Navigation – Plan du site

AccueilNuméros241études et essaisVie minuscule d’Appiah Akafou, di...

études et essais

Vie minuscule d’Appiah Akafou, dit Blalè, l’homme de fer (18??-1902) (Baoulé, Côte d’Ivoire)

Small Life of Appiah Akafou, Known as Blalè, the Iron Man (18??-1902) (Baoulé, Côte d’Ivoire)
Fabio Viti
p. 41-82

Résumés

En septembre 1893, les Français établissaient le premier contact direct avec Appiah Akafou, considéré alors comme un chef très influent de sa région et un allié potentiel. Moins de dix ans plus tard, le chef des Ngban trouvait la mort en détention, dans des circonstances non éclaircies et après que son élimination physique avait été plusieurs fois préconisée par les autorités, civiles et militaires. Dans l’intervalle, de nombreux épisodes sont venus enrichir la narration coloniale autour de ce chef énigmatique et mal aimé, jusqu’à en faire une figure emblématique de la résistance baoulé. Par le montage des pièces du dossier, l’archive coloniale permet la composition d’un portait riche et nuancé d’un ennemi, réalisé sans complaisance par des sources « hostiles », mais que l’on peut interroger à contrejour en vue de restituer la « vie de papier » d’Akafou Blalè, l’« homme de fer », dont la « vie minuscule » a été broyée par le même mécanisme qui nous permet de la connaître aujourd’hui.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Un portrait par l’ennemi
La première rencontre (septembre 1893)
Les premières frictions : la colonne de Kong (1894-1895)
La fin de l’idylle (1899)
À grands pas vers la fin (1900-1902)
La vérité cachée
Dernières mentions avant l’oubli
Brosser l’histoire à rebrousse-poil

Aperçu du texte

« [Le Rebelle] sait aussi qu’en ce qui le concerne, la peine de mort n’est pas supprimée » (Jünger 1986 : 103).

Un portrait par l’ennemi

La conquête coloniale du Baoulé (1891-1911) a été magistralement retracée dans un ouvrage basé sur les sources écrites, œuvre de l’historien nord-américain Timothy C. Weiskel (1980), qui en a donné une lecture d’ordre principalement économique. Se détachant de ce travail, qui demeure une référence fondamentale, il est possible de suivre les vicissitudes des premières phases (1893-1902) de la présence française de manière moins globale mais plus rapprochée, notamment à travers l’analyse d’une figure particulière mais tout à fait emblématique, protagoniste des dix premières années de la résistance dans le Sud-Baoulé et qui a laissé des traces importantes aussi bien dans les archives que dans la mémoire populaire. Il s’agit d’Appiah Akafou, dit Blalè, « l’homme de fer », que les Européens appelaient simplement Akafou Bularé, chef reconnu des Ngban du Su...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Viti, « Vie minuscule d’Appiah Akafou, dit Blalè, l’homme de fer (18??-1902) (Baoulé, Côte d’Ivoire) »,  Cahiers d’études africaines, 241 | 2021, 41-82.

Référence électronique

Fabio Viti, « Vie minuscule d’Appiah Akafou, dit Blalè, l’homme de fer (18??-1902) (Baoulé, Côte d’Ivoire) »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 241 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/33156  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.33156

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Institut des Mondes africains (IMAF), Aix-Marseille Université (AMU), Aix-en-Provence.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search