les postes de président et de 1er et 2e vice-présidents étaient créés au 1er congrès de l’upc à Dschang, en 1950, sur proposition du secrétaire général. Ils furent confiés respectivement à Mathias Djoumessi, Abel Kingue et Ernest Ouandié. En 1952, Mathias Djoumessi qui, entretemps, avait quitté le parti, fut remplacé par Félix Moumié. C’est au secrétariat général, basé au siège du parti, à Douala, qu’il revenait « d’assurer à tout moment la continuité de l’action de l’upc sur tout le territoire ». En novembre 1948, Léonard Bouly fut remplacé par Ruben Um Nyobè au poste de secrétaire général ; Emmanuel Yapp, élu trésorier général au congrès de Dschang, fut remplacé plus tard par Job René Ngapeth (Bakang ba Tonje 2007 : 54). Les postes de secrétaire à l’organisation et de secrétaire à la Propagande n’étaient manifestement pas pourvus en 1950. Le Secrétariat comprenait aussi une section administrative (dactylographie, ronéo, traitement de la correspondance…). Une commission de contrôle financier pouvait être élue par le congrès ou, à défaut, par les membres du comité directeur dont elle faisait partie, de facto. Il y avait enfin le congrès, plus haute instance du parti, chargée de fixer la ligne politique et doctrinaire, les objectifs annuels ; d’élire les membres du comité directeur, etc. Il s’en était tenu deux (en avril 1950 et septembre 1952), entre la création du parti et son entrée en clandestinité, en 1955.

8À la veille des émeutes de mai 1955 qui embrasaient les principales villes du sud du pays, une note administrative résumait ainsi l’implantation de l’upc :

  • 9 « Note sur le développement de l’action extrémiste au Cameroun », p. 3, in 1AffPol/3335, « Inciden (...)

C’est essentiellement à Douala et en Sanaga-Maritime que le parti compte actuellement ses positions les plus fortes. Il touche également de nombreux éléments de la population dans le Mungo, dans le pays Bamiléké, dans le Nyong et Sanaga [Yaoundé et les contrées environnantes]. Il s’efforce enfin de pénétrer dans les régions du Sud (Ntem, Dja et Lobo) et du Nord Cameroun9.

  • 10 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », p. 12, in Archives Nationales d’Outre-Mer (A (...)
  • 11 « Note sur l’organisation cellulaire à New-Bell », p. 6, 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organ (...)
  • 12 Le rapport du directeur de la Sécurité du territoire, déjà cité, parle quant à lui d’environ 28 co (...)

9Un tel tableau était réducteur, même si les régions citées étaient bien celles où la popularité de l’upc était plus évidente. Du reste, à la même période, un rapport confidentiel du directeur de la Sécurité du territoire, adressée au haut-commissaire et au ministre de la France d’Outre-Mer, créditait le parti d’une présence dans 16 des 19 régions que comptait le territoire10 ; l’upc elle-même revendiquait 17 régions couvertes en mars 1955 (Um Nyobè 1984 : 290-305). Il y avait d’abord celles où la base populaire de l’upc était la plus impressionnante et que l’administration coloniale considérait comme « les deux régions pourries et sacrifiées, le Wouri et la Sanaga-Maritime »11. La région du Wouri était constituée de la ville de Douala et de sa banlieue. Elle comptait 113 comités de base et 13 comités centraux (Mbembe 1996 : 225-232)12. La direction de la Sécurité du territoire estimait le nombre « d’adhérents actifs » (participant régulièrement aux activités militantes) de Douala à 1 200 personnes environ. Juste à côté, dans la région de la Sanaga-Maritime, le maillage était encore plus serré. La région avait été très tôt exposée au prosélytisme upéciste, du fait notamment de l’action des responsables du parti qui en étaient originaires et qui y menaient des campagnes de sensibilisation intense et soutenue, à l’exemple de Ruben Um Nyobè lui-même. L’action de la Solidarité Babimbi (solibabi), une association d’entraide et de solidarité créée dans la subdivision de Babimbi et qui était vite devenue un soutien actif de l’upc, avait également été décisive, au nord-ouest de la région (ibid. : 238-252). La Sanaga-Maritime comptait environ 180 comités de base et 22 comités centraux. Le nombre de « militants actifs » y était estimé à 2 500 personnes.

10La région du Mungo abritait le siège d’une des rares sections régionales existantes, et probablement la plus ancienne : la section régionale de Nkongsamba. Elle couvrait la région administrative du Mungo (qui comptait 8 comités centraux et 56 comités de base), mais aussi la région bamiléké (3 comités centraux et 112 comités de base), la région Bamoun (2 comités de base), la région du Mbam (6 comités de base et 1 comité central), ainsi que les comités de base situés au Cameroun sous tutelle britannique (Southern Cameroons) dont les plus dynamiques étaient ceux de Kumba et de Boube-Bakossi. L’implantation de l’upc au Cameroun britannique n’était entreprise qu’en 1954, suite à des désaccords politiques avec le Kamerun National Congress (knc), né de la fusion du Kamerun United National Congress (kunc) — sur lequel l’upc s’appuyait jusque-là au Southern Cameroons — et de la Cameroons National Federation (cnf), en 1953 (upc 1952 : 1, 4 ; Johnson 1970 : 120-128 ; Bayart 1979 : 109-116 ; Um Nyobè 1988 : 83). Kamen Sakéo était le président de la section de Nkongsamba et Abel Kingue en était le secrétaire général. Le nombre de ses « militants actifs » était estimé à 1 200 dans le Mungo, 1 500 dans la région bamiléké, 300 dans le Mbam, 300 dans le Southern Cameroons et 30 dans la région Bamoun.

  • 13 « UPC. Rapport au Comité de Coordination du RDA », in 1AC 19 (10), « Activités de l’UPC, 1950-1954 (...)
  • 14 Voir la lettre de Um Nyobè à Jean Gwodog, Douala, 3 juin 1954, in 1AffPol/3335, « Incidents Camero (...)
  • 15 « A/s des activités de l’UPC à Yaoundé » note du 27 août 1954, in 1AC 19 (10), « Activités de l’UP (...)
  • 16 Voir « Note relative à l’infrastructure et à l’activité de l’UPC dans la subdivision de Mbalmayo » (...)

11Dans le Nyong-et-Sanaga, le premier comité de l’upc était constitué le 22 mai 1949 dans la ville de Yaoundé, capitale du territoire13. Mais la pénétration de cette région était beaucoup plus lente que celle de Douala, du Mungo ou de la Sanaga-Maritime (Joseph 1986 : 148-152). C’est en 1953 que l’upc accentua ses efforts de pénétration ici. L’année suivante, elle accroissait son assise populaire dans des subdivisions rurales telles qu’Okola et Saa où de nombreux comités de base étaient en création. Le nombre d’organes de base augmenta considérablement, voire doubla dans la région en une année14. Au début du second semestre 1954, par exemple, le comité central de Yaoundé recevait 1 200 cartes de membres à placer ; deux mois plus tard, il n’en restait que 300. Parmi les cartes prises par des adhérents, environ 500 l’étaient dans la seule ville de Yaoundé15 dont le nombre de comités de base passa à 17 en 1955 (Ralite 2013 : 105). À Mbalmayo, la présence de l’upc datait de 1951 et était principalement l’œuvre d’Abessolo Nkoudou, revenu de Douala où il avait été le premier directeur-gérant de La Voix du Cameroun, le principal journal de l’upc. Son exclusion du parti, prononcée en avril 1951 pour malversations financières, ne l’avait pas empêché de mener une intense campagne d’implantation à Mbalmayo d’où il était originaire. En 1953, Mbalmayo comptait un comité central et ses comités de base rassemblaient plus de 500 adhérents et avaient « prise sur la presque totalité de la population urbaine, étrangère et autochtone, de la subdivision »16. En 1954, le comité directeur entreprit de reprendre le contrôle de ces organes et d’en confier la direction à des militants fidèles à la discipline du parti. Ce processus se poursuivait en 1955, en dépit de la résistance d’Abessolo Nkoudou. En somme, trois comités centraux étaient actifs dans la région du Nyong-et-Sanaga (Yaoundé, Ebougssi et Mbalmayo), regroupant au moins 27 comités de base. Le nombre de militants actifs était estimé à un millier environ, pour l’ensemble de la région.

