Skip to navigation – Site map

HomeNuméros241Analyses et comptes rendusRey Jeanne. — Migration africaine...

Analyses et comptes rendus

Rey Jeanne. — Migration africaine et pentecôtisme en Suisse. Dispositifs rituels, pouvoirs, mobilités

Julie Picard
p. 233-238
Bibliographical reference

Rey Jeanne. — Migration africaine et pentecôtisme en Suisse. Dispositifs rituels, pouvoirs, mobilités. Paris, Karthala (« Religions contemporaines »), 2019, 271 p., bibl.

Full text

1L’ouvrage de Jeanne Rey, anthropologue à l’Institut des hautes études internationales et du développement à Genève et professeure à la Haute École pédagogique de Fribourg, est issu d’un travail de recherche ethnographique multisitué de plus de dix ans, réalisé entre la Suisse et le Ghana. Dans la lignée des travaux de Sandra Fancello, la thématique est innovante puisque les dispositifs transnationaux pentecôtistes (ici charismatiques ou néo-pentecôtistes), structurés depuis les années 1990 entre Afrique subsaharienne et Europe, sont étudiés sous l’angle des mobilités ; l’accent est mis, tout au long du développement, sur le rôle de l’onction, capital constitutif de l’autorité charismatique et étape ultime de l’itinéraire rituel pentecôtiste.

2L’ouvrage est structuré de manière équilibrée en six chapitres, dévoilant une progression limpide, documentée et ponctuée de riches extraits d’entretiens (de migrants, pasteurs, d’hommes et de femmes de différentes nationalités, retranscrits en anglais ou en français), accompagnant le lecteur dans la découverte et la compréhension des réseaux pentecôtistes issus de la migration africaine, depuis le territoire suisse jusqu’à l’international. Les paragraphes introductifs et conclusifs systématiques, au risque de contenir quelques répétitions, participent à la clarté globale du propos, rendu accessible y compris aux non-spécialistes du sujet ou de l’anthropologie du religieux.

3L’introduction revient sur la définition et l’épistémologie du terme de « dispositif », permettant à l’auteure de mettre en lumière l’originalité du pentecôtisme, vis-à-vis d’autres réseaux associatifs de migrants. Elle y annonce le plan de son ouvrage en détaillant les différentes étapes de l’itinéraire rituel, « processus de constitution d’un “sujet pentecôtiste” » (p. 12) (chapitre 2) : la conversion, la délivrance, guérison ou restauration, le baptême du Saint-Esprit et l’onction (chapitre 4). Cette dernière étape induit l’analyse de luttes sociales pouvant émerger au sein des Églises pentecôtistes (chapitre 5). Les chapitres 3 et 6, eux, sont plus directement centrés sur une approche spatio-temporelle et par la mobilité des pratiques pentecôtistes.

  • 1 Voir la première étude ethnographique de Malcom J. C. Calley sur les assemblées jamaïcaines en Ang (...)

4Le premier chapitre revient sur les spécificités du contexte suisse, tout en le mettant en perspective avec d’autres pays européens, voire occidentaux. L’histoire du pentecôtisme en Europe, depuis les années 1980, y est retracée de manière synthétique, difficilement exhaustive, mais étayée de références1 et illustrée par des chiffres (tableaux, graphiques) — même si ceux-ci, labiles, demeurent difficiles à obtenir ou à estimer (nombre d’Églises fondées par des migrants d’origine extra-européenne, leur évolution dans le temps et l’espace, nombre de fidèles par Église suisse, statistiques sur l’origine et la langue des prédicateurs, sur la provenance des fidèles, etc.). L’histoire de l’émergence du pentecôtisme d’origine subsaharienne en Europe est croisée avec celle des flux d’immigration africaine vers le continent et notamment vers la Suisse. 60 000 Africains d’origine subsaharienne vivaient en Suisse en 2006, dont 10 % de Congolais de RDC (expliquant l’internationalité plus fréquente des Églises pentecôtistes en Suisse, comparées aux Églises de grandes métropoles européennes). Des distinctions nuancées sont faites entre Églises francophones, anglophones, mixtes, nées indépendamment d’une initiative suisse ou non, ou encore entre les Églises « libres » et celles reconnues juridiquement par les autorités. On y apprend que les communautés pentecôtistes-charismatiques représentent 12 % de l’ensemble des communautés religieuses suisses (soit 1 % de la population helvétique et plus de 680 Églises) et que les Églises « issues de la migration » (terminologie privilégiée par l’auteure), malgré une visibilité moindre, des budgets modestes et une certaine marginalisation (volontaire ou subie), participent de cet activisme.

