Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242études et essaisLa mobilisation des organisations...

études et essais

La mobilisation des organisations féminines en faveur du Code de la famille au Mali

Autopsie d’une défaite
The Mobilization of Women’s Organizations in Favor of Family Law in Mali. A Defeat Postmortem
Ousmane Koné et Anne E. Calvès
p. 331-354

Résumés

Suite à la mobilisation des organisations féminines maliennes et à la pression de la communauté internationale, le Mali a adopté en 2009 un Code de la famille favorable à l’égalité des sexes. Aussitôt après son adoption, le code a suscité une telle polémique qu’il a finalement été remplacé en 2011 par une version ouvertement discriminatoire envers les femmes. Cet article explore ce retournement de situation et, particulièrement, l’échec des organisations féminines dans leur stratégies de mobilisation pour défendre le code face à ses détracteurs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Chronologie d’une mobilisation juridique infructueuse
Mise à l’agenda et adoption de la réforme du code : le rôle actif des associations féminines
Échec de la réforme : la contre-mobilisation des associations islamiques
Des stratégies argumentatives et communicationnelles peu efficaces
Un cadrage juridique à faible résonance culturelle
Des réseaux de diffusion et d’appui qui ne font pas le poids face à ceux de leurs adversaires

Aperçu du texte

Au Mali, où plus de 90 % de la population se déclare musulmane pratiquante, l’islam occupe une place prépondérante dans la vie familiale, dans les rapports sociaux et dans le quotidien des individus (Haidara 2015). En revanche, l’arsenal juridique se caractérise par une forte inspiration civiliste et laïque, héritée de la colonisation française. Il se fonde sur une constitution qui consacre la laïcité de l’État et interdit les partis politiques confessionnels et, plus généralement, toute interférence entre religion et politique (Crisis Group 2017). Pourtant, comme dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, on observe, depuis la démocratisation des années 1990, une multiplication et une diversification des acteurs islamiques dans l’espace public malien (Schulz 2010 ; Jonckers 2011). Présentes sur le terrain social, les structures islamiques (ong, fondations, mouvements, associations) sont devenues des acteurs politiques incontournables, particulièrement depuis la controverse autour du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ousmane Koné et Anne E. Calvès, « La mobilisation des organisations féminines en faveur du Code de la famille au Mali »,  Cahiers d’études africaines, 242 | 2021, 331-354.

Référence électronique

Ousmane Koné et Anne E. Calvès, « La mobilisation des organisations féminines en faveur du Code de la famille au Mali »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 242 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/34229  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.34229

Haut de page

Auteurs

Ousmane Koné

Département de sociologie-anthropologie, Université des lettres et des sciences humaines de Bamako, Mali ;

Anne E. Calvès

Département de sociologie, Université de Montréal, Québec, Canada.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search