12Plus au Sud, la région du Ntem comptait un comité central. Il regroupait six comités de base mis en place à Ebolowa et le long des routes principales de cette région enclavée. Le nombre de « militants actifs » y était estimé à 300 personnes environ par les sources administratives. Sur la côte, au sud-ouest du territoire, la région de Kribi comptait elle aussi un comité central à Bisoki. Une dizaine de comités de base étaient actifs à Kribi, Bipindi, Mémel i et ii, Moungue, Gouap, Nkolo, Aloaboga, Awonde et Mélondo, animés par environ 150 militants actifs. Dans le Dja-et-Lobo, environ 200 militants actifs animaient 5 à 10 comités de base à Nloup, Akon, Djoum, Otetek, etc. À l’est du territoire, l’upc prenait pied dans la région du Lom-et-Kadeï, grâce notamment à l’action d’Ernest Ouandié, vice-président du parti et instituteur, qui avait été affecté à Batouri en 1954. L’année suivante, les sources administratives y signalaient l’existence d’au moins trois comités de base à Batouri, Bertoua et Mindourou.

13Au nord du pays, existait une section régionale très étendue géographiquement, mais comptant relativement peu de comités. D’après les données des renseignements généraux, elle regroupait une dizaine de comités de base répartis sur quatre des cinq régions administratives du Nord-Cameroun. Il y avait les comités de Ngaoundéré et Meiganga dans l’Adamaoua, de Garoua, Poli et Guider dans la Bénoué, de Maroua, Kaélé, Zina et Yagoua dans le Diamare et ceux de Mokolo et Mora dans le Margui Wandala. À ces quatre régions, l’upc elle-même ajoutait celle du Logone-et-Chari, assurant ainsi couvrir les cinq régions du Nord (Um Nyobè 1984 : 301). Félix Moumié, président de l’upc et médecin en poste à Maroua, avait dirigé la section du Nord jusqu’à sa mutation à Douala en janvier 1955. L’administration estimait le nombre de ses « militants actifs » dans le Nord à 300 personnes. Mais le nombre d’adhérents était sans doute bien plus élevé ; le comité de base de Ngaoundéré, à lui tout seul, avait par exemple enregistré l’adhésion d’au moins 150 personnes au premier trimestre 1955 (Allioum & Koufan Menkene 2006).

  • 17 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », p. 57, in Archives Nationales d’Outre-Mer (A (...)

14Hors des frontières camerounaises, un comité de base de l’upc existait à Fort Lamy au Tchad, depuis la fin d’année 1954 mais, surtout, le comité de Paris, mis en place au premier trimestre 1954, était constitué essentiellement d’étudiants camerounais en France. Jean Gwodog en était le permanent17.

15On retrouvait dans l’upc des personnes appartenant à tous les groupes sociaux et pratiquement à tous les corps de métiers, avec des variations notables concernant leur importance numérique selon les régions. Dans les zones rurales, les paysans des deux sexes étaient majoritaires ; quelques chefs et notables continuaient aussi de militer ouvertement, en dépit des brimades et de la répression de l’administration. En ville, on retrouvait dans les rangs du parti des market-boys, des manœuvres, des transporteurs, des employés de chemins de fer, des commerçants, des instituteurs, des femmes au foyer, des fonctionnaires de divers services, des employés des maisons de commerce ou encore de nombreux sans emplois (Mbembe 1996 : 233).

  • 18 Deux régions supplémentaires étaient créées dans le même intervalle, portant leur total à dix-neuf
  • 19 « Note sur le développement de l’action extrémiste au Cameroun », p. 2, 1AffPol/3335, « Incidents (...)

16Les régions de la Boumba-Ngoko et du Haut Nyong, au sud-est du pays, étaient donc les seules dans lesquelles l’upc n’était pas encore présente en 1955. Né en avril 1948, le mouvement revendiquait 7 000 adhérents dès la fin de l’année suivante. Au premier trimestre 1950, 7 000 cartes supplémentaires étaient placées. À l’occasion du premier congrès du parti, en avril 1950 à Dschang, Um Nyobè (1989 : 51, 73) annonçait la présence de l’upc dans sept régions du pays. En décembre 1951, l’upc revendiquait 20 000 adhérents dans huit des dix-sept régions que comptait alors le territoire. En septembre 1952, elle atteignait 30 000 adhérents. Mais si le nombre d’adhérents continuait d’augmenter, sa base géographique ne s’élargit pas entre 1950 et 1953, restant circonscrite dans les sept ou huit régions investies depuis 195118. C’est à partir de la fin d’année 1953 et début 1954 que l’upc entreprit la pénétration des régions restées jusque-là hors de son atteinte : neuf régions supplémentaires étaient ainsi touchées. En mars 1955, l’administration estimait que l’upc comptait au total environ 20 000 membres possédant une carte dont 10 000 militants actifs, et 80 000 sympathisants potentiellement mobilisables. « Les chiffres de ces effectifs, s’ils ne paraissent pas considérables par eux-mêmes, reprennent toute leur valeur si on les compare aux chiffres correspondants que peuvent avancer les autres partis politiques existants au Cameroun », commentait une note administrative secrète19. Les mêmes sources estimaient le nombre total des comités de base de l’upc à 450 et une quarantaine de comités centraux, toujours en 1955. Sa popularité et son implantation étaient certes très variables d’une région à l’autre, comme l’indique le panorama qu’on vient de dresser ; mais la rapidité de son expansion et le dynamisme de ses organes de base étaient devenus la principale source d’anxiété de l’administration française qui, dans ses discours officiels, continuait à nier la popularité et la primauté du parti nationaliste. À la même période, l’upc elle-même, par la voix de Ruben Um Nyobè (1984 : 301-302), faisait le point sur la situation :

Tandis qu’au 1er janvier 1954 huit régions seulement sur les dix-neuf que compte le Cameroun étaient organisées, aujourd’hui il ne reste que deux régions dans l’Est où le mouvement n’a pas encore d’organisation de base et il est possible que quelque chose ait déjà été fait au moment où j’écris. Le Nord Cameroun qui, jusqu’en 1953, était considéré comme une chasse gardée du colonialisme, se trouve être, depuis avril 1954, l’un des secteurs les plus actifs de l’UPC. Au cours de 1954, plus de 70 000 cartes ont été placées, des centaines de comités de base et des dizaines de comités centraux organisés. Six locaux à l’usage exclusif du mouvement ont été construits par les militants et à leurs frais.

17Si l’on ajoute aux 70 000 adhérents revendiqués par Um Nyobè les sympathisants que l’administration évaluait à 80 000, on pourrait estimer que 150 000 à 200 000 personnes étaient plus ou moins acquises à l’upc en 1955 ; à un moment où le corps électoral comptait environ 747 000 électeurs (Terretta 2014 : 98). En somme, les efforts de l’upc pour toucher toutes les régions du pays et toutes les couches de la population ont donc été opérants, même si les résultats étaient encore très variables et nuancés au moment où le mouvement fut interdit. Son succès grandissant était d’ailleurs secrètement reconnu par l’administration dont les rapports inquiets indiquent qu’elle craignait la formation d’une grande alliance des cadets sociaux qui, sous la bannière de l’upc, se serait opposée à l’alliance hégémonique des élites indigènes qu’elle mettait en place et à laquelle la France a finalement confié la gestion de l’État, à l’indépendance (Bayart 1979).

Les variations régionales du discours nationaliste

  • 20 « Le croissant fertile » formait un demi-cercle d’un rayon de 300 à 350 kilomètres autour de Doual (...)

18Le succès populaire de l’upc était donc très variable, d’une région à l’autre, comme on vient de l’indiquer ; ceci du fait de l’influence des trajectoires historiques propres aux différents terroirs politiques qui constituaient le Cameroun. L’influence des imaginaires liés à ces trajectoires historiques dans la logique et les pratiques politiques des acteurs « upécistes » a déjà fait l’objet d’études remarquables, comme indiqué en introduction (Mbembe 1985, 1991, 1996 ; Malaquais 2002 ; Terretta 2005, 2014). Mais ce dont la recherche n’a pas explicitement fait état jusqu’à présent, c’est la manière dont les énoncés majeurs du discours nationaliste (unification, indépendance et non-intégration dans l’Union française) ont eux-mêmes connu des variations notables chez les acteurs subalternes, sous l’influence de cette multiplicité des configurations locales. Or, la profondeur historique des terroirs et la vitalité des espaces régionaux étaient telles qu’ils ne pouvaient être des réceptacles passifs du discours nationaliste. Se dessine également une corrélation entre le niveau d’enracinement des enjeux politiques territoriaux dans le local et l’engagement des populations. Pour illustrer ces variations régionales et montrer comment elles contribuent à l’intelligibilité de l’implantation inégale de l’upc, l’on s’appuie sur les exemples du Mungo et du Nord-Cameroun. Le choix de ces deux régions tient, pour une grande part, à leurs nombreux contrastes. L’identité sociale et politique du Mungo était directement liée à sa position géographique, à l’intérieur de l’espace économique baptisé le « croissant fertile » (Joseph 1986 : 119-122)20. C’est dans cet espace équatorial, christianisé dès la première moitié du xixe siècle, que l’on trouvait des taux de scolarisation relativement élevés et c’est surtout de là que provenait l’essentiel des produits de rente du territoire. Le Nord-Cameroun, quant à lui, appartenait à l’aire saharienne, moins rentable économiquement, islamisée et très peu scolarisée. Les sources primaires exploitées sont de deux ordres : d’une part, des correspondances, communiqués, motions et tracts produits par les militants locaux de l’upc eux-mêmes et, d’autre part, les rapports, correspondances et notes de renseignement de l’administration coloniale. La partie sur le Nord s’appuie surtout sur un matériau inédit, à savoir des tracts initialement rédigés en langues vernaculaires (fulfulde et haoussa) par un militant de Ngaoundéré.

19Le programme de l’upc comprenait deux volets : « les revendications particulières intéressant toutes les catégories de la population d’une part et la […] question de [la] marche vers l’indépendance d’autre part » (Um Nyobè 1989 : 71). On ne s’attardera guère ici sur le discours officiel produit sur ces deux questions par le bureau du comité directeur et ses principaux dirigeants. Il s’agit plutôt d’aborder la question « par le bas », en nous intéressant à la manière dont ce discours se traduisait dans les idiomes locaux, en lien avec les contextes socio-historiques propres aux différents terroirs du pays. Évoquant le mode d’action de l’upc, la direction de la Sécurité du territoire écrivait :

  • 21 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », note annexe, p. 1, in Archives Nationales d’ (...)

Elle est mise en œuvre par les meetings […] les réunions publiques et privées, les cercles et comités d’études, mais aussi par la diffusion de tracts au niveau très inégal, les uns étant rédigés à Douala dans le style révolutionnaire le plus orthodoxe, les autres provenant des comités de brousse, soucieux avant tout d’exprimer leurs rancœurs et les mécontentements surgis à la suite de petites affaires très localisées21.

20Ce que les autorités françaises relevaient ici, dans un jargon bien à elles, semble bien signaler l’existence d’une autonomie relative des discours politiques produits à l’échelle locale par les acteurs populaires, par rapport à ceux de la direction du parti. Il s’agissait d’une caractéristique majeure de l’action de l’upc qui n’était pas due au hasard. Les militants du parti étaient encouragés dans leurs revendications à « faire apparaitre l’incidence néfaste du régime colonial sur la vie des populations et montrer les avantages de la libération de l’oppression par les exemples concrets » (upc 1990 : 17-20). Une telle disposition ouvrait déjà la voie à d’importantes variations et nuances régionales dans l’énonciation des aspirations des militants. Voyons comment cela se traduisait concrètement, sur le terrain.

La quête d’une émancipation économique dans le Mungo

21La région du Mungo était située au nord de celle de Douala et était limitrophe du Southern Cameroons, sous administration britannique. Du fait de la richesse de ses sols volcaniques, le Mungo était devenu l’une des plus importantes zones de production agricole du territoire et un haut lieu de colonisation agraire. Les terres, déclarées « vacantes et sans maître » par le pouvoir colonial, avaient été cédées à des colons européens depuis les années 1920. En 1935, les superficies accordées en concessions étaient de 19 567 241 hectares. Les colons s’investissaient surtout dans la culture du palmier, café et de la banane (Mbembe 1996 : 60-66). La colonisation agraire du Mungo engendrait plusieurs problèmes. D’abord, les plantations des colons nécessitaient une main d’œuvre abondante qui provenait majoritairement de la région bamiléké, avec les conséquences démographiques et sociales qui s’ensuivaient. « Vu les effets négatifs de salaires insuffisants et des très mauvaises conditions de travail sous l’indigénat, les administrateurs et les chefs locaux levaient simplement des équipes de travail qu’ils dirigeaient sur les plantations. Ainsi, en 1935, sur un nombre d’ouvriers agricoles estimé à 21 000 pour le Cameroun, il y en avait 10 000 dans la seule région du Mungo » (Joseph 1986 : 139). Mais il n’y avait pas que les bas salaires et le travail forcé ; la culture du café dont le pays exportait 4 251 tonnes était aussi restée quasiment interdite aux Africains jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Par la suite, la concurrence devint rude entre planteurs camerounais et colons européens, mais ces derniers pouvaient compter sur un système de quotas discriminatoires à l’exportation pour éliminer la concurrence des Africains. En 1946, les planteurs camerounais n’avaient droit qu’à 15 % des parts d’exportation, à 21,25 % en 1949, et à 27,5 % en 1950, ceci malgré l’augmentation constante de la production indigène (ibid. : 138).

  • 22 « Réunion de l’UPC, le 4.09.1952 à Nkongsamba » 1AC 19 (11), « Activités des chefs upécistes (King (...)

22Les tensions entre colons blancs, d’une part, et agriculteurs et commerçants camerounais, d’autre part, étaient vives. Les mesures des autorités locales visaient généralement à protéger les intérêts du colonat. Pour les paysans, les ouvriers agricoles et les commerçants indigènes, l’upc apparaissait d’abord comme un mouvement qui s’investissait dans la défense de leurs intérêts face au colonat et aux abus de l’administration. Les effectifs du parti étaient donc considérables ici, comme on l’a déjà montré. Planteurs et commerçants étaient d’ailleurs majoritaires dans le bureau du comité régional. Kamen Sakéo, son président, était lui-même commerçant et planteur à Loum. Né en 1918 à Bangangté, dans la région bamiléké22, à partir de laquelle il avait émigré dans le Mungo pour des raisons économiques, comme c’était le cas de la majorité des populations bamiléké installées ici ; Elie Tchuente, le secrétaire permanent, était planteur à Nkongsamba, de même que Mathias Kangue, le trésorier. Quant à Abel Kingue, le secrétaire général du comité régional, il était aussi l’un des deux vice-présidents de l’upc. Né à Fokwe, près de Dschang (région bamiléké), en 1924, il avait fait des études primaires à Dschang, avant d’entrer à l’école des infirmiers d’Ayos, non loin de Yaoundé ; métier qu’il semble n’avoir jamais exercé (Bakang ba Tonje 2006 : 81-82). En 1947, il était employé dans un grand commerce à Douala et avait adhéré à l’uscc, avant de rejoindre l’upc en 1948.

  • 23 Lettre « à Monsieur le Commissaire de Police de Mbanga (27 mars 1951) », in ANY, APA 12 403, sous- (...)

23C’étaient donc les discriminations, brimades et vexations subies par les planteurs et les petits commerçants qui rythmaient l’activité de l’upc dans le Mungo. Ainsi, par exemple, le 27 mars 1951, le comité régional de l’upc adressait une lettre de protestation au commissaire de police de la ville de Mbanga pour dénoncer les brimades que subissait le nommé Maurice Santchigang, boulanger à Mbanga, ancien combattant et militant local de l’upc. M. Santchigang était arrêté le 18 mars 1951 par une douzaine de gardes de la police coloniale, « tel un criminel »23, sans avoir préalablement reçu de convocation et sans mandat d’arrêt. Détenu pendant trois jours avant d’être présenté devant le juge de paix de Nkongsamba, il ne fut relâché qu’après avoir été condamné à payer une amande de 5 000 francs. Santchigang était accusé d’avoir offert 400 francs aux gardes qui l’avaient arrêté, pour les corrompre. Le comité local de l’upc ne démentait pas ce fait en lui-même, mais s’étonnait de la volonté soudaine des autorités de combattre la corruption et d’assainir les rapports entre les populations indigènes et les agents de l’État. Ainsi rappelait-il que « si Santchigang avait donné 400 francs aux gardes camerounais, il n’était pas le premier à le faire. Est-ce que les gardes avaient refusé de les prendre ? », demandait le comité de l’upc dans sa lettre. En outre, les militants indignés affirmaient que si les gardes avaient porté l’affaire à la connaissance du commissaire, c’était uniquement parce qu’en voyant Santchigang porter « ce petit don dans son cahier de pertes et profits », ils avaient craint qu’une dénonciation de l’upc puisse s’ensuivre.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

24La lettre du comité régional de l’upc allait encore plus loin, en soutenant que le motif invoqué pour condamner ce boulanger n’était, en réalité, qu’un prétexte : « le vrai motif de l’arrestation de Santchigang est qu’il fabrique les pains (sic) et vous l’opprimez pour qu’il cesse cette fabrication, afin que Doumbe Ebénézer, citoyen français, soit le seul fabricant du lieu », écrivait-il24. Après avoir rappelé au commissaire qu’une « telle politique qui consiste purement la discrimination sociale (sic) est contraire à la disposition des accords de Tutelle, aux recommandations de l’onu et c’est une violation flagrante de la Constitution de la 4e République », la correspondance s’achevait en exigeant du commissaire « la restitution de farine [qu’il détenait] depuis deux mois »25.

  • 26 APA 12 403 APA 12 403, sous-chemises 2 et 3 : Mungo ; voir aussi 1AC 19 (11), « Activités des chef (...)

25L’affaire Santchigang n’était pas un cas isolé. La majorité des griefs formulés contre l’administration, dans le Mungo, était liée aux rivalités économiques et commerciales qui prévalaient dans la région et traduisaient la volonté des petits entrepreneurs locaux de s’appuyer sur l’upc pour faire face aux mesures administratives et autres brimades visant à favoriser les colons blancs, ainsi qu’au racket de la police coloniale26. À leurs yeux, l’arbitraire colonial participait d’abord d’une logique de répression économique dont le but était de garantir un monopole outrancier aux commerçants et aux agriculteurs français. Les motivations qui conduisaient un bon nombre de personnes à s’engager dans l’upc relevaient donc souvent d’une rationalité de type syndical. Causes politiques et intérêts corporatistes semblaient s’enchevêtrer, l’upc jouant pour eux une fonction syndicale de défense de leurs droits et intérêts, hypothéqués par la collusion entre l’administration et le colonat.

  • 27 « Motion » du 25 octobre 1951, CR de l’UPC du Mungo, APA 12 403.
  • 28 « Le Chef de la Région du Mungo à M. le Haut-Commissaire », ANY, 1 AC 19 (11), « Activités des che (...)

26En octobre 1951, c’est contre la situation à la prison de Nkongsamba que s’insurgeait le comité de l’upc : « régime alimentaire et pourboire […] chicottage (sic) des prisonniers »27. S’ensuivait une liste des noms des gardiens de prison auteurs de ces pratiques repréhensibles, de leurs victimes ainsi que les sommes d’argent extorquées. La même motion s’attaquait ensuite à « l’attitude regrettable des agents de Douane qui circulent en compagnie des agents forestiers dans les marchés périodiques, dans les trains en région du Mungo, violent les domiciles des habitants sous prétexte qu’ils cherchent la monnaie et marchandises d’origine étrangère, alors que les maisons des trusts colonialistes en sont bourrées ». Ce qui était pointé ici c’était le fait que les délits qu’on prétendait réprimer chez les Africains étaient pourtant des pratiques courantes chez les colons et les Européens en général ; une situation qui, du point de vue des militants de l’upc, était bien connue des autorités coloniales mais sur laquelle elles fermaient complaisamment les yeux. En août 1952, une pétition de l’upc dénonçait les « ravages des bœufs des colons Chollier et Couhert aux cultures des villageois »28 de Mouanguol.

  • 29 Cf. « Motion » et la lettre « à M. l’Administrateur des Colonies Chef de la Région du Mungo », in (...)
  • 30 Petits commerçants, souvent ambulants.

27Le ton et les formulations adoptés variaient en fonction des objectifs ponctuels poursuivis : tantôt très virulent, tantôt plus conciliant. C’est ainsi, par exemple, que le comité régional du Mungo produisit simultanément, le mardi 7 février 1951, un communiqué public et une correspondance adressée à R. Sassard, commissaire de police de Nkongsamba. Les deux documents exprimaient une « protestation très indignée et attristée contre les provocations policières et autres agents de sûreté au marché de Nkongsamba »29. Cette prise de position était directement motivée par des incidents survenus le dimanche précédent sur la place du marché de Nkongsamba où les nommés Yacob Goumawa, militant actif de l’upc, et François Mbi, tous deux des markat-boys30, avaient été copieusement molestés par un agent de police, sans motif valable. La correspondance adressée au commissaire rappelait que de tels faits s’étaient déjà produits quelques mois auparavant, lorsque des agents de police avaient infligé le même traitement à Mouaffo Yacob qui s’en était tiré avec des blessures et « avait dû garder le lit d’hôpital pour longtemps ». Cette même année, Kom André, Takou Victor et quelques autres militants de l’upc avaient subi un sort similaire. La lettre indiquait que Mouaffo avait été victime de ces brutalités alors qu’il se rendait à une assemblée de l’upc. Elle établissait également un lien entre la fréquence de ces brutalités et le fait que la majorité des victimes, telles que Kom André, Takou Victor et beaucoup d’autres, étaient des militants de l’upc. Le lundi 6 février encore (soit la veille), Kamdoum Joseph, autre markat-boy, avait été conduit de force au commissariat de police par un agent, simplement parce qu’il « aurait refusé de céder sa tine de maïs sans condition ». Tine de maïs que M. Sassard, le commissaire de police lui-même, s’était par la suite offert à 150 Francs alors qu’elle était vendue à 275 Francs.

28Pour étayer le fait qu’il s’agissait, à leurs yeux, d’une répression économique mais aussi politique, les militants évoquaient des menaces répétées de certains agents de police qui auraient déclaré à des petits commerçants d’obédience « upciste » qu’ils se verraient refuser la patente commerciale pour l’année en cours. De tels agissements, poursuivait la lettre, montraient la « discrimination » dont les Africains étaient victimes dans la délivrance des patentes « en raison de leur appartenance politique ». Le communiqué public, lui, s’achevait en disant la confiance des militants à l’égard du comité directeur de l’upc « qui est l’avant-garde de la lutte contre les abus afin que le respect des droits de l’homme devient (sic) une réalité au Cameroun ». Les deux documents s’achevaient par une liste des services administratifs et organismes auxquels des ampliations avaient été adressées : chef de région du Mungo, direction de la Sureté, comité directeur de l’upc, onu, etc. La fermeté de la lettre adressée au commissaire Sassard reflète le ton qui était généralement celui des correspondances de l’upc, à peu près partout sur le territoire. Mais la conjoncture régionale et la structure des opportunités économiques conduisaient parfois les comités du Mungo à se faire plus conciliants. Les énoncés les plus étonnants dans ce registre se retrouvaient dans certaines correspondances adressées aux autorités régionales ou nationales et qui tenaient, au sujet de l’Union française, un discours ambigu qui semblait en contradiction avec la position officielle de l’upc, farouchement opposée à l’intégration du Cameroun dans cet ensemble (Um Nyobè 1984 : 150-154). Ainsi, le 5 avril 1951, une « motion de protestation » adressée au haut-commissaire de la France au Cameroun et réclamant la restitution de la licence commerciale d’un restaurateur, militant de l’upc, abusivement détenue par le chef de région, déclarait que : « le Bureau du Comité Régional du Mungo en se prononçant solennellement pour une vraie union fraçaise qui respecte les accords de Tutelle fait confiance au Gouvernement Français du Cameroun pour l’étude de la détention de la licence de Kamsi David. » Cette motion souffle le chaud et le froid, oscillant en permanence entre la protestation véhémente et un ton plus conciliant et proche de la doléance qui tranchait avec la virulence des écrits des comités d’autres régions telles que le Wouri ou la Sanaga-Maritime.

29En somme, les interventions publiques des militants et des organes locaux de l’upc dans le Mungo étaient marquées par les tensions qui caractérisaient la situation économique de la région et les conflits sociopolitiques locaux qui la structuraient. Pour une part, l’engagement des militants trouvait ses ressorts dans une stratégie d’accroissement des opportunités économiques ou de prémunition contre l’arbitraire. Leurs protestations publiques exerçaient certes une forte pression sur l’administration mais elles étaient souvent ambivalentes, faisant miroiter des concessions ou une inflexion politique impossibles dans les faits, d’abord parce qu’elles étaient du ressort de la direction du parti mais aussi du fait de la ligne nationaliste et anticolonialiste radicale de l’upc. Des attitudes dont on peut penser qu’elles relevaient de la ruse et visaient surtout à préserver des acquis souvent précaires ou à obtenir des avancées dans la rivalité économique qui les opposait aux colons de la région.

Politique vernaculaire au Nord-Cameroun : Allah et la lutte de libération nationale

  • 31 Les chefferies traditionnelles peules et musulmanes du Nord-Cameroun sont appelées des lamidats (...)

30Si au sud du pays, la popularité et l’influence de l’upc étaient devenues incontestables au milieu des années 1950, la situation était assez différente dans le Nord. Ici, le pouvoir colonial conservait l’essentiel de son autorité, du fait notamment de la cooptation des lamibé31 (les sultans à la tête des lamidats, royaumes théocratiques peuls de cette région), qui exerçaient un pouvoir temporel et spirituel incontesté sur tous leurs sujets. Le « Nord-Cameroun » s’étale en longueur de la lisière de la zone forestière, au sud du plateau de l’Adamaoua, jusqu’au lac Tchad. Avant la conquête allemande, la trajectoire historique de ces vastes territoires de savanes et de steppes était différente de celle du Sud. Depuis le début du xixe siècle, toute cette région était passée sous domination politique et culturelle des Peuls musulmans, suite à la révolte du réformateur religieux Uthman dan Fodio contre le roi de la Cité-État haoussa de Gobir, dans le nord du Nigeria actuel. Dan Fodio, s’étant proclamé « Commandeur des Croyants », lança un appel au djihad en 1804 (Njeuma 1978). Les quelques lamidats (chefferies) situés entre le lac Tchad et le Fombina (« le Sud », en fulfuldé) se rallièrent à lui et Modibo Adama, un lettré musulman du pays, fut désigné pour conduire la « guerre sainte » dans le Fombina qui deviendra le « pays d’Adama » : Adamawa.

31Si elle ne parvenait pas à islamiser toutes les populations du Nord, la guerre conduite dans le Fombina y modifia complètement les équilibres politique, économique et culturel. Elle y imposa partout l’hégémonie culturelle peule. Des dizaines de nouveaux lamidats se constituèrent et firent tous allégeance au Califat de Sokoto (au nord du Nigeria actuel) à la tête duquel s’était installé Uthman dan Fodio, faisant de sa capitale le nouveau centre religieux, politique et intellectuel auquel se référaient les États musulmans de l’Adamawa. « Ainsi prenait forme un nouvel espace mental, tourné vers l’Ouest, d’où il tirait une grande partie de sa légitimité, unifié par l’Islam, ses calendriers, ses noms, ses modes vestimentaires, son système légal, ses motifs architecturaux, et intégré, bien que périphériquement, au système commercial transsaharien » (Mbembe 1996 : 45). L’élevage et l’accumulation du bétail étaient les activités économiques dominantes dans toute cette aire géographique qui participait aussi, plus ou moins, au commerce transsaharien d’ivoire, d’or et d’esclaves.

  • 32 M. Mamdani décrit cette mise de l’autorité indigène au service du pouvoir colonial comme un « desp (...)

32La colonisation ne bouleversa guère cette configuration sociale et politique. Après la conquête et l’occupation coloniale, l’administration allemande d’abord, puis les autorités françaises ensuite, ne mirent pas fin à la domination peule. L’administration française se contenta de destituer les lamibé plus ou moins indociles pour introniser des princes plus conciliants. Mais les lamidats furent maintenus ainsi que tout leur système de domination et de vassalité, bien que les populations non islamisées, dites « kirdi » étaient les plus nombreuses — 750 000 personnes, alors que les populations peules ne comptaient que 395 000 personnes. Pour l’essentiel, le pouvoir despotique des lamibé fut maintenu, voire étendu, puisque de nouveaux groupements kirdi leur furent annexés ici ou là ; ce qui créait régulièrement de fortes tensions sociales et politiques. De fait, ils étaient devenus « le bras décentralisé de l’État colonial » (Mamdani 2004 : 77) dans le Nord, exerçant sur leurs sujets une contrainte quasi illimitée, pour leur propre compte ou pour collecter l’impôt et fournir de la main d’œuvre pour les travaux forcés32. Par ailleurs, l’École était une institution très rare ici et peu de gens pratiquaient le français (Mveng 1985 : 137). La majorité des agents de l’administration n’était donc pas en mesure de communiquer avec la population. Cette situation particulière contribuait d’ailleurs à retarder la pénétration de l’upc dans le Nord.

33Il existait cinq régions administratives dans le Nord au milieu des années 1950 : l’Adamaoua, la Bénoué, le Margui Wandala, le Diamaré et le Logone-Et-Chari. On a vu que l’implantation de l’upc avait notamment été impulsée par Félix Moumié, Président de l’upc qui avait longtemps dirigé la section upc du Nord. Travaillant comme « médecin africain », il avait été affecté à Mora (Margui Wandala) en 1951, puis à Maroua, dans la région du Diamaré (Moumié 2006 : 57-70). Les militants les plus actifs étaient en majorité des fonctionnaires originaires du Sud, affectés dans le Nord. En fin d’année 1954, les efforts de pénétration de l’upc dans cette région étaient compromis par l’affectation de ses principaux cadres locaux dans le Sud. Outre Félix Moumié, on peut citer Jean Paul Sende et Tubbe Akwa, ainsi que des leaders régionaux tels que Martin Singap à Garoua, François Nyanda à Ngaoundéré et Atidepe Mensah à Meiganga, Albert Ndoumy à Mokolo, Tang Tang à Zina, Elie Ngui à Kaele, Mayema à Guider ou encore le médecin Gilbert Eyoum qui venait d’être muté à Mora.

  • 33 Voir « Note de synthèse sur le mouvement Union des Populations du Cameroun (UPC) », p. 4, in 1AC 3 (...)
  • 34 Par exemple, des tracts de l’UPC en bassa furent distribués à Edéa en juin 1953. Voir « Bulletin q (...)

34Le nombre de militants originaires du Nord était certes en forte progression depuis 1954, mais toucher massivement les populations autochtones restait néanmoins le grand défi auquel l’upc était confronté. Des efforts importants étaient faits dans ce sens, mais les résultats restaient relativement médiocres dans un contexte où l’essentiel des libertés individuelles était confisqué par des lamibé omnipotents dont les intérêts restaient liés à ceux de l’administration française. C’est notamment en essayant de dépasser le problème de la barrière linguistique et en mettant en cause la légitimité de la figure du lamido, accusé de graves compromissions, que les militants musulmans du Nord allaient, quant à eux, entreprendre de populariser les causes de l’unification et de l’indépendance. L’upc était bien consciente des conflits politiques et culturels dont la question linguistique était porteuse et voulait que les langues vernaculaires soient « reconnues comme langues officielles et enseignées dans les écoles »33. Elle eut très tôt recours aux langues locales dans ses campagnes politiques pour toucher les groupes subalternes. Des meetings et des conférences se tenaient souvent dans les principales langues vernaculaires du pays. C’était notamment le cas pour ceux animés par Ruben Um Nyobè qui parlait couramment plusieurs langues du sud du pays. En outre, la rédaction et la traduction des textes politiques en langues vernaculaires devenaient courantes au sein de l’upc. Depuis le début des années 1950, des tracts étaient souvent rédigés en bassa, en ewondo, en bamun ou en pidgin34. « La version duala du texte intitulé “Conditions historiques du mouvement de libération dans les pays coloniaux” […] fut achevée [en 1954]. […] tandis que, dans le Nord, Selbe Haman et Adji Bakari publiaient en fulfuldé » (Mbembe 1996 : 285).

  • 35 Cette orthographe étant plus courante dans les documents que nous avons consultés, c’est pour elle (...)
  • 36 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai (...)

35Ce sont justement des textes publiés par Selbe Haman (ou Amaselbe Hamma)35 à qui il est fait référence ci-dessus, que nous nous proposons, à présent, d’étudier brièvement. Il s’agit précisément de deux tracts, sans date ni titre, jamais mentionnés auparavant dans les rares études qui se sont intéressées à l’activité de l’upc au Nord-Cameroun. Ils portent bien la signature de leur auteur ainsi que les lieux de leur publication : Ngaoundéré pour l’un, Douala pour l’autre. Bien qu’initialement rédigés en alphabet arabe mais en langues fufuldé (peule) et en haoussa pour le tract de Ngaoundéré, et en fulfuldé seulement pour celui de Douala, seule la traduction française de ces deux tracts, que nous avons retrouvée dans un volumineux dossier36, était disponible aux archives d’Outre-Mer d’Aix. Les deux textes, très similaires par leur contenu, ont sans doute été écrits entre le second semestre 1954 et mai 1955, lorsque l’activité de l’upc dans le Nord commençait à atteindre les populations autochtones. Leur traduction française — qui tient en une page pour le tract de Ngaoundéré, et en trois pages pour celui de Douala —, a été réalisée pour le compte de l’administration coloniale, sans doute par l’un de ses agents indigènes. Les deux textes s’adressent explicitement tantôt aux populations musulmanes du Nord, tantôt à leurs autorités indigènes (lamibé, chefs et autres notables) et traitent tous deux, avec des arguments similaires, de la nécessité de s’émanciper de la domination coloniale et de l’intérêt de rejoindre l’upc dans la lutte pour l’unification et l’indépendance du Cameroun.

  • 37 I. Allioum et J. Koufan Menkene (2006) se méprennent lorsqu’ils le décrivent comme un analphabète.
  • 38 L’essentiel des données biographiques sur Hamaselbe provient de cette source.

36Amaselbe Hamma était lui-même un Peul musulman de la région de Ngaoundéré et un militant de l’upc, bien connu dans tout le Nord. Fils du chef de village de Koum-Kilba, près de Ngaoundéré, il fréquenta très tôt l’école coranique. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’il aurait appris à lire le français, grâce à ses camarades de l’upc37. Si les circonstances concrètes de son adhésion à l’upc restent mal connues, on sait néanmoins qu’il fut l’un des premiers militants du parti dans le Nord et qu’il fut président du comité de base de Ngaoundéré. Son activisme lui valut d’être plusieurs fois arrêté et emprisonné, notamment par le lamido de Ngaoundéré (Awal 1998)38.

  • 39 Par commodité, nous désignerons « texte 1 » celui rédigé à Ngaoundéré, et « texte 2 » celui de Dou (...)

37Le grand intérêt de ces textes réside dans la manière cohérente dont ils articulent et réinsèrent la lutte d’indépendance de l’upc dans l’historicité propre du Nord-Cameroun et dans les temporalités vernaculaires du politique. Les populations du Nord, de part et d’autre de la frontière, y sont décrites comme subissant l’« esclavage » et la « domination » des Français et des Britanniques. Ces derniers sont comparés à Nemrod et au roi Nabonassar de Babylone (tract de Douala), ou encore à Mouroudou et Boudou, respectivement fils de Kanaan et de Nazareth (tract de Ngaoundéré)39, qui avaient étendu leurs pouvoirs « du lever du soleil à son couchant » mais avaient bien fini par disparaître ; et « c’est ainsi que les Français disparaîtront à leur tour ». Les deux textes fustigent ensuite l’attitude des alliés locaux des puissances coloniales : les « Lamibé qui commandent la terre, ont des vues étroites et ne voient pas plus loin qu’eux-mêmes ». En désignant les Lamibé comme ceux qui « commandent la terre », Amaselbe Hamma les oppose implicitement à Celui qui commande l’univers (Allah) et dont ils se seraient détournés en apportant leur caution à la domination coloniale. Ils auraient donc trahi leur mission de protection du peuple qui impliquait de « chasser la tutelle des Anglais et des Français ». Le discrédit de l’occupation française est accentué par le fait que celle-ci ne s’est pas accompagnée d’une amélioration significative des conditions de vie des populations ni d’un réel progrès socioéconomique. Une situation illustrée dans les deux textes par une métaphore éloquente : « Depuis 41 ans, ils ne nous ont même pas appris à fabriquer une allumette, afin de demeurer les maîtres. »

38Or donc, la lutte de libération, approuvée par Allah mais trahie par les dépositaires locaux du pouvoir temporel et spirituel, est désormais portée par l’upc qui est l’instrument au travers duquel « Allah nous aide à chasser la tutelle des Anglais et des Français ». Dans ce conflit, un troisième acteur est présenté, dans les deux textes, comme l’instance internationale fiable à laquelle l’upc a recours : il s’agit de l’onu, « une société de tous les pays [qui] s’occupe de cette affaire ». Le texte 1 procède ensuite à une brève analyse des rapports de force au sein de l’onu, en rapport avec les enjeux liés à la situation du Cameroun et du Nord, spécifiquement : « Il faut savoir qu’à l’onu il y a des Musulmans comme des Européens. 62 nations sont avec l’upc. N’ayez donc pas peur de prendre la carte de l’upc et n’ayez pas peur des Français. » C’est encore sous le prisme d’un rapport vernaculaire au politique (Bertrand 2008) que les deux tracts font référence à la mission de visite de l’onu, attendue au Cameroun en 1955 et qui devait notamment s’enquérir de la position des populations au sujet de l’unification des Northern et Southern Cameroons, sous tutelle britannique, et du Cameroun sous tutelle française : « 7 personnes de races différentes vont venir nous demander si nous voulons qu’on supprime la Douane [entre le Northern Cameroons et le Nord-Cameroun] ou qu’on laisse cette Douane qui nous paralyse. Si nous le voulons elle sera supprimée et c’est cette affaire qui ennuie les Anglais et les Français. » Après avoir ainsi expliqué aux « populations du Nord […] que le seul qui nous défende, c’est celui qui plaide notre cause à l’onu sans rien nous demander en échange », Amaselbe Hamma achève son plaidoyer en appelant le « peuple des croyants » (texte 2), les « musulmans de Ngaoundéré, de Garoua, de Maroua, de Meiganga, de Tibati et de Fort-Foureau » (texte 1) à se libérer de la peur qui aurait déjà changé de camp, car « les Français ont très peur parce que l’upc va nous délivrer de cet esclavage ».

39Le bannissement précoce de l’upc, intervenu le 13 juillet 1955, est venu interrompre ce prosélytisme politique, empêchant ainsi de pouvoir mesurer les effets que le discours de militants locaux tels qu’Amaselbe Hamma aurait pu avoir sur les populations musulmanes du Nord-Cameroun. Mais ces textes constituent un exemple saisissant de la manière dont la revendication d’indépendance pouvait être réinterprétée à l’aune des historicités indigènes et des conflits sociopolitiques locaux. L’on a vu, cependant, que le comité de base upc de Ngaoundéré, dirigé justement par Amaselbe, a enregistré l’adhésion de plus de 150 Peuls musulmans entre janvier et mars 1955. L’activisme d’Amaselbe n’y était sans doute pas étranger, alors que ces populations étaient jugées trop inféodées à leurs souverains que critiquait violemment le leader nationaliste musulman de Ngaoundéré. Du reste, le chef de subdivision administrative de Ngaoundéré faisait état, à la même période, d’un infléchissement de l’action du Lamido de la ville qu’il expliquait par la pression désormais exercée par l’upc : « Il est possible que l’aventure upéciste du début 1955 ait amené un certain revirement chez Mohammadou Abbo — lamido de Ngaoundéré — et que la propagande virulente menée contre l’organisation du lamido lui ait fait prendre conscience de la nécessité de faire des réformes » (Allioum & Koufan Menkene 2006 : 211-212). La nouvelle vague contestataire conduite par Amaselbe Hamma semblait donc déjà porter quelques fruits.

40Bien que d’intensité très inégale, l’implantation et la popularité de l’upc au moment de son interdiction administrative, en juillet 1955, étaient donc plus étendues qu’on ne l’a souvent dit. L’upc était parvenue à rallier à sa cause divers groupes sociaux subalternes, avec leurs aspirations propres et, souvent, leurs idiomes particuliers. La déclinaison de la revendication d’indépendance à travers les différentes régions du pays était tout aussi variable, du fait de sa réappropriation par les acteurs subalternes et de son ancrage dans les conflits et les luttes d’intérêts au niveau local. Tous les partisans de l’indépendance n’en avaient donc pas une représentation unique. L’approche adoptée dans cette étude a aussi permis de prêter attention à quelques figures spécifiques de la subalternité, durant le moment colonial, et aux formes concrètes d’oppression dont elles aspiraient à se libérer, en s’appuyant sur l’upc. Ainsi, la lutte d’indépendance donnait lieu à une production vernaculaire du politique, au point de rencontre de plusieurs régimes d’historicités, ainsi qu’à une relative autonomie des discours et des modes d’actions politiques des acteurs subalternes, vis-à-vis de ceux de la direction du parti. C’est cette capacité à vernaculariser le politique et à ancrer la question nationale dans les luttes quotidiennes pour l’amélioration des conditions de vie qui explique, pour une part du moins, que l’upc ait marqué d’une façon si profonde et durable l’imagination culturelle et politique des Camerounais.es, notamment celles et ceux appartenant aux groupes sociaux subalternes.

Haut de page

Bibliographie

Allioum I. & Koufan Menkene J., 2006, « L’Union des Populations du Cameroun (UPC) à l’épreuve du Nord Cameroun français, 1951-1955 », Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines (Université de Yaoundé 1), 1 (5) : 199‑217.

Awal M., 1998, Hamasselbe Hamoa Djaoro : upécistes des premières heures à Ngaoundéré, Mémoire de licence d’histoire, Université de Ngaoundéré, Ngaoundéré.

Baeschlin-Raspail B. C., 1968, Ahmadou Ahidjo, pionnier de l'Afrique moderne, Monte-Carlo, Éditions Paul Bory.

Bakang ba Tonje, 2006, Les derniers jours de Ruben Um Nyobe, Douala, Éditions Kunde.

Bakang ba Tonje, 2007, L’indépendance réelle d’abord. Stratégies et actions de l’UPC du 10 avril 1948 au 12 février 1991, Douala, Éditions Kunde.

Bayart J.-F., 1979, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Bertrand R., 2008, « Politiques du moment colonial. Historicités indigènes et rapports vernaculaires au politique en “situation coloniale” », Questions de Recherche, 26, <www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/qdr26.pdf>

Deltombe T., Domergue M. & Tatsitsa J., 2011, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, Paris, La Découverte.

Guha R., 1982, « On Some Aspects of the Historiography of Colonial India », in R. Guha (ed.), Subaltern Studies, I (Writings on South Asian History and Society), Delhi, Oxford University Press : 1‑8.

Guha R., 1997, Dominance without Hegemony : History and Power in Colonial India, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Johnson W. R., 1970, The Cameroon Federation. Political Integration in a Fragmentary Society, Princeton, N. J, Princeton University Press.

Joseph R., 1975, « National Politics in Postwar Cameroun : The Difficult Birth of the UPC », A Journal of African Studies, II : 201‑229.

Joseph R., 1986, Le mouvement nationaliste au Cameroun : les origines sociales de l’UPC, Paris, Karthala.

Le Vine V. T., 1984, Le Cameroun : du mandat à l’indépendance, Paris, Présence africaine.

Malaquais D., 2002, Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun, Paris, Karthala.

Mamdani M., 2004, Citoyen et sujet : l’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, Paris, Karthala ; Amsterdam,  Sephis.

Mbembe A., 1985, « La palabre de l’indépendance : les ordres du discours nationaliste au Cameroun (1948-1958) », Revue française de science politique, 35e année, 3 : 459-487.

Mbembe A., 1991, « Domaines de la nuit et autorité onirique dans les maquis du Sud-Cameroun (1955-1958) », Journal Of African History, 31 : 89-121.

Mbembe A., 1996, La naissance du maquis dans le Sud-Cameroun (1920-1960), Paris, Karthala.

McFadden P., 2008, « Les limites du nationalisme : citoyenneté et État », Tumultes, 31 (2) : 167-183.

Moumié M., 2006, Victime du colonialisme français : mon mari Félix Moumié, Paris, Duboiris.

Mveng E., 1985, Histoire du Cameroun, II, Yaoundé, CEPER.

Njeuma M., 1978, Fulani Hegemony in Yola (Old Adamawa), 1809-1902, Yaoundé, CEPER.

Nken S., 2010, L’UPC : de la solidarité idéologique à la division stratégique, Paris, Anibwe.

Ralite C., 2013, Les processus de politisation à Yaoundé à travers ses réseaux. 1944-1956 ∞: 1944-1962, Mémoire de M2 Histoire contemporaine, Lyon, Université Lyon 2.

Schachter-Morgenthau R., 1998, Le multipartisme en Afrique de l’Ouest francophone jusqu’aux indépendances : la période nationaliste, Paris-Montréal, L’Harmattan.

Schmidt E., 2005, Mobilizing the Masses. Gender, Ethnicity, and Class in the Nationalist Movement in Guinea, 1939-1958, NH: Heinemann, Portsmouth.

Terretta M., 2005, « “God of Independence, God of Peace” : Village Politics and Nationalism in the Maquis of Cameroon, 1957-71 », The Journal of African History, 46 : 75-101.

Terretta M., 2014, Nation of Outlaws, State of Violence : Nationalism, Grassfields Tradition and State Building in Cameroon, Athens, Ohio University Press.

Um Nyobe R., 1984, Le problème national kamerunais, Paris, L’Harmattan.

Um Nyobe R., 1989, Écrits sous maquis, Paris, L’Harmattan.

upc, 1952, « Bureau et Comité Directeur de l’UPC élu à l’issue du 2ème Congrès, tenu à Eséka du 28 au 30 mars 1952 », La Voix du Cameroun, 11-12, décembre : 4.

upc, 1991 [1961], La pensée politique de Ruben Um Nyobè. Statuts, principes et doctrine de l’UPC, la JDC et l’UDEFEC, Yaoundé, Bureau national provisoire de l’UPC (2ème ed. section du Mfoundi).

Haut de page

Notes

1 C’est dans ce sens que les subaltern studies, s’appuyant sur le cas de l’Inde, ont soutenu l’idée de l’existence d’un domaine d’action politique autonome des couches populaires, parallèle à celui des élites, durant la décolonisation.

2 « Note de synthèse sur le mouvement Union des populations du Cameroun (UPC) », in Archives nationales de Yaoundé (ANY), 1AC 306 (1), « UPC. 1948-1955 ». La démarche adoptée incluait, entre autres choses : l’étude et la défense des revendications des populations au niveau local, des réalisations concrètes permettant « le développement de l’éducation politique des masses, le respect de leurs nouveaux droits et leur regroupement au sein de l’UPC », la présence du parti « dans toutes les circonstances de la vie quotidienne » dans les quartiers et les villages, la multiplication des conférences et des réunions d’information populaire, « la création d’organes de presse, la diffusion des tracts et tous autres moyens de populariser l’action et les mots d’ordre » du parti.

3 Les organisations syndicales jouaient un rôle important dans l’émergence des mouvements politiques ailleurs en Afrique, à la même période (Schachter-Morgenthau 1998 : 181-276 ; Schmidt 2005 : 55-90).

4 « Note de synthèse sur le mouvement Union des populations du Cameroun (UPC) », in Archives nationales de Yaoundé (ANY), 1AC 306 (1), « UPC. 1948-1955 ».

5 Notamment dans les statuts, le règlement intérieur, la résolution du comité directeur du 17 mars 1953, celle du 17 mai 1953 et, enfin, le texte de Ruben Um Nyobe intitulé « Organisation et fonctionnement du Mouvement national », publié en septembre 1955, peu après l’interdiction du mouvement.

6 Voir « Résolution du Comité Directeur de l’UPC du 17 mai 1953 », p. 2, in 1AC 19 (10), « Activités de l’UPC, 1950-1954 ».

7 Ibid., p. 3.

8 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », p. 12, in Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ».

9 « Note sur le développement de l’action extrémiste au Cameroun », p. 3, in 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ».

10 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », p. 12, in Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ».

11 « Note sur l’organisation cellulaire à New-Bell », p. 6, 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ».

12 Le rapport du directeur de la Sécurité du territoire, déjà cité, parle quant à lui d’environ 28 comités de base et de cinq comités centraux. Mais ces données, étonnamment basses, contrastent avec la description que les autorités coloniales faisaient elles-mêmes de Douala comme bastion, totalement acquis à l’UPC.

13 « UPC. Rapport au Comité de Coordination du RDA », in 1AC 19 (10), « Activités de l’UPC, 1950-1954 ».

14 Voir la lettre de Um Nyobè à Jean Gwodog, Douala, 3 juin 1954, in 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ». « A/s d’une conférence organisée par Um Nyobè Ruben à Yaoundé », note du 28 août 1954, in 1AC 19 (10), « Activités de l’UPC, 1950-1954 ».

15 « A/s des activités de l’UPC à Yaoundé » note du 27 août 1954, in 1AC 19 (10), « Activités de l’UPC, 1950-1954 ».

16 Voir « Note relative à l’infrastructure et à l’activité de l’UPC dans la subdivision de Mbalmayo » in 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ».

17 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », p. 57, in Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ».

18 Deux régions supplémentaires étaient créées dans le même intervalle, portant leur total à dix-neuf.

19 « Note sur le développement de l’action extrémiste au Cameroun », p. 2, 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes » , p. 2.

20 « Le croissant fertile » formait un demi-cercle d’un rayon de 300 à 350 kilomètres autour de Douala. C’est aussi de là que provenait l’essentiel de la main d’œuvre que l’exploitation coloniale voulait corvéable à souhait ou, du moins, peu coûteuse.

21 « Synthèse sur l’implantation de l’UPC au Cameroun », note annexe, p. 1, in Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ». C’est nous qui soulignons.

22 « Réunion de l’UPC, le 4.09.1952 à Nkongsamba » 1AC 19 (11), « Activités des chefs upécistes (Kingue Abel à Nkongsamba). 1952 ».

23 Lettre « à Monsieur le Commissaire de Police de Mbanga (27 mars 1951) », in ANY, APA 12 403, sous-chemise 2 : Mungo. Sauf indication contraire, l’essentiel des citations et des faits rapportés ci-dessous sont tirés du même document.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 APA 12 403 APA 12 403, sous-chemises 2 et 3 : Mungo ; voir aussi 1AC 19 (11), « Activités des chefs upécistes (Kingue Abel à Nkongsamba). 1952 ».

27 « Motion » du 25 octobre 1951, CR de l’UPC du Mungo, APA 12 403.

28 « Le Chef de la Région du Mungo à M. le Haut-Commissaire », ANY, 1 AC 19 (11), « Activités des chefs upécistes (Kingue Abel à Nkongsamba). 1952 ».

29 Cf. « Motion » et la lettre « à M. l’Administrateur des Colonies Chef de la Région du Mungo », in ANY, APA 12 403. Toutes les données qui suivent proviennent de l’un ou l’autre de ces deux documents.

30 Petits commerçants, souvent ambulants.

31 Les chefferies traditionnelles peules et musulmanes du Nord-Cameroun sont appelées des lamidats (« lamidat » signifie « chefferie », en langue fulfuldé). Le chef traditionnel d’un lamidat est appelé le lamido (lamibé, au pluriel).

32 M. Mamdani décrit cette mise de l’autorité indigène au service du pouvoir colonial comme un « despotisme décentralisé ».

33 Voir « Note de synthèse sur le mouvement Union des Populations du Cameroun (UPC) », p. 4, in 1AC 306 (1), « UPC. 1948-1955 ».

34 Par exemple, des tracts de l’UPC en bassa furent distribués à Edéa en juin 1953. Voir « Bulletin quotidien de renseignement » du 17 juin 1953, in 1AC 168 (4) : « Sanaga-Maritime, politique. 1953-1954 ». Voir aussi le texte en pidgin : (anonyme), « Wi Don Hie Se », in La Vérité (journal de la Jeunesse démocratique du Cameroun - JDC), n° 4, mars 1955, p. 6.

35 Cette orthographe étant plus courante dans les documents que nous avons consultés, c’est pour elle que nous opterons dans la suite de cette étude.

36 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), 1AffPol/3335, « Incidents Cameroun. Organisation UPC. Mai 55 - Prodromes ». Comme cela était de coutume à l’UPC, le texte émis depuis Douala (si ce n’est les deux) fut sans doute imprimé et ronéotypé sur place, avant d’être acheminé dans le Nord.

37 I. Allioum et J. Koufan Menkene (2006) se méprennent lorsqu’ils le décrivent comme un analphabète.

38 L’essentiel des données biographiques sur Hamaselbe provient de cette source.

39 Par commodité, nous désignerons « texte 1 » celui rédigé à Ngaoundéré, et « texte 2 » celui de Douala.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Mintoogue, « Géographies de l’insoumission et variations régionales du discours nationaliste au Cameroun (1948-1955) »Cahiers d’études africaines, 238 | 2020, 245-270.

Référence électronique

Yves Mintoogue, « Géographies de l’insoumission et variations régionales du discours nationaliste au Cameroun (1948-1955) »Cahiers d’études africaines [En ligne], 238 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/30077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.30077

Haut de page

Auteur

Yves Mintoogue

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search