5Trois « lieux » sont présentés et justifiés comme points de départ de ses recherches empiriques, entre région lémanique, autres villes suisses et Ghana : l’Église pour les Nations de Genève, cosmopolite, anglophone, qualifiée et mobile ; les Églises charismatiques francophones, dont les membres, plus précaires, sont plus souvent des requérants d’asile ou des réfugiés ; et enfin, des Églises anglophones plus récentes, fondées par des pasteurs ghanéens en Suisse et bien connectées avec des Églises du Ghana.

6Le second chapitre est centré sur le déroulé des étapes rituelles pentecôtistes, sous forme d’itinéraire, sans que celles-ci ne doivent forcément respecter un ordre précis. L’étape complexe de la conversion permet de mieux saisir « le critère de distinction principal entre le “nous” pentecôtiste et le reste du monde » (p. 67), envers lequel une responsabilité, une mission d’évangélisation incombe au croyant au quotidien. Au sein de la suite du processus thérapeutique de transformation pentecôtiste, la guérison, la délivrance et la restauration apparaissent comme les trois dimensions permettant de vaincre l’infortune (célibat, maladie, troubles psychiques, souvent corrélés à des trajectoires sociales descendantes chez les migrants) que la médecine ou la science seule peine à combattre. En cas de persistance du malheur, le rapport personnel à l’infortune peut évoluer, grâce au baptême du Saint Esprit et à la transformation du sujet en « combattant » ou « intercesseur ». Le sujet pentecôtiste entre alors en « guerre spirituelle » plus globale, dans le but de gagner des villes ou des nations entières et de remoraliser les sociétés européennes, n’hésitant pas à investir l’espace public, afin d’y revendiquer des droits, en lien avec la situation des migrants en Suisse.

  • 2 M. M. Bakhtin, « Forms of Time and of the Chronotope in the Novel. Notes toward a Historical Poeti (...)

7Le chapitre intitulé « Chronotopes et migration »2 propose une approche spatio-temporelle riche du pentecôtisme et de ses pratiques rituelles. Les unités territoriales constitutives, matérielles ou symboliques, sont : la nation, la ville et l’espace construit. Qu’il s’agisse de l’État-nation d’origine, d’ancrage, des nations bibliques, des internationalités à conquérir ou accueillies dans les Églises suisses cosmopolites, la nation demeure un maillon essentiel, producteur d’identifications et d’appartenances. La ville, dont la symbolique diffère entre le Ghana et la Suisse, représente également une « unité incontournable du territoire pentecôtiste » (p. 116). Enfin, le combat spirituel doit particulièrement être pratiqué dans l’espace « construit », celui de la maison ou de l’église ; une posture combattante active est adoptée au quotidien afin de « nettoyer » spirituellement, de « prendre autorité » sur tout lieu investi, susceptible d’être habité par des esprits. Le pentecôtisme permet ainsi l’articulation de différentes échelles, du territoire global (à conquérir et à évangéliser) aux particularismes locaux (cette grille de lecture religieuse étant transposable ailleurs). Les esprits territoriaux, contrairement au Saint Esprit, sont cantonnés à l’intérieur des limites de l’État-nation, de la ville ou de l’espace construit. Il s’agit, par les pratiques du combat spirituel, de reprendre possession des territoires et de les transformer (rhétorique guerrière de conquête). Pour Jeanne Rey, cette visée possède une portée politique pour les migrants africains installés en Suisse : par leur combat contre la « présence du diable » sur le territoire d’accueil, les migrants tentent de dénoncer le matérialisme de la société, sa sécularisation, sa perte de valeurs, mais aussi certains aspects du système administratif ou juridique du pays, qui les contraignent à la précarité, au déclassement social ou à l’immobilité (pratiques et discours limitant leur assimilation en Suisse et maintenant une frontière avec la société d’accueil, mais permettant une inversion des rôles dominés-dominants). L’intercession et les prières fréquentes pour la Suisse permettent d’aller à l’encontre des discours politiques en faveur de la fermeture des frontières, de renverser symboliquement l’ordre des hiérarchies et de rendre les migrants actifs dans leur projet d’investir concrètement les sphères d’influence de la société (théologie du dominionism). Concernant les temporalités pentecôtistes, le passé des lieux est fréquemment sondé afin d’en déceler les influences malfaisantes ou bienfaisantes ; les temporalités et récits bibliques sont aussi mobilisés afin d’attribuer un sens religieux aux territoires ; le présent et le futur sont associés à l’attente, celle de la préparation active au Réveil, au retour du Christ. Les événements politiques internationaux sont interprétés comme des prophéties, annonçant l’approche du millénium. Au sein de cette grille de lecture du monde, les régions majoritairement musulmanes (10/40 Window, c’est-à-dire les régions africaines et asiatiques situées entre le l0e et le 40e parallèle nord) sont cartographiées (spiritual mapping) et identifiées comme les dernières zones à conquérir, à évangéliser.

