Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243Dossier thématiqueEntre utopie de la floraison du d...

Dossier thématique

Entre utopie de la floraison du désert et réalité de la transformation sociale

L’abbaye de Keur Moussa au Sénégal
Between the Utopia of Desert Bloom and the Reality of Social Transformation. Keur Moussa Abbey, Senegal
Muhammad Ba
p. 603-621

Résumés

« Et le désert fleurira ! », telle est la devise choisie par l’abbaye de Keur Moussa qui s’applique dès sa création en 1960 à participer au développement du village du même nom situé dans une région semi-désertique du Sénégal. Cet article s’attache à décrire l’économie monastique ainsi que les actions socioéconomiques mises en place par les moines pour améliorer les conditions de vie des habitants des environs. L’auteur utilise notamment la notion d’« économie charismatique des pamplemousses » pour analyser le succès de l’exploitation du verger qui a permis aux habitants de Keur Moussa de bénéficier de revenus directs et indirects mais aussi de tirer parti de la réputation de la production monastique pour vendre leurs propres produits.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La fondation de Keur Moussa : histoire d’une ambition de fleurir le désert
L’économie de l’abbaye de Keur Moussa
L’économie des pamplemousses et l’impact sur les conditions de vie
Effets distributeurs de revenu
Effets externes ou externalités positives

Aperçu du texte

Jean Séguy conçoit le monachisme comme une utopie pratiquée qui ne réalise que partiellement le projet de l’utopie écrite. Celle-ci est définie comme une « critique protestataire rationnelle et réalistement fondée d’une situation sociale existante » (Séguy 1971: 332). En effet, les origines du monachisme chrétien sont à trouver dans la volonté de certains chrétiens du ve et vie siècles de fuir le monde en allant au désert pour y vivre une religiosité marquée par la rigueur d’observance des préceptes évangéliques ou christiques. L’idée sous-jacente de leur retrait du monde est de créer une société alternative apte à préparer l’avènement du Royaume de Dieu (Jonveaux 2011b). La communauté monastique serait, dans cette logique, le reflet d’un monde céleste et bienheureux (Jean-Nesmy 2001). Toutefois, il y a lieu de penser autrement cette rupture avec le monde ou l’utopie monastique. Selon Danièle Hervieu-Léger (2017 : 231), « ce n’est pas la radicalité de la césure que l’utopie établit ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muhammad Ba, « Entre utopie de la floraison du désert et réalité de la transformation sociale »,  Cahiers d’études africaines, 243 | 2021, 603-621.

Référence électronique

Muhammad Ba, « Entre utopie de la floraison du désert et réalité de la transformation sociale »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 243 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/34794  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.34794

Haut de page

Auteur

Muhammad Ba

Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs Afrique-Diasporas (LASPAD), Université Gaston Berger, Saint-Louis du Sénégal

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search