Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243études et essaisMusique, mémoire et identité chez...

études et essais

Musique, mémoire et identité chez les Burundais exilés au Rwanda

Music, Memory and Identity among Burundians Exiled in Rwanda
Ariel Fabrice Ntahomvukiye
p. 559-584

Résumés

Au Burundi, la crise politique déclenchée en avril 2015 après l’annonce par le président Nkurunziza de sa troisième candidature a occasionné une vague migratoire de plus de 300 000 personnes vers les pays voisins. À partir d’une étude ethnographique, cet article montre la manière dont les pratiques musicales, que ce soit la pratique des musiciens ou l’écoute privée ou publique dans un concert ou à l’église, constituent un espace où le passé et le présent s’articulent dans une dynamique de (re)construction identitaire. Le contexte migratoire permet en outre aux artistes de s’internationaliser tout en gardant un ancrage dans leur pays d’origine. La musique convoque des souvenirs du passé des auditeurs, tant à l’échelle individuelle que collective, et participe au renforcement et à l’expression du sentiment d’appartenance à l’identité burundaise.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article s’appuie sur des recherches de terrain réalisées et présentées dans le cadre de mon Master ethnologie et anthropologie sociale sous la direction de M.-A. Fouéré. Je tiens à la remercier pour son soutien, ses conseils et ses critiques constructives. Ces recherches ont bénéficié d’un soutien financier ponctuel de l’EHESS, de l’Institut français de recherche en Afrique (IFRA) de Nairobi au Kenya et de l’Ambassade de France au Burundi. Je remercie également les évaluateurs anonymes et la rédaction des Cahiers d’Études africaines pour les relectures, critiques et corrections.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’Afrique des Grands Lacs, région des migrations transgénérationnelles ?
Des trajectoires de musiciens marqués par l’exil
Mkombozi, le « guerrier révolutionnaire »
Miklane, le porte-parole des exilés
Éléments constitutifs d’une identité burundaise en exil
Mémoire, histoire politique et contestation
La complainte et la nostalgie
Réinvention de la « burundianité »
De l’ancrage local au cosmopolitisme
Les effets sociopolitiques de la musique dans le quotidien des réfugiés
Écouter de la musique burundaise à Kigali : « Ça me rappelle ma maison, mon pays, ma nation »
Réinvention du chez-soi à travers le culte communautaire

Aperçu du texte

Au Burundi, la crise politique déclenchée en avril 2015 après l’annonce du président Nkurunziza de sa troisième candidature a provoqué une vague d’émigration de centaines de milliers de personnes vers les pays voisins. Au Rwanda, les Burundais se sont installés selon des modalités différentes. Ceux qui possèdent les moyens financiers ou qui sont issus de familles aisées se sont établis dans les villes, notamment à Kigali. Les autres ont été transférés au camp de réfugiés de Mahama. Vivre en exil implique une adaptation au nouveau milieu mais, quand le retour au pays reste l’horizon souhaité, le maintien ou la (re)construction de l’identité et des liens avec le pays d’origine paraissent essentiels aux exilés. Cette recherche explore les dynamiques identitaires postérieures au déplacement forcé des populations à travers le prisme des pratiques musicales.

Cet article s’inscrit dans le champ des recherches en sciences sociales sur les liens entre musiques et migrations. La musique est en...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariel Fabrice Ntahomvukiye, « Musique, mémoire et identité chez les Burundais exilés au Rwanda »,  Cahiers d’études africaines, 243 | 2021, 559-584.

Référence électronique

Ariel Fabrice Ntahomvukiye, « Musique, mémoire et identité chez les Burundais exilés au Rwanda »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 243 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/34764  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.34764

Haut de page

Auteur

Ariel Fabrice Ntahomvukiye

Institut des mondes africains (IMAF), EHESS, Aubervilliers.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search