8Le quatrième chapitre concerne essentiellement le rituel de l’onction, ses caractéristiques (évolutives dans le temps), ses conditions de transmission, son rôle clé dans une majeure partie des pratiques sociales et dans le fondement de l’autorité charismatique des Églises étudiées. Détenue dans une plus ou moins grande mesure par les prédicateurs, l’onction est synonyme de pouvoir et induit des relations concurrentielles entre ceux-ci. Les conditions d’obtention de l’onction sont multiples mais réservées à quelques-uns (respect de conditions rituelles et morales, relation établie avec un « homme de Dieu », contact avec d’autres substances investies par l’onction, comme l’huile, le vent, les tissus, ou encore des enregistrements audio ou vidéo de prédications) ; elles induisent un système de filiation spirituelle avec un « homme de Dieu », que les disciples doivent suivre, servir, pendant plusieurs années, avant d’être oints à leur tour, de pouvoir se distinguer socialement et de pouvoir asseoir leur autorité charismatique. Se basant sur les théories foucaldiennes, l’onction est aussi présentée comme une pratique divisante du point de vue du genre puisque, si certaines femmes africaines accèdent au statut de pasteur, d’Apôtre voire d’Évêque en Europe, leur légitimité et leur reconnaissance restent le plus souvent précaires et soumises à l’autorité d’un homme de Dieu.

9Dans cette continuité, l’avant-dernier chapitre aborde l’onction et la reconnaissance des hommes de Dieu comme enjeux majeurs des dynamiques concurrentielles existant au sein du champ du ministère pentecôtiste. La forte mobilité entre Églises observée chez les migrants (notamment chez les nouveaux arrivants) révèle l’inégalité des degrés de reconnaissance des hommes de Dieu et les dynamiques schismatiques fréquentes qui en découlent. Au-delà de la volonté de s’assurer des qualités morales, spirituelles et managériales des dirigeants, cette mobilité peut être motivée par la recherche de ressources sociales, professionnelles ou financières plus étoffées, ou bien se fonder sur des critères linguistiques, nationaux ou ethniques particuliers. Afin de fidéliser et de limiter la mobilité, les dirigeants d’Églises établies développent des stratégies autour de la rhétorique du combat et d’un projet commun, même si attirer de nouveaux participants reste un avantage et une preuve de leur suprématie. Capables d’étioler l’autorité et le pouvoir des pasteurs, les « revers de l’onction », que sont les rumeurs mais aussi les figures ambivalentes du sorcier ou du faux prophète, font intégralement partie des luttes internes au champ pentecôtiste. Celles-ci peuvent être à l’origine de concurrences publiques et de schismes, révélant la difficulté pour les nouvelles Églises créées en Suisse de se faire reconnaître et accepter par les autres Églises pentecôtistes déjà en place. Les prophéties, notamment annoncées par des hommes de Dieu invités, éloignés géographiquement, peuvent être à l’origine de l’accroissement du capital-onction des pasteurs, comme elles peuvent également être à l’origine de désaffiliations et de scissions.

  • 3 Se référer à la motilité : V. Kaufmann et al., « Motility : Mobility as Capital », International J (...)
  • 4 Voir A. Mary, « Histoires d’Église : héros chrétiens et chefs rebelles des nations “célestes” », i (...)

10L’ouvrage se termine par le chapitre « Des dispositifs rituels aux schèmes migratoires », qui interroge le rôle de relais que jouent ces Églises dans les trajectoires de mobilité et les flux diasporiques de migrants. Qu’elles préparent au départ ou accueillent à l’arrivée, elles sont des actrices essentielles de réseaux transnationaux, capables de fournir des repères, des ressources (capital) pour la mobilité3, assurant, en retour, la diffusion de leur dénomination. Par ailleurs, la rhétorique de la mission inversée est aussi abordée, s’inspirant, pour certaines Églises de migrants, directement du travail des missionnaires suisses historiques. Paradoxalement, la faible présence de Blancs au sein de ces Églises et la difficile évangélisation au-delà de ses murs, explique qu’une frontière perdure entre les communautés et que la rhétorique missionnaire soit essentiellement utile au renversement idéologique des rapports de force entre « migrants-missionnaires » et « Européens païens ». La plupart des pasteurs ou migrants interrogés n’étant pas partis pour des motifs religieux, c’est souvent a posteriori que les trajectoires migratoires sont revalorisées, revisitées comme différentes étapes conformes à une volonté divine, mises en récit afin de se confondre avec des trajectoires initiatiques, décisives dans la réalisation de soi. La conversion de la mobilité en onction participe de l’émergence de pratiques commerciales transnationales relatives à l’onction4, au sein desquelles les individus, les capitaux, les objets et les idées circulent à différentes échelles. Du commerce de l’onction vertueux entre hommes de Dieu aux relations plus clientélistes et asymétriques entre un homme de Dieu et les fidèles qu’il couvre de son onction, deux types de relations marchandes sont envisagées. Jeanne Rey distingue, pour ce dernier type de relations, les Églises ghanéennes des Églises francophones, principalement congolaises. Elle tente de démontrer que les structures de distribution du capital convergent vers Accra pour les premières, tandis que, pour les secondes, suite à des tensions et à une prise de distance récente vis-à-vis des prédicateurs et des Églises-mères de Kinshasa, le commerce de l’onction s’est essentiellement concentré au sein des réseaux diasporiques, notamment au Nord.

11En tant que géographe, nous aurions parfois souhaité en lire davantage sur ces approches spatiales et multiscalaires des pratiques et mobilités pentecôtistes. À partir d’un exemple suisse, une cartographie notamment intra-urbaine de ces Églises aurait permis d’identifier les logiques centre-périphérie ponctuellement énoncées, de mieux comprendre quels lieux matériels étaient concrètement investis, partagés, disputés, appropriés, et de saisir les recompositions territoriales locales et micro-locales induites dans les sociétés d’accueil.

12Directement lié au contexte de transnationalisation des migrations, cet ouvrage nous éclaire cependant grandement sur la complexité des effets que peuvent avoir les mobilités sur la diversification des paysages religieux européens, mais aussi sur les dynamiques intra-religieuses et inter-religieuses contemporaines. Parallèlement, elle démontre comment la transnationalisation des pratiques et des Églises pentecôtistes peut aussi être elle-même à l’origine de mobilités et de concurrences diverses, à la fois sociales, spatiales, spirituelles et symboliques. Elle interroge en conclusion l’importance nouvelle accordée à l’onction au sein des pratiques pentecôtistes observées, hypothétiquement fondatrice d’un nouveau genre de pentecôtisme prophétique… qu’il nous faudra donc continuer à observer, à suivre et à étudier, ici et ailleurs.

Top of page

Notes

1 Voir la première étude ethnographique de Malcom J. C. Calley sur les assemblées jamaïcaines en Angleterre, permettant les comparaisons avec la situation actuelle : M. J. C. Calley, God’s People. West Indian Pentecostal Sects In England, Londres- New York, Oxford University Press, 1965.

2 M. M. Bakhtin, « Forms of Time and of the Chronotope in the Novel. Notes toward a Historical Poetics », The Dialogic Imagination. Four Essays by M. M. Bakhtin, Austin, University of Texas Press, 1988.

3 Se référer à la motilité : V. Kaufmann et al., « Motility : Mobility as Capital », International Journal of Urban and Regional Research, 28 (4), 2004, pp. 744-756. Voir aussi les territoires circulatoires : A. Tarrius, « Territoires circulatoires des migrants et espaces européens », in M. Hirschhorn & J.-M. Berthelot (dir.), Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation ?, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 93-100.

4 Voir A. Mary, « Histoires d’Église : héros chrétiens et chefs rebelles des nations “célestes” », in A. Mary, L. Fourchard & R. Otayek (dir.), Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, 2005, pp. 155-181.

Top of page

References

Bibliographical reference

Julie Picard, « Rey Jeanne. — Migration africaine et pentecôtisme en Suisse. Dispositifs rituels, pouvoirs, mobilités »,  Cahiers d’études africaines, 241 | 2021, 233-238.

Electronic reference

Julie Picard, « Rey Jeanne. — Migration africaine et pentecôtisme en Suisse. Dispositifs rituels, pouvoirs, mobilités »,  Cahiers d’études africaines [Online], 241 | 2021, Online since 15 March 2021, connection on 13 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/33468  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.33468

Top of page

About the author

Julie Picard

UMR Passages, Université de Bordeaux

Top of page

Copyright

© Cahiers d’Études africaines

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search