Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239Études et essaisLa gestion de conflits à l’origin...

Études et essais

La gestion de conflits à l’origine des conflits ?

« Peacebuilding » et protection des ressources naturelles en Casamance
Is Conflict Management the Origin of Conflicts? “Peacebuilding” and Natural Resource Protection in Casamance
Alvar Jones Sánchez
p. 509-533

Résumés

La mobilisation de thématiques en vogue dans le secteur développementiste telles que le « peacebuilding », le développement durable et la gouvernance locale, est particulièrement attractive pour les bailleurs. La combinaison de ces énoncés dans les projets postule des engrenages de causes et d’effets parfois très incertains dans la pratique. Lors d’une intervention de peacebuilding dans une localité de Ziguinchor (Sénégal), les objectifs liés à la protection de l’environnement et à la gestion des conflits se sont révélés éminemment contradictoires. Le projet, destiné à la gestion des ressources naturelles et à la médiation des conflits a été à l’origine de violents affrontements entre les habitants du village de Toubacouta. Tandis que les ONG instigatrices assuraient vouloir « promouvoir le dialogue, la solidarité et la reconstruction du lien social », l’intervention a profondément exacerbé les tensions existantes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La forêt au sud de Ziguinchor. Un enjeu sécuritaire pour le MFDC
Le trafic institué du bois de teck
La mise en place d’un comité inter-villageois (CIV) : une stratégie efficace contre la coupe illicite ?
Les enjeux économiques du CIV
La multiplication des conflits villageois
L’impasse sur les causes de la coupe du bois de teck
« Populations retournées » versus « populations déplacées »

Aperçu du texte

Depuis plus d’une trentaine d’années, la participation des populations s’érige en principe dans les interventions de développement. L’« implication des populations », leur « adhésion », « l’appropriation » des projets, sont autant de termes incontournables dans le secteur (Chauveau 1994 ; Lavigne-Delville 2011). La mobilisation souvent abstraite de ces concepts laisse habituellement en suspens deux questions-clés : quelles sont les populations dont la participation est attendue, et quelles sont les modalités de cette participation. Surgi dans les années 1990, le peacebuilding est une stratégie d’intervention qui postule précisément la nécessité « d’impliquer les populations » en vue de promouvoir la paix dans les zones post-conflits. Ces deux questions (la participation de qui, et à quoi) sont souvent au cœur des problématiques dérivant des interventions liées au peacebuilding (Pouligny 2006 ; Donais 2009 : 11).

En Casamance, de nombreuses recherches se sont penchées sur le peacebuil...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alvar Jones Sánchez, « La gestion de conflits à l’origine des conflits ? »,  Cahiers d’études africaines, 239 | 2020, 509-533.

Référence électronique

Alvar Jones Sánchez, « La gestion de conflits à l’origine des conflits ? »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 239 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/31478  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.31478

Haut de page

Auteur

Alvar Jones Sánchez

Investigación Cultura y Desarrollo Social (INCYDES) ; Centre d’études afro-hispaniques, Université nationale d’enseignement à distance, Madrid, Espagne.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search