Navigation – Plan du site

AccueilNuméros244études et essaisQuand l’aide internatio...

études et essais

Quand l’aide internationale renforce la présence de l’État aux marges de son territoire. Le cas de l’assistance aux réfugiés centrafricains à l’Est-Cameroun

When International Aid Strengthens the Presence of the State at the Margins of its Territory. The Case of Central African Refugees in East Cameroon
Claire Lefort-Rieu et Calvin Minfegue
p. 777-797

Résumés

Dans la région frontalière entre le Cameroun et la République centrafricaine (RCA), les mouvements de population ont longtemps fait partie intégrante du paysage politique et économique. Avec la formalisation des frontières — coloniales puis nationales —, ces mouvements acquièrent le statut de migrations internationales, sujettes à des formes de contrôle et de régulation. Pourtant, ces dynamiques ne se trouvent remises en cause que récemment, via une conjonction de facteurs liés aux violences en RCA et à « l’humanitarisation » des flux migratoires que celles-ci provoquent. L’aide internationale en faveur des réfugiés dans la zone, initiée en 2013, permet ainsi de renforcer et de rendre visible une frontière longtemps poreuse et d’intégrer des marges périphériques au sein du territoire national camerounais.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Une frontière utilisée à des fins diverses
Circulation des hommes et des biens à l’époque précoloniale
Une frontière coloniale disputée et poreuse
Après les Indépendances, une insécurité transfrontalière qui se perpétue
Une frontière redéfinie par l’aide internationale
« Humanitarisation » du phénomène migratoire centrafricain
(Re)déploiement de l’État aux marges de son territoire
Renforcement du statut d’État-nation

Aperçu du texte

Si le modèle d’État-nation constitue aujourd’hui le régime dominant de territorialité et de gouvernance (Maier 2000), les territoires où il se déploie ne sont pas des cadres figés dans lesquels se déroulerait la vie sociale. Ils font au contraire l’objet de constructions, d’interprétations, d’utilisations historiquement contingentes. Alors que la recherche européenne s’est effectivement intéressée aux efforts de territorialisation menés par l’État, les travaux portant sur le continent africain sont longtemps restés dominés par l’idée de « faillite de l’État » et par un regard porté plutôt sur des zones perçues comme échappant au contrôle étatique (Engel & Nugent 2007). Frontières (borders) et zones frontalières (borderlands) africaines sont souvent présentées comme des zones de déterritorialisation (Gupta & Ferguson 1992 : 18) dont les dynamiques contemporaines toucheraient à des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Lefort-Rieu et Calvin Minfegue, « Quand l’aide internationale renforce la présence de l’État aux marges de son territoire. Le cas de l’assistance aux réfugiés centrafricains à l’Est-Cameroun »,  Cahiers d’études africaines, 244 | 2021, 777-797.

Référence électronique

Claire Lefort-Rieu et Calvin Minfegue, « Quand l’aide internationale renforce la présence de l’État aux marges de son territoire. Le cas de l’assistance aux réfugiés centrafricains à l’Est-Cameroun »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 244 | 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/35599  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.35599

Haut de page

Auteurs

Claire Lefort-Rieu

Centre population et développement (Ceped), IRD/Université de Paris

Calvin Minfegue

Institut des politiques et initiatives sociales (IPIS) ; Faculté des sciences juridiques et politiques, Université catholique d’Afrique centrale, Yaoundé, Cameroun

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search