Navigation – Plan du site

AccueilNuméros241Analyses et comptes rendusZwilling Anne-Laure (dir.). — Cor...

Analyses et comptes rendus

Zwilling Anne-Laure (dir.). — Corps, religions et diversité

Katrin Langewiesche
p. 241-242
Référence(s) :

Zwilling Anne-Laure (dir.). — Corps, religions et diversité. Paris, L’Harmattan (« Investigations d’anthropologie prospective »), 2019, 273 p., bibl.

Texte intégral

1Ce recueil de textes, réuni par Anne-Laure Zwilling, enrichit l’anthropologie du corps en posant la question de comment se joue aujourd’hui, dans un contexte de diversité religieuse, le rapport entre le corps et les religions.

2Douze articles analysent cette question sous différents angles : le corps comme trace d’identité (Ahlstrand, Ky-Zerbo, Legrand), comme mémoire incorporée (Penelle), comme redynamisation d’une culture recomposée (Bamberg, Boissevain, Cukierman), un corps qui parlerait au-delà de la parole et de l’utopie d’un monde sans corps (Ornella, Le Breton). La diversité des recherches regroupées dans ce volume, à la jonction de l’anthropologie, du droit, de la philosophie et de l’histoire des religions, nourrit la réflexion sur des domaines aussi variés que le jeûne, l’alimentation, les rites funéraires, les gestes de dévotion, les pratiques sportives, l’habit et le transhumanisme.

3Si les trois articles de la première partie (Obadia, Steffens, Fortier) posent des jalons conceptuels, philosophiques et juridiques, la plupart des autres articles présents dans ce volume convergent sur le traitement de matériaux ethnographiques précis. Thierry Legrand étudie les rites funéraires du judaïsme et ses évolutions contemporaines dans l’est de la France ; Phanélie Penelle explore les gestes dévotionnels catholiques à l’île de la Réunion ; Katia Boissevain analyse les expressions corporelles de convertis au protestantisme évangélique en Tunisie. Quatre autres articles interrogent des mouvements transnationaux : Kajsa Ahlstrand interprète les convictions théologiques qui peuvent expliquer le rapport à l’alimentation dans le protestantisme ; Alexandre Darius Ornelle décrypte les liens entre CrossFit, un réseau de fitness de haute intensité, et la théologie évangélique de la souffrance ; Deborah Cukierman s’intéresse au yoga moderne à travers les enseignements de professeurs de yoga en Europe ; David Le Breton nous fait découvrir la mouvance transhumaniste et l’utopie d’un monde « sans émotion, sans désir, sans sexualité, sans autre ». Deux contributions s’appuient sur une analyse de textes pour questionner le rapport au corps dans le catholicisme romain. Alphonse Ky-Zerbo décrit l’évolution des règles prescrivant le port de l’habit religieux, tandis qu’Anne Bamberg analyse les textes consacrés à la pratique du jeûne dans l’Église catholique.

4Toutes ces contributions analysent des mises en jeu du corps et des modes de socialisation religieuse qui s’imposent avec l’évidence du naturel dans l’espace social. Ces études mettent en lumière que les savoirs sur le corps et même les gestes du quotidien ne sont jamais neutres. Ils indiquent des frontières religieuses qui se mélangent à celles de classes sociales, d’âge ou de sexe. À la lecture de ces textes, on comprend aisément que c’est toujours par le façonnage du corps individuel que s’imposent les représentations et les usages socio-religieux du corps.

5Lionel Obadia constate, dans le premier chapitre, que le thème du corps normé par les religions qui impriment leurs usages, leurs signes, des prescriptions ou des inclinations au corps individuel est bien documenté. En revanche, la diversité religieuse des sociétés mondialisées et sa traduction sur le plan corporel l’est moins. La question de l’empreinte sociale sur le corps individuel ou de son instrumentalisation par des normes religieuses dépend forcément des contextes culturels et historiques, mais aussi des perspectives adoptées pour analyser leurs dynamiques. Si l’on prend l’exemple du « voile » islamique en France, « seul l’arbitraire de la posture de l’auteur décide finalement si le port du voile est le fruit d’un choix individuel (ou l’expression d’une subjectivité) ou la traduction d’une norme (ou la détermination par un cadre coercitif) » (p. 30).

6Dans des sociétés modernes en situation de diversité religieuse, le corps est tantôt utilisé comme un instrument de revendication identitaire qui met en scène les possibles enjeux politico-religieux de certaines pratiques corporelles, tantôt comme résistance à la religion ou comme un lieu d’expérimentations sensuelles et d’innovation en matière de techniques spirituelles. Le volume illustre parfaitement la complexité des liens entre le corps et les religions en fonction des différentes situations locales travaillées par des logiques qui les dépassent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katrin Langewiesche, « Zwilling Anne-Laure (dir.). — Corps, religions et diversité »,  Cahiers d’études africaines, 241 | 2021, 241-242.

Référence électronique

Katrin Langewiesche, « Zwilling Anne-Laure (dir.). — Corps, religions et diversité »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 241 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/33493  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.33493

Haut de page

Auteur

Katrin Langewiesche

Anthropology and African Studies, Johannes Gutenberg University, Mainz, Allemagne

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search