Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243études et essaisDjibouti and the Death of Hamoudi...

études et essais

Djibouti and the Death of Hamoudi Ahmed

Reflections on Indian Ocean Studies
Djibouti et la mort d’Hamoudi Ahmed : réflexions sur les études de l’océan Indien
Samson A. Bezabeh
p. 511-531

Résumés

Dans l’histoire de Djibouti, le nom Hamoudi Ahmed occupe une place importante. Ce nom se trouve dans les brochures touristiques car la mosquée qu’il a construite, populairement connue sous le nom de mosquée Hamoudi, est l’un des monuments de la ville de Djibouti. Originaire du Yémen et faisant partie de la diaspora yéménite installée dans le Djibouti colonial, Hamoudi Ahmed réussit à devenir un riche marchand. Néanmoins, malgré sa renommée, on sait peu de choses sur la façon dont sa fortune s’est épuisée. Cette opacité contraste avec la réussite d’autres migrants yéménites qui ont fait fortune à l’époque coloniale. S’appuyant sur les archives coloniales françaises, cet article explique en détail comment la richesse de ce célèbre Yéménite est devenue une source de controverse après sa mort. Il vise également à fournir une réflexion critique sur la façon dont les communautés de la diaspora telles que les Yéménites ont été représentées dans les études de l’océan Indien.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

The Arena: Yemeni Diaspora in Colonial Djibouti
Transgressing Colonial Legal Categories: Ripples of Jurisdictional Jockeying
Total Collapse: Riots, Dysfunctional Judiciary and Inspection Mission
Result and Judgement
Beyond Cosmopolitanism

Aperçu du texte

On 25 January 1930, Hamoudi Ahmed, the richest Yemeni merchant in colonial Djibouti, died. His two wives, residing in Djibouti, Fatima Gayed and Hamda, and his daughter Sultana Bint Hamoudi, went to Shamsan Ismail, the Qadi of Djibouti (also of Yemeni origin), to gain access to their inheritance, which amounted to 2,000,000 francs, a staggering amount in the context of Djibouti in the 1930s. Shortly afterwards, however, the three women withdrew their case from the Qadi court, which, at that time, was part of the “native court” system established by the French, who were the colonial power in Djibouti. Represented by a certain Said Hassen Safi, the three women accused the Qadi of Djibouti and some of the richest Yemeni traders in the town of attempting to divert part of their inheritance. This claim led to riots and the total collapse of the colonial judiciary.

By documenting the case and the dynamics that it catalyzed, the present article aims to conceptualize how racial and religious...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samson A. Bezabeh, « Djibouti and the Death of Hamoudi Ahmed »,  Cahiers d’études africaines, 243 | 2021, 511-531.

Référence électronique

Samson A. Bezabeh, « Djibouti and the Death of Hamoudi Ahmed »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 243 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/34699  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.34699

Haut de page

Auteur

Samson A. Bezabeh

School of Modern Languages and Cultures, University of Hong Kong, Hong Kong.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search