Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242études et essaisLa lutte pour la légalisation de ...

études et essais

La lutte pour la légalisation de l’avortement au Sénégal

Redéfinition des discours et pratiques militantes
The Fight for the Legalization of Abortion in Senegal. Redefinition of Activist Discourses and Practices
Marième N’Diaye
p. 307-329

Résumés

Le référentiel islamique s’est imposé comme cadre incontournable du débat sur l’avortement au Sénégal. Dans ce contexte, les militantes de la cause des femmes issues des élites intellectuelles et laïques ont recentré le plaidoyer autour de la norme islamique. Par ailleurs, elles ont élargi leurs usages du droit dans l’optique d’en faire un outil utile pour les femmes. En agissant sur ces deux registres, les militantes tentent de négocier une réforme qui reste acceptable au regard des normes sociales en vigueur. Ces nouvelles orientations contribuent à mieux connecter le droit aux préoccupations sociales et, ce faisant, à légitimer l’action des militantes auprès des femmes et de l’ensemble de la société. Le maintien du statu quo au niveau législatif traduit cependant les limites de cette stratégie : d’une part, la tentative de « genrification de l’islam » se heurte aux interprétations conservatrices majoritaires et, d’autre part, le recours à l’« arme du droit » reste encore trop marginal au sein du mouvement des femmes pour peser dans la décision politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Redéfinir le plaidoyer dans un cadre islamique
Le choix d’une orientation pragmatique
Externalisation et euphémisation des enjeux de genre
L’impasse législative
Le droit, outil de renégociation des normes de genre
Faire le lien entre violences basées sur le genre et discriminations juridiques
L’arène judiciaire, nouvelle tribune politique ?
Reconfigurations militantes et statu quo politique

Aperçu du texte

Les luttes des femmes pour obtenir ou préserver le droit à l’avortement dépassent largement le cadre des pays africains à majorité musulmane. Cependant, si la force et la progression des courants conservateurs sont loin d’être une spécificité africaine, notons que le continent est incontestablement l’un des plus répressifs en termes de législation, ce qui explique pourquoi près de 99 % des avortements y sont pratiqués de manière illégale (Guillaume 2005). Bien que souvent cité en exemple en matière de reconnaissance des droits des femmes, le Sénégal s’inscrit dans cette mouvance. Le Code pénal adopté en 1962 (art. 305) fait de l’avortement un délit passible d’amende et de peine d’emprisonnement pour les femmes y ayant eu recours ainsi que pour celles et ceux le leur ayant procuré. Votée en 2005, la loi sur la santé de la reproduction (art. 15) confirme cette interdiction, laissant pour seule option aux femmes l’avortement thérapeutique, strictement encadré par le code de déontologie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marième N’Diaye, « La lutte pour la légalisation de l’avortement au Sénégal »,  Cahiers d’études africaines, 242 | 2021, 307-329.

Référence électronique

Marième N’Diaye, « La lutte pour la légalisation de l’avortement au Sénégal »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 242 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/34209  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.34209

Haut de page

Auteur

Marième N’Diaye

Les Afriques dans le monde (LAM), CNRS, Bordeaux.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search