Navigation – Plan du site

AccueilNuméros241Dossier thématiquePossession par esprit tromba et r...

Dossier thématique

Possession par esprit tromba et reconfiguration de rituels ancestraux en contexte de mobilité à Madagascar

Le cas de migrants tandroy, entre Toliara et leur terre ancestrale
Tromba Spirit Possession and Reconfiguration of Ancestral Rituals in the Context of Mobility in Madagascar. The Case of Tandroy Migrants, between Toliara and their Ancestral Land
Élisabeth Rossé
p. 115-140

Résumés

Cet article traite de la possession par esprit tromba chez les Tandroy du sud de Madagascar, pour qui la mobilité entre leur région d’origine et plusieurs régions du pays constitue un mode de vie. Il se situe dans une réflexion plus large concernant l’impact de migrations massives amorcées avec la colonisation sur la production d’identités collectives dans le Madagascar postcolonial. Les esprits dits « tromba » sont historiquement liés à la monarchie sakalava du nord-ouest de l’île, hégémonique du XVIIe au XIXe siècle. Or, leur diffusion en différents points de l’île ainsi qu’aux Comores et à Zanzibar est attestée depuis la seconde moitié du XIXe siècle. En Androy, leur arrivée, au début des années 1970 par la voie de la migration, altère l’équilibre d’une pratique de la possession jusqu’alors structurée autour d’un esprit nommé kokolampo. Je m’intéresserai ici à la coexistence actuelle de ces deux catégories d’esprits en m’appuyant sur une ethnographie de rituels ainsi que sur des récits impliquant leur historicisation. L’enjeu est de comprendre comment celle-ci permet aux possédés tandroy d’actualiser une identité collective convoquant une identité nationale malgache tout en réorganisant localement l’expression rituelle de leur identité lignagère ancestrale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Esprits autochtones et allochtones, une cohabitation dynamique
L’arrivée des esprits doany en Androy
Témoignages de la transformation des pratiques rituelles
Des esprits doany aux esprits tromba
Historicisation locale de la relation entre catégories d’esprits
Mémoire incorporée et construction symbolique de la relation entre esprits
Mises en récit et interprétation émiques de la relation entre esprits
L’actualisation de la relation entre catégories d’esprits à l’occasion d’un rituel d’Asaramañitse
Description du rituel d’Asaramañitse
Quel poteau hazomanga pour un possédé ?
Hiérarchie entre esprits et principe d’englobement des identifications territoriales dans la mobilité

Aperçu du texte

Parmi les pratiques de possession répertoriées à Madagascar, la possession par esprit tromba occupe une place particulière. Probablement originaire de la côte est africaine, cette pratique fut institutionnalisée de manière magistrale par la royauté sakalava du nord-ouest de l’île, hégémonique du xviie au xixe siècle. Elle s’est depuis diffusée dans de nombreuses régions malgaches, ainsi qu’aux Comores et à Zanzibar. Une abondante littérature ethnographique témoigne de sa capacité à participer de l’unité culturelle de cet espace indianocéanique tout en s’actualisant dans des formes idiosyncrasiques qui attestent de la diversité des contextes sociaux et politiques régionaux.

De nombreuses études réalisées sur la possession tromba ont montré la permanence du prestige de la monarchie sakalava, qui se concrétise notamment par le maintien d’un grand rituel du bain des reliques royales auquel les possédés sont pleinement intégrés (Fiéloux & Lombard 1995 ; Lombard 1995 ; Lambek 2002 ; Mouzar...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Rossé, « Possession par esprit tromba et reconfiguration de rituels ancestraux en contexte de mobilité à Madagascar »,  Cahiers d’études africaines, 241 | 2021, 115-140.

Référence électronique

Élisabeth Rossé, « Possession par esprit tromba et reconfiguration de rituels ancestraux en contexte de mobilité à Madagascar »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 241 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/33231  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.33231

Haut de page

Auteur

Élisabeth Rossé

Chercheuse indépendante.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search