Navigation – Plan du site

AccueilNuméros238Études et essais« Les nouveaux espaces de la cont...

Études et essais

« Les nouveaux espaces de la contestation ? »

Facebook, opinion publique et émergence d’un espace démocratique au Burundi
“New Spaces of Protest ?” Facebook, Public Opinion and the Rise of a Democratic Space of Discussion in Burundi
Désiré Manirakiza
p. 271-301

Résumés

Cet article propose une réflexion critique sur les médias sociaux comme outils de démocratisation de l’espace public. Il prend pour cas d’étude le Burundi de 2015. Alors que le président Pierre Nkurunziza voulait briguer un troisième mandat, en contradiction avec les prévisions des accords d’Arusha, la contestation de ce que ses opposants ont considéré comme un coup de force s’est faite dans la rue mais aussi dans les médias sociaux, surtout Facebook. L’article montre que, contrairement à un paradigme dominant au sein des études sur les médias sociaux qui a pris de l’ampleur au moment des printemps arabes, les médias sociaux ne sont pas tant des espaces où se développent et s’affûtent des débats démocratiques, car ils fonctionnent essentiellement comme des caisses de résonance d’opinions politiques et de lectures du monde social déjà présentes dans la société. Par ailleurs, ces médias ne sont pas uniquement investis par des individus ou des groupes qui s’opposent au pouvoir en place, mais aussi par des acteurs du régime et par leurs soutiens, de sorte que leur potentiel contestataire est aisément verrouillé, en contexte autoritaire, faisant frein au succès des mobilisations sociales populaires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Contrôle politique, réseaux sociaux et mobilisation collective
Les mésaventures des médias classiques : un appel d’air à l’usage des réseaux sociaux  
Être sur Facebook et dans la rue à la fois
Réseaux sociaux, pouvoir et société : les usages ambivalents de Facebook dans une société fracturée
Chambre d’écho, filtrage informationnel et agrégation partisane : Facebook et ses limites dans la pluralisation de l’espace public
« Facebook n’est pas la propriété de l’opposition » 
Le retour de l’ethnisme derrière l’anonymat du virtuel

Aperçu du texte

Le système politique burundais traverse, depuis quelques années, une crise de légitimité sans précédent. Cette crise, déjà perceptible au lendemain des élections générales de 2010 ayant consacré, pour la deuxième fois, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (cndd-fdd), est rentrée dans une phase radicale lorsque, le 25 avril 2015, à la suite de son congrès, ce parti désigna le président en place, Pierre Nkurunziza, candidat à un nouveau mandat, jugé inconstitutionnel par les opposants politiques, une partie de la société civile locale et internationale, certains partenaires de développement du Burundi tels que la France, la Belgique, l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique. Dans la foulée, des manifestations, organisées par l’opposition politique et une partie de la société civile — regroupées au sein du mouvement « Halte au 3e mandat » —, relayées par des médias privés (rpa, Radio Isanganiro, Bonesha fm, Télé-Renaissance et I...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Désiré Manirakiza, « « Les nouveaux espaces de la contestation ? » »,  Cahiers d’études africaines, 238 | 2020, 271-301.

Référence électronique

Désiré Manirakiza, « « Les nouveaux espaces de la contestation ? » »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 238 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/30142  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.30142

Haut de page

Auteur

Désiré Manirakiza

Institut de recherches socio-anthropologiques (IRSA), Université catholique d’Afrique centrale, Yaoundé, Cameroun ; Centre de recherche et d’études sur le développement des sociétés en reconstruction (CREDSR), Université du Burundi, Bujumbura, Burundi.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search