Navigation – Plan du site

AccueilNuméros244chronique bibliographiqueWhat Is Africa to Me? or Maryse C...

chronique bibliographique

What Is Africa to Me? or Maryse Condé’s Love-Hate Relationship with “Ancestral Lands” Struggling with Budding Independence

What Is Africa to Me ? ou la relation amour/haine de Maryse Condé avec les « terres ancestrales » aux prises avec l’indépendance naissante
Augustine H. Asaah
p. 875-899

Résumés

Dans La vie sans fards (traduit en anglais sous le titre What Is Africa to Me?), Maryse Condé revient sur son séjour anxiogène de dix ans en Afrique occidentale sur fond de rapport amour/haine avec l’Afrique, d’échecs de l’État-nation africain et de désenchantement vis-à-vis du rêve panafricaniste. Le présent article examine les tribulations de la protagoniste et l’appropriation patriarcale de son corps en y appliquant le concept d’altérisation sous des perspectives postcoloniale et féministe. Il montre que Condé et ses communautés d’accueil se livrent à une exclusion réciproque qui aboutit à son exploitation sexuelle par des représentants de la nouvelle élite ouest-africaine, de gauche comme de droite. L’article conclut que sa relation ambiguë jamais résolue avec l’Afrique confirme son attachement pour le continent.

Haut de page

Notes de l'auteur

This article is an adaptation of a lecture that I delivered on December 16, 2019 at the School of Foreign Languages, University of Electronic Science and Technology (UESTC), Chengdu, China, with the kind support of the same University. The author wishes to thank the two anonymous reviewers whose comments helped to improve upon the quality of this article.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Colonial Legacy and Prejudice
Mystification and Othering
Anguish
Othering and Sexual Predation

Aperçu du texte

The involvement of French-speaking Caribbean intellectuals in the socio-political development of their ancestral continent, Africa, has taken diverse literary forms, key among which are René Maran’s novel Batouala (1921), Frantz Fanon’s political testimony Les damnés de la terre (2004 [1961]), Aimé Césaire’s play Une saison au Congo (1966), Myriam Warner-Vieyra’s novel Juletane (1982), and Raoul Peck’s film Sometimes in April (2005). While dialoguing with these authors/works, Maryse Condé’s autobiography, La vie sans fards (2012)/What Is Africa to Me? (2017), prolongs this affiliation with the account of her relocation to four West African postcolonies, namely the Ivory Coast, Guinea, Ghana, and Senegal between 1959 and 1970, with a year’s break in the uk.

What Is Africa to Me?, a deconstructive sequel to Le cœur à rire et à pleurer (1999)/Tales from...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustine H. Asaah, « What Is Africa to Me? or Maryse Condé’s Love-Hate Relationship with “Ancestral Lands” Struggling with Budding Independence »,  Cahiers d’études africaines, 244 | 2021, 875-899.

Référence électronique

Augustine H. Asaah, « What Is Africa to Me? or Maryse Condé’s Love-Hate Relationship with “Ancestral Lands” Struggling with Budding Independence »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 244 | 2021, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/35784  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.35784

Haut de page

Auteur

Augustine H. Asaah

Department of French, University of Ghana, Legon, Ghana